Visiter le Sud Bénin: Cotonou, Porto-Novo, Ouidah, Ganvié

Le sud du Bénin offre une variété de sites chargés d'histoire et des paysages enchanteurs. De Ouidah à Ganvié, voici un choix de lieux à privilégier.
20

Le Bénin et le Togo sont deux petits pays qui offrent une grande variété de paysages, de sites et de cultures. Dans tout voyage, il faut faire des choix. Première étape: le sud du Bénin.

Arrivée à Cotonou, ville foisonnante .

La ville de Cotonou n’est pas très agréable: port sur l’Atlantique, capitale économique du Bénin, elle draine une circulation impressionnante. Les camions en attente du déchargement de leurs containers dans le port stationnent en file dans les rues avoisinantes, rendant les déplacements en voiture très difficiles. La construction d’un énorme échangeur à la sortie ouest de la ville oblige à faire des détours sur des voies non goudronnées.

Les deux-roues, qui se comptent par milliers, dont les « zems », mobylettes-taxi, s’agglutinent aux feux rouges et se faufilent entre les voitures. Les accidents sont fréquents. Il est fortement déconseillé aux touristes européens de conduire eux-mêmes.

Cotonou est peu attractive, mais elle peut être le point de départ de visites intéressantes.

Porto-Novo: rencontre avec un roi

A une trentaine de km à l’est de Cotonou, c’est la capitale administrative du Bénin, bien que le président réside à Cotonou où l’on trouve également les ministères et les ambassades. En revanche, le Parlement, dont le nouveau siège est en cours de construction, se trouve à Porto-Novo.

L’histoire de la ville est riche et compliquée. La province a été le siège d’implantations diverses: les Yorubas du Nigeria à la fin du XVIIe siècle, puis les Adjas venus d’Allada (nord du Togo) au XVIIIe. En1752, les Portugais créent un comptoir dans la région qu’ils baptisent Porto Novo. En 1874, le roi Toffa Ier demande le protectorat de la France pour se défendre des vues britanniques et de celles de ses voisins.

Les sites à visiter sont nombreux. Citons plus particulièrement le musée Homné, sis dans l’ancien palais royal où l’on aura un aperçu de l’histoire du royaume de Porto-Novo. Pour mieux comprendre cette histoire, rien ne vaut une audience auprès de Toffa IX, l’un des deux rois actuels (un problème de succession non résolu fait que deux rois se disputent le trône). En effet, le Bénin est une république, mais les rois ont toujours cours à Porto Novo comme à Abomey, de même qu'au Togo. Ils maintiennent la tradition et ont un rôle moral et de conseil.

Toffa IX reçoit en son palais, en tenue d’apparat, sur son trône. Les visiteurs le saluent très révérencieusement (observez votre guide local et adaptez votre salut), s’installent sur les sièges en face de lui et l’écoutent dérouler l’histoire du royaume, de sa création à l’indépendance (compter plus d’1h30). Il justifie la demande du protectorat par son ancêtre, reconnaît la responsabilité des Africains dans la traite des esclaves, estime que le roi d’Abomey, Béhanzin, qui a résisté aux Français et qui est considéré comme une héros de l’indépendance, était hypocrite puisqu’il commerçait avec les Européens et employait des mercenaires allemands - une très intéressante leçon d’histoire. Lorsqu’on se retire, on salue de nouveau bien bas et on laisse une offrande.

Porto Novo offre d'autres sites intéressants: temple de la déesse aux neuf têtes, mosquée, jardin botanique etc. L'architecture de la ville est variée, marquée par le retour des esclaves du Brésil après l’abolition de l’esclavage, et par la période coloniale.

Ganvié, cité lacustre

Cotonou est situé entre l’océan et le lac Nokoué qui abrite un certain nombre de cités lacustres, dont Ganvié, surnommée la Venise africaine. Pour s’y rendre, on prend une pirogue à Abomey-Calavi, après avoir traversé le marché aux poissons (tout frais). En une demi-heure, elle vous mène dans ce village où toutes les maisons sont construites sur pilotis. Au passage, on admire l’habilité de très jeunes pêcheurs qui lancent leurs filets et les retirent presque aussitôt remplis. Après l’agitation de Cotonou, le calme de ce lac est un enchantement. On peut partir le matin, déjeuner sur place « chez M » par exemple, et rentrer en début d’après-midi.

Ouidah, mémoire de l’esclavage et vaudou

Ouidah, d’où étaient embarqués les esclaves en partance pour les Amériques, est aussi un haut lieu du culte vaudou. Il s'agit d'une étape incontournable. Prévoir d’y passer la journée (35 km de Cotonou) pour visiter le musée qui retrace ce que vivaient les Africains capturés pour le grand départ et parcourir la route du non-retour avec ses stèles commémoratives, qui sont autant de visites émouvantes.

Vous pourrez également voir un site vaudou et, en particulier, le temple des pythons, d'inoffensifs serpents que vous pourrez prendre autour du cou (la photo impressionnera beaucoup vos proches!). Si vous avez pensé à prendre votre maillot de bain, vous pourrez aussi vous baigner prudemment car la barre est dangereuse, ou tout du moins vous tremper dans une eau à 30°C sur une magnifique plage de sable fin bordée de cocotiers.

Vous pourrez ensuite poursuivre votre voyage vers le nord .

En savoir plus sur l'histoire de Porto Novo .

Sur le même sujet