Reconnaître et s'occuper d'un bébé à besoins intenses (BABI)

Un bébé hypersensible, qui pleure sans arrêt, ne dort pas, est décrit comme "bébé à besoins intenses" par le Dr Sears. Des mamans racontent.
497

Neuf mois d’attente et le voilà, merveilleux, le plus beau bébé du monde… Quinze jours (ou moins) et on le renverrait bien là d’où il est venu: pleurs incessants, presque impossible à calmer; il s’endort enfin dans vos bras, vous essayez de le poser dans son lit, et le voilà qui se réveille en hurlant!

Et au fil des mois, c’est toujours pareil. Quant il est réveillé, en forme, il est adorable, vif, l’air de s’intéresser à tout ce qui l’entoure. Au bout d’un moment, il aurait cependant besoin de dormir. Or on a l’impression qu’il lutte contre le sommeil, et il entre dans une phase de pleurs. Vous tentez la promenade: en landau, en voiture, dans les bras… Si Bébé parvient à s’endormir dans le landau, c’est presque gagné, car vous pouvez rentrer à la maison et le laisser y dormir. Vous savez seulement que, dans moins d’une heure, il va se réveiller. En réalité, souvent la voiture ou le landau ne marchent pas, seule solution: les bras, mais en mouvement.

«Qu’a donc mon bébé? Qu’est-ce que je fais de travers?», se demande la maman.

Il est important de savoir que celle-ci n’a rien fait de travers, mais qu’elle se trouve en présence d’un bébé à besoins intenses ou «BABI», selon les termes du docteur Sear, qui a analysé et décrit les symptômes et leurs éventuelles causes.

Des bébés hypersensibles

Pour résumer: des bébés hypersensibles, exigeants, avec un grand besoin de téter et d’être pris dans les bras (mais pas cajolés), dormant peu, se réveillant au moindre mouvement et qui peuvent pleurer sans presque discontinuer.

Tous les enfants ne présentent pas tous les symptômes, il y a des cas plus ou moins prononcés.

Les causes peuvent être multiples, pas évidemment identifiables: un accouchement difficile, qui a traumatisé non seulement la mère, mais aussi le bébé, le bouleversement que représente, dans la vie des parents, l’arrivée d’un nouveau-né et qui, peut-être inconsciemment, provoque un état d’angoisse.

Nombre de mères sont rassurées lorsque le diagnostic est posé: mon bébé n’est pas anormal, il fait juste partie d’une population minoritaire mais exténuante pour leurs parents.

Calmer Bébé?

Comment calmer Bébé? Autant dire que c’est presque mission impossible, mais les parents trouvent des solutions transitoires qui permettent de gagner quelques minutes de calme.

Certains ont trouvé une solution d’endormissement: munis d’un gros ballon de gymnastique, ils s’y asseyaient et berçaient le bébé en adoptant un mouvement de ressort.

Impossible de poser Bébé, car dès qu’il sent qu’il quitte la chaleur des bras dans lesquels il a fini par s’endormir pour son lit plus froid, il se réveille. Une maman a trouvé une solution: elle l’endort dans ses bras, mais enveloppé dans une couverture bien douillette et elle le pose toujours enveloppé. Et pourquoi ne pas prévoir une bouillotte qui chauffera le lit ou le landau en attendant d’y accueillir le bébé?

Le portage (écharpe, porte-bébé asiatique, sling...) apporte aussi beaucoup de réconfort, tant au bébé, bercé par les mouvements du porteur et rassuré par sa proximité, qu'au parent, qui y gagne un peu de calme et de liberté. Cependant, il ne sera souvent pas possible de s'allonger pour se reposer.

On peut aussi tenter l’emmaillotage «à l’indienne» (voir la technique en cliquant ici ).

Pour obtenir que l’enfant dorme la nuit ou à la sieste, on peut tenter, le «co-dodo»: l’enfant dort avec ses parents; il faut évidemment faire attention à la sécurité du bébé et à ne pas le faire systématiquement, de façon à ce que l’enfant apprenne aussi à dormir dans son lit.

Bébé «BABI» est exigeant: il veut très fort et tout de suite. Souvent, les parents ne comprennent pas de quoi il s’agit, et tant que l’enfant ne parle pas, cela pose des problèmes. Une aide: le langage des signes qui va permettre à l'enfant, vers 1 an, d’exprimer son désir: lait, changer la couche…

Échanger avec d’autres parents

Le plus grand risque qui menace la maman d'un «BABI» est le découragement et l'isolement (fatigue extrême, nervosité, sentiment d' exclusion). Les rencontres entre mamans confrontées au même problème sont une grande source de réconfort; partage d'expérience, compréhension et soutien mutuels. Ces rencontres peuvent se mettre en place par le biais des forums de discussion sur Internet.

Sortie de crise

C’est très variable selon les enfants. Cela commence par des siestes un peu plus longues, des nuits moins entrecoupées de réveils tonitruants. On observe également des progrès quand l’enfant est un peu plus autonome, quand il marche.

Selon le docteur Sears, un «BABI» dont on a respecté le caractère «intense», qu’on a écouté, dont on a respecté les besoins, devient souvent un enfant très bien dans sa tête et très équilibré. Par contre, c'est plus difficile pour un «BABI» qu'on n'a pas écouté ni materné...

Pour en savoir plus

http://www.bien-etre-bebe.com/Eveil-de-bebe/eveil-de-bebe-quest-ce-quun-bebe-aux-besoins-intenses.html

http://www.mere-nature.com/humains/mere_enfant/bebe_besoins_intenses.php

http://www.mamanpourlavie.com/forum/sujet/bebe-aux-besoins-intenses/page/96

http://leblogdesbabi.blogspot.com/

Que faire quand bébé pleure , docteur William Sears, éditions Ligue internationale La Lèche , 1985.

Sur le même sujet