Le mois de la photo à Paris, 2012. Thanks to Luigi Ghirri...

Pour la 17e édition du Mois de la photo à Paris, les artistes d'univers très différents et d'origines culturelles variés sont réunis.
Advertisement

La création photographique contemporaine est mise à l'honneur. Trois grands thèmes sont proposés Les lieux culturels parisiens sont sollicités afin d'exposer les oeuvres.

Organisation et présentation.

Les oeuvres et les photographes ont été sélectionnés par les directeurs artistiques suivants, chacun s'occupant d'un thème: Stéphane Wargnier: Le réel enchanté , Agnès de Gouvion Saint-Cyr: Small is beautiful et Leonor Nuridsany: La photographie française et francophone de 1955 à nos jours .

La photographie contemporaine, tendance et évolution.

Plus de 80 expositions sont prévues, principalement d'artistes émergents. La photographie d'aujourd'hui s'appuie sur le passé, et tend au documentaire, voire au photojournalisme. Les artistes créent ensuite leur propre travail à la recherche de nouveauté, d'innovation.

Les thèmes abordés.

La photographie française de 1955 à nos jours , les expositions ont lieu, en partie, à la Bibliothèque Nationale de France: Etienne Bertrand Weill. Des jeunes artistes sont exposés tels que Moussa Sarr à la Galerie de La Châtre. Un hommage est rendu au Musée du Montparnasse à Mlle Yvette Troispoux. Il s'agit, pour la plupart,de photo témoignage, de photo reportage: Une réalité peut en cacher une autre , les oeuvres sont réalisées par les étudiants d'écoles d'art de France.

Le réel enchanté , dirigé par Stéphane Wargnier, est plus accès sur la photographie de mode. La plupart des tirages sont en couleur. On pense aux oeuvres de Déborah Turbeville exposées à la Galerie Serge Aboukrat. Ou encore les photos burlesques de Paris, de Sandrine Elberg, puis les oeuvres de Ferenc Berko exposées à l'Institut hongrois.

Small is beautiful , par Agnès de Gouvion Saint-Cyr, est accès sur différents thèmes dont la Chine du milieu des années 1850, les tirages de Jules Itier revisités par Patrick Bailly, ou les oeuvres miniatures de Sarah Moon, Masao Yamamoto exposées à la Galerie Camera Obscura. Les oeuvres "polaroid" de Charlotte Dumas sont exposées à l'Institut néerlandais.

Le réel enchanté : Thanks to Luigi Ghirri et Italian Emerging photography .

Luigi Ghirri est un photographe reconnu pour l'utilisation de la couleur et pour ses travaux tel que Atlas (1973/74) où il cherche à restituer le réel et le paysageExposé aujourd'hui, il est considéré comme le "maitre" . Six artistes, tous différents, se présentent à travers leurs oeuvres: Marco Barbon, Susanna Pozzoli, Ottavia Castellina, Margherita Cesaretti, Alessandro Imbriaco, Claudia Pozzoli . Il s'agit d'une vision générale de l'héritage laissé à une nouvelle génération, à la recherche d'une nouvelle définition, de nouveauté.

La manifestation est organisée à Paris par la Galerie Montrasio Arte, galerie privée italienne, du 2 novembre au 1er décembre 2012, à l'Hôtel Sauroy, à Paris. Laura Serani est le commissaire de cette exposition. Les artistes ont tous pour ambition de trouver dans le réel des émotions. Les photographes contemporains ont une grande liberté dans leur travail. Ils peuvent laisser libre court à leur imagination et transformer des formes simples.

Quelques mots sur le Mois de la photo à Paris par la photographe Susanna Pozzoli.

Le travail de Susanna Pozzoli, photographe appartenant au groupe Thanks to Luigi Ghirri et Italian Emerging photography , le réel enchanté , se caractérise par ses photographies sans personne. Susanna recherche une présence humaine dans la pièce. Le décor devient une scène donnée à voir au spectateur. La personne a occupée l'espace puis est sortie. En plus de la caméra, Susanna pratique la vidéo.

Susanna est auteur de livres photographiques: Passato prossimo , On the block Harlem private view , Handmade Korean way ...

-Suite101: Saviez-vous dès le départ quel genre de photographie vous correspondait? la photo artistique ?

Susanna Pozzoli: J'ai très vite été fascinée par la photographie d'auteur. C’est à travers les livres de photographie de Ansel Adams, Williams Eggleston et de Francesca Woodman, entre autres, que je me suis approchée de la photographie. Au fil du temps, j’ai tracé le chemin artistique qui m'a mené vers un travail, celui qui me correspond aujourd’hui. Je me dédie à des projets qui ont un rapport au réel mais qui peuvent être des évocations, des compositions plus que des descriptions de lieux ou de situations. Mon désir a toujours été d'éduquer mon regard, de le nourrir de références, d'études et d'expériences pour ensuite pouvoir saisir une certaine réalité, un état de fait, mon monde.

-Suite101: Quel est pour vous l'importance de cette participation au Mois de la photo à Paris?

SP: Etudiante, j'ai vécu à Paris. J'attache une grande importance à cette ville. Revenir pour y exposer mes oeuvres, m'émeut énormément. Je ne peux cacher mon émotion à participer au Mois de la photo à Paris.

ville et je ne peux cacher une certaine émotion à participer au Mois de la photo à Paris. J'apprécie énormément la photographie française et, à Paris, j'ai eu la chance de connaître vraiment la photographie d'auteur. La MEP et sa bibliothèque ont été des lieux de découverte fondamentaux pour moi. Les galeries spécialisées en photographie, les librairies et l'école qui m’a formé à la photo et où j'ai pu rencontrer des photographes professionnels, tout cela m'a marqué et m'a motivé à poursuivre dans cette voie. J'ai suivi, chaque année, la programmation du Mois de la Photo et aujourd'hui je suis très heureuse d'en faire partie avec cette très belle exposition collective organisée par Montrasio Arte à l’Hôtel de Sauroy et dont le commissaire est Laura Serani.

-Suite101: Quel a été votre rencontre avec Luigi Ghirri, "maitre" de la photo? Quel a été l'impact de cette rencontre sur votre travail?

SP: J'ai été frappé en lisant un livre sur Luigi Ghirri. Auteur conceptuel et puriste de la composition et de la forme, il donne à voir des lieux tels que la plage ou de la campagne. Ghirri ne renonce pas à la beauté de l'image, il va plus loin. Dans son travail, très organisé et qui suit un concept très précis, il y a une richesse très particulière qui fonctionne à différents niveaux : émotionnel et esthétique, théorique et formel. Son attachement aux lieux et sa palette de couleurs sont si reconnaissables qu'une signature est souvent superflue. Luigi est un auteur que j'estime et que je considère comme l'un des plus grands. J'ai beaucoup d'émotions face à ses images, je suis fascinée par ses projets d'édition et par ses réflexions sur la photo.

-Suite101: Que pensez-vous du thème choisi: "le réel enchanté", cela vous a-t-il inspiré immédiatemment?

SP: Le thème me plaît. Le regard du photographe rend le réel enchanté, sans doute, mais comment et pourquoi ? Voici tout l’intérêt. C'est dans la richesse et la variété des réponses que l'on trouve le centre d'intérêt de l'exposition. Nous avons tous un lien avec Luigi Ghirri, nous travaillons en suivant des suggestions qui viennent de son travail et nous manipulons le réel pour le rendre « magique ». Marco Barbon évoque l'histoire passée dans des images hors du temps, Alessandro Imbriaco nous montre des lieux qui pourraient cacher des drames, Ottavia Castellina construit un univers inventé alors que Claudia Pozzoli photographie les Alpes d'une façon si personnelle que le spectateur ne sait plus s'il est en face à des maquette photographiés ou à des vraies paysages. Margherita Cesaretti crée des plantes magique en noir et blanc et photographie la vie quotidienne plongée dans un noir dramatique et puissant. Pour ce qui me concerne, la série exposée ici s'appelle « On the Block. Harlem Private View ». Elle a été développée à New York entre 2007 et 2009 dans une seule rue à Harlem. Mon souhait était celui de réaliser le portrait de l’évolution sociale d’un quartier, sans montrer les gens mais en laissant les objets et les traces parler à leur place. On entre chez les habitants du block, on découvre une architecture 1900 et on aperçoit des présences. Le passé si animé, difficile, riche et complexe de ce quartier se manifeste par des détails. Voilà ce qui est enchanté pour moi : un lieu symbolique pour la communauté afro-américaine qui porte les traces de son histoire et des gens qui y ont vécu.

-Suite101: Que pensez-vous de la photographie contemporaine dans le monde aujourd'hui?

SP: La photographie contemporaine vit une phase importante avec la présence de plus en plus forte du numérique et des projets artistiques qui touchent la photographie mais qui ne sont pas de la photographie au sens traditionnel du terme.

Le Mois de la photo à Paris 2012.

www.mep.fr

Catalogue du Mois de la photo 2012 : programmation.

Coédition Maison Européenne de la photographie/ Actes Sud.

Thanks to Luigi Ghirri et Italian Emerging Photography.

Hôtel de Sauroy

58 rue Charlot, 75003 Paris.

Salon de la photo.

Du 3 novembre au 1er décembre 2012, avant première le 2 novembre 2012 de 18h30 à 21h.

Advertisement
1

Culture