"Les Merveilles" de Claire Castillon

Claire Castillon ne manque jamais d'idées noires et de pensées perverses. Elle nous le prouve encore une fois avec "Les Merveilles", incisif et puissant.
11

Claire Castillon n'en finit pas d'accoucher de mots tranchants comme des lames de couteaux. C'est d'ailleurs l'arme avec laquelle l'héroïne jouera jusqu'à voir ses pulsions se déverser couleur rouge sang. "Les Merveilles" ne finira pas merveilleusement bien. Âmes sensibles s'abstenir.

Synopsis

"Les Merveilles" , c'est l'histoire d'un fait divers dont la romancière s'imprègne: l'affaire Liliane Paolone (2005). Evelyne, mère de famille, cache à son mari ses véritables activités. Prétextant être femme de ménage dans une usine, elle est en fait escort-girl et tuera de dix-huit coups de couteau un de ses plus fidèles clients, mais surtout amant, par crainte qu'il ne dévoile tout.

Le passé comme détracteur

L'affaire Liliane Paolone ne constitue que l'épilogue des Merveilles. C'est en fouillant son passé que Claire Castillon va faire parler les angoisses de son héroïne. L'histoire débute un 1er mai, Evelyne a 13 ans et un chien qu'elle adore, Lulu. Pour qu'il cesse d'aboyer, son père l'attache à la boule de traction de la voiture et le traîne sur des kilomètres. Cet évènement va faire germer la haine dans le coeur de l'héroïne, lui détraquer le cerveau. Désormais, c'est sa voix qui parlera: "Ma voix c'est la menace qui plane. Elle écrase tout ce que je pense ou elle pense à ma place, plus forte, plus directe. Moi toute seule, je prendrais bien un chemin de traverse et je pardonnerais aux cons. Même à mon père je trouverais des excuses, on sait jamais les miracles possibles dans sa propre humanité, mais ma voix, non, ma voix ne pardonne rien."

La romancière dépeint de manière cinglante la psychologie complexe de la meurtrière sans en omettre les détails les plus crus jusqu'à décrire le jour où elle perd sa virginité avec un collègue de travail de son père, alors qu'elle n'a que 13 ans. Elle invente à sa narratrice une langue à elle-seule, elle parlera du rond de sa mère, des cloches dans sa tête qui ne cessent que lorsque l'adolescente exprime sa colère. Lulu, son chien, qui désormais trottine sur trois pattes et dont elle fait référence tout au long de son récit, sera le disjoncteur de sa conscience.

Un avenir pas plus merveilleux

Evelyne grandit, l'onde du choc aussi. Son mari Luiggi et sa fille Ophélie ne seront pas, pour elle, une bouée de sauvetage. Son activité d'escort girl la passionne, bien plus que l'amour qui l'attend sous son toit. La sexualité de l'héroïne est son moteur et lui permet d'exulter ses pulsions. Sans état d'âme, la prostituée aura des relations sexuelles avec son oncle: "Quand je me suis tapée Tonton Edmond, je l'ai reconnu tout de suite, avec ses yeux plantés sur les côtés comme ceux d'une libellule, mais lui non."

Même la mort de son père ne parviendra pas à l'adoucir. Le jour de l'enterrement c'est encore sur le souvenir de Lulu qu'elle pleure. Finalement, c'est aussi l'histoire d'une prison intérieure dont elle n'arrivera pas à se défaire: "C'est facile pour personne d'apprivoiser sa cellule."

Claire Castillon nous plonge encore une fois dans une trajectoire délirante semée de maux qui ne parviennent à s'exprimer que par la violence. Elle développe ses pensées autour des mêmes thèmes comme le mensonge, l'inceste, le deuil, la perversité des relations homme/femme comme on les a également retrouvés dans: Insecte , Le Grenier , La Reine Claude , Les Bulles , Dessous, c'est l'enfer .

Les Merveilles , Editions Grasset, 18€.

Sur le même sujet