« Toutes Nues pour Véronique Vial », exposition photos, Galerie W

A l'occasion de la sortie du livre « Toutes nues pour Véronique Vial », la photographe Véronique Vial expose ses oeuvres à la Galerie W.
7

Les débuts photographiques

Véronique Vial quitte Paris pour Los Angeles en 1989. C'est aux Etats-Unies qu'elle commence alors à développer des projets artistiques: « A day in the life of Hollywood » où elle photographie des stars d'Hollywood avec la participation d'une cinquantaine de photographes. Puis, elle réalise sur le même principe « Women before 10 am » ou « La ville s'éveille avec Véronique Vial », des photographies de femmes célèbres au réveil et des vidéos. Ses travaux connaissent un grand succès et la photographe est récompensée lors de nombreux festivals. (Prix de l'APA World Press Award en 1998).

La photographie de l'intime

Véronique Vial met en avant ce que l'on cache. C'est pourquoi on parle de photographie de l'intime. Le nu est artistique. Une première exposition a eu lieu en 2009 lors de la parution du livre « Paris Nacked » de la photographe, préfacé par Marc Levy,(Editions Schirmer/Moser). Il s'agit d'une femme nue photographiée dans différents lieux parisiens.

Des réalisations et des rencontres

Reconnue pour les nombreux portraits de célébrités en noir et blanc et en couleur, Véronique Vial réalise des travaux de publicité: Longines, Patek Philippe Genève, Dove...

La photographe a signé également l'affiche du film de Maiwenn, « Le bal des actrices ».

Elle photographie les stars pendant le festival de Cannes sur la croisette pour le magazine Paris Match. Véronique Vial collabore avec de nombreux magazines de mode en France et à l'étranger.

Le livre photographique « Toutes nues »

Le livre, sorti le 19 janvier 2012, est édité aux Editions Fetjaine. « Toutes nues pour Véronique Vial » met en scène une séance de strip-tease. Les comédiennes jouent un personnage. Des séances photos ont été organisées avec concertation des différentes participantes au sujet du lieu, du thème et du style.

L'exposition à la galerie W.

Plus de quinze photos grand format (80 x 120, 120 x 160) ont été réalisées. Quelques unes sont exposées du 27 janvier au 19 février 2012. Les clichés sont choisis parmi dix comédiennes photographiées en situation.

Signe d'originalité, un mur de deux cent photos format portrait (30 x 40), tirage argentique, est intitulé « Décrochez-moi ». Les photos sont signées et annotées par Véronique Vial.

Interview

-Comment avez-vous commencé la photographie?

Véronique Vial: J'ai commencé la photographie par hasard. Lors de mes vacances, j'ai rencontré un photographe et je suis tombée amoureuse de son style de vie. Une révélation. Arrivée à Paris, j'ai fait une école le « Studio pour l'image ». Je suivais des cours le matin et j'étais assistante l'après-midi. Ma vie est une circonstance de chance, de rencontres. Les gens m'ont toujours encouragée.

J'approche la photo comme un véhicule, pour aborder les gens.

J'ai de bonnes idées et un esprit créatif. Pour « Women before 10 am », les gens aux Etats-Unis m'ont copié. Cela ne m'a pas gêné car mon travail était réalisé. J'ai donc développé d'autres idées. Je m'adapte à chaque fois et je fais avec mes propres moyens.

-Quel souvenir gardez-vous de vos premiers projets?

VV: Mon meilleur souvenir est la rencontre avec la compagnie « Le Cirque du soleil ». Leur spectacle est formidable. Je les ai vus la première fois à Santa Monica. Aujourd'hui la compagnie tourne dans le monde entier et j'ai la chance d'être leur photographe atitrée. J'ai vu le spectacle « Corteo » à New York puis à Paris. Je fais tous les backstages et j'entre dans les coulisses. J'ai un contrat avec eux à vie. Je vais au cirque pour me ressourcer.

-Dans quelle catégorie ou genre de photographie vous placez-vous?

VV: Je me situe dans les portraitistes. J'ai cette volonté d'attraper l'essence des gens. Je suis intéressée par l'âme. Dans « Before 10 am », l'idée était de photographier des stars et de les montrer vraiment au naturel. Je souhaitais pour « Toutes nues » saisir leur âme. J'ai donc pensé à un strip-tease.

Carole Rocher a fait du nu pour la première fois. J'ai réussi à la dévoiler réellement. Elle est raffinée et très féminine. C'est la révélation de mon livre. Florence Thomassin également. Je me suis bien amusée, je ne savais pas trop comment l'aborder. C'est un très bon exercice qui m'a aidé dans mon travail de publicité aujourd'hui où j'ai du réaliser pour la campagne de pub « Dove » une quarantaine de portraits par jour.

-De la publicité aussi...comment organisez-vous votre travail entre les commandes de pub et les travaux artistiques personnels?

VV: La priorité est le travail de commande. J'ai besoin d'argent pour mes projets personnels. J'ai plusieurs projets dont la publication de trois livres prêts sur trois personnes au quotidien avec des textes et des photos. Un autre livre va sortir aux Etats-Unies sur un thème totalement original, des photos prises d'un appartement lors de ma convalescence après une blessure au genou. J'ai du passer soixante-cinq jours dans un appartement parisien. J'étais inspirée par les traces des avions qui passaient dans le ciel. J'ai photographié les ombres dans ma maison. J'étais dans une phase d'introspection.

- « Toutes nues », livre photographique, comment vous est venue cette idée? Quel est votre rapport avec les actrices? Sans être « metteur-en-scène » vous avez demandé une recherche de thème et de situation à chacune d'entre elles, qu'est-ce qui vous a intéressé dans ce travail?

VV: Mon avantage au départ est le métier premier de mes modèles: comédienne. Elles sont à l'aise avec leur corps. Elles sont arrivées à entrer dans un personnage. Pour moi, c'était un challenge. Je leur ai demandé de se mettre à nu. Avant de faire un choix, j'ai fait une recherche. Les personnalitées sont différentes. J'ai choisi Elsa Zylberstein pour son caractère dominateur. C'est une très bonne comédienne qui s'est vraiment prêtée au jeu. Les autres comédiennes étaient plus elles-mêmes.

-Un travail sur l'intime et un regard de femme sur les femmes, que pensez-vous du noir et blanc par rapport à la photographie couleur?

VV: Je préfère le noir et blanc car on va directement à l'émotion. La couleur met un voile et cache un peu les émotions. J'ai choisi la couleur car c'est un exercice de style.

Il y a une ligne de conduite dans mon travail. J'ai besoin d'un vrai contact avec l'intérieur des gens. Je suis une photographe « de gens », influencée par Doisneau, BrassaÏ...

L'idée est de montrer la beauté féminine. C'était un exercice de style et une façon de me replonger dans la féminité, dans l'élégance parisienne. Mon travail me fait avancer à chaque fois. J'ai tout un travail à faire sur moi-même avant de photographier. J'aime autant le côté technique qu'émotionnel. Mon côté émotionnel est très instinctif, un peu comme un animal. Je ne peux pas le cacher.

« Toutes nues » exposition du 27 janvier au 19 février 2012.

Galerie W Eric Landau.

44 rue Lepic, 75018 Paris.

Tél: 01 42 54 80 24

Www.galeriew.com

Ouvert tous les jours de 10h30 à 20h.

Dédicaces du livre « Toutes nues pour Véronique Vial », Editions Fetjaine ,

Samedi 28 janvier 2012 de 16h à 19h et dimanche 29 janvier de 15h à 19h.

Sur le même sujet