Les enfances modèles de la Comtesse de Ségur

Ses héros ont transformé les enfances des quadragénaires d'aujourd'hui. La comtesse de Ségur savait mettre en scène délicieusement l'innocence enfantine.
6

Elles s’appelaient Camille, Madeleine, Marie, Sophie et étaient toutes des petites filles âgées de 4 à 8ans. Elles gambadaient, pleuraient, riaient, se taquinaient et accompagnées de leur maman toujours « si bonne », faisaient la charité aux pauvres gens croisant leur chemin. Elles découvraient la gourmandise, le mensonge, et parfois même l'insoumission mais avec tant de naïveté, que leurs menues bêtises avaient du charme. Elles répondaient « oui maman » ou gardaient le silence et ne connaissaient ni la violence, ni l’ignominie du monde actuel. C’étaient les petites héroïnes en robes à volants de la Comtesse de Ségur. fr.wikipedia.org iseresourire.blog4ever.com

Une oeuvre foisonnante

Les Mémoires d'un âne, le Général Dourakine, L'Auberge de l'Ange Gardien, Les Petites Filles modèles, Les Vacances, Les Malheurs de Sophie, Diloye Le Cheminot, Quel Amour d'Enfant, Jean qui rit et Jean qui pleure, La soeur de Gribouille, entre autres chefs-d'oeuvre de la littérature pour enfants du XIXe siècle, sont des trésors impérissables qui ont laissé des traces sur nos enfances. L'univers de ces récits était paisible, le Mal qui intervenait de temps à autre au cours des aventures rocambolesques des enfants, était insignifiant au regard de ce que l'on peut voir de nos jours. Il y avait toujours un adulte charitable et dénué d'arrière pensé qui venait tirer les enfants du mauvais pas dans lequel ils s'étaient fourrés. Il y avait toujours un adulte qui leur faisait la leçon et les ramenait dans le droit chemin.

Un auteur qui a marqué son temps

Sophie Rostopchine née à Saint Petersbourg en Russie, en 1799, dédiant ses récits à ses petits-enfants, a également inondé nos jeunes années de ces mini-leçons de morale si attachantes. Une œuvre abondante qui a marqué son temps mais qui a bien vieilli au regard de l’éducation d’aujourd’hui. Relire les auteurs du passé est un bonheur permettant à la fois de revisiter notre enfance avec du recul, et de mettre en perspective des anachronismes formateurs. La Comtesse de Ségur a laissé une empreinte profonde dans la littérature enfantine. Son univers manichéen outre une certaine distanciation, n’était rien de plus que la photographie d’une époque embourbée dans la chrétienté. Le Bien triomphait toujours. Les Malheurs de Sophie, Les Petites Filles Modèles, L’Auberge de l’Ange Gardien, Les Mémoires d’un Ane, Quel amour d’Enfant, Le Général Dourakine, Jean qui rit et Jean qui pleure, la sœur de Gribouille : Quelques miettes d’Histoire laissées au bord du chemin, quelques messages d’amour à transmettre…

Sur le même sujet