Les indignés: la révolution à l'espagnol

Les indignés: d'où viennent-ils, que veulent-ils, où vont-ils?

Les indignés, ou "los indignados" selon son appellation d'origine, est un mouvement politique venu de l'Espagne. Il est né le 15 mai dernier par une manifestation contre la précarité sociale et le chômage. Le mouvement a dès ce moment connu une expansion et un succès formidables. Il s'est répandu à travers l'Europe et a même fait quelques échos sur le continent américain.

Influence et idéologie

Les indignés ont puisé leurs idées dans ce pamphlet de Stéphane Hessel qui a suscité l'engouement de toute l'Europe: Indignez-vous ! Il y critique le partage inégal des richesses, la politique de l'État vis-à-vis des sans-papiers ou encore l'attitude dangereuse de l'homme par rapport à l'environnement. Autant de problèmes que les indignés reprennent et auxquels ils font font face en proposant cette solution: "Démocratie réelle, maintenant!" En clair, le mouvement demande:

  • une démocratie participative et donc une relation plus directe entre le peuple et la politique;
  • la fin des privilèges sociaux;
  • la lutte contre la précarité sociale et dans cette optique le droit au logement pour tous.
  • Certains indignés vont jusqu'à réclamer la fin du capitalisme. L'idéologie s'inspire donc beaucoup du communisme et de l'anarchisme.

Mesure et signification

Malgré ces demandes exigeantes qui impliqueraient une nouvelle conception de la société, loin de notre république capitaliste occidentale, le mouvement demeure pacifique. Leur principale action reste celle du sit-in dans des lieux importants comme les places de grandes villes.

La Grèce et l'Espagne sont les deux pays où le mouvement s'est le plus développé, ce qui a entraîné des débordements tant pour l'un que pour l'autre. En Espagne, le veille du match Manchester United - Barcelone, la police expulse violemment les indignés. Suite à cet évènement, les Français commencent vraiment à s'intéresser au mouvement et à organiser des manifestations de soutien. Quant aux Grecs, victimes d'une politique d'austérité, les propositions espagnoles ne pouvaient que leur correspondre. Toutefois, les manifestations grecques ne se font pas sans répression policière.

Et maintenant?

Les Espagnols ont abandonné leurs campements mais pas la rue. Depuis le 19 juin, ils multiplient les marches qui vont culminer le 24 juillet avec un grand rassemblement des indignés espagnols à Madrid. S'ensuivrait une deuxième marche pacifique de Madrid jusqu'à Bruxelles. L'évènement est créé sur Facebook et des centaines de personnes disent vouloir y participer.

Pour ce qui est de la France, le mouvement n'en est qu'à ses balbutiements. Les campements d'indignés sont vite évacués par la police. Malgré tout, le mouvement ne semble pas s'essouffler mais la plupart des militants préfèrent rejoindre le mouvement directement en Espagne.

Sur le même sujet