user_images/282233_fr_photoseb1.jpg

SÉBASTIEN NADOT

Publié dans : Les articles Politique Société & Médias de Sébastien Nadot

Sportif le débat Copé / Fillon ? Match nul d'après les parieurs

2 candidats et 2 styles différents dans la joute oratoire pour remporter la présidence de l'UMP. Mais, peut-il y avoir un vainqueur sans combat ?

Quand Nathalie Kosciusko-Morizet déclare sur les ondes de France-inter que les deux candidats à la présidence de l'U.M.P. (avec en vue l'élection présidentielle de 2017) ne se distingueront que sur le style et pas sur les idées, on se demande si assister à ce débat a encore du sens. Affrontement sportif ? Y aura-t-il des coups, du fair play, des mauvais perdants ?

J.F. Copé et F. Fillon représentent vraiment deux parcours différents et deux styles de combattants, car il faut l'être pour effectuer pareil parcours... L'un comme l'autre n'ont pas vraiment des physiques de sportifs, ni d'athlètes à la silhouette superbe. Mais peut-être ont-ils certaines des qualités des sportifs de haut niveau.

Jean François Copé : l'expérience des ministères parisiens

Né en 1964 dans les Hauts-de-Seine, Jean François Copé est passé par un lycée parisien avant de faire sciences Po pour intégrer ensuite l'ENA (promotion Liberté-Egalité-Fraternité de 1989). Après avoir travaillé à la Caisse des dépôts et de consignations (la grande banque publique au service du développement économique) et Dexia (banque franco-belge touchée par la crise et nationalisée par l'Etat belge en 2011), Jean-François Copé enseigne l'économie à Sciences Po et Paris VIII. C'est alors qu'il entame sa carrière politique.

Ses principaux mandats : maire de Meaux, député de Seine-et-Marne, plusieurs fois ministre sous la présidence de Jacques Chirac (Budget, Intérieur, Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement).

Au RPR, il a été secrétaire national (1998-2001) avant d'être secrétaire général adjoint (2001-2002). Membre du bureau politique de l'UMP dès sa création, il en est le secrétaire général depuis novembre 2010.

Ses amis politiques et ses ennemis le décrivent dynamique, dans l'action, provocateur et souvent arrogant. Un style forgé sur celui du précédent président de la république Nicolas Sarkozy.

L'impression qui ressort d'un point de vue sportif est que Jean François Copé ne peut être doué dans un sport de force ou d'endurance. Trop frêle... En revanche, là où il faut précision, hargne et tactique, l'homme a de quoi maîtriser son sujet. Toujours dans l'action. Karatéka l'énarque ?

François Fillon : toute la palette des mandats électifs provinciaux

Né en 1954 dans la Sarthe, François Fillon effectue sa scolarité en province. Il obtient une maîtrise en droit à l'université du Maine (Le Mans) et poursuivra une année supplémentaire à l'université Renée Descartes pour réussir un DEA en droit public.

Il commence véritablement sa carrière politique comme assistant parlementaire du député de la Sarthe Joel Le Theule en 1976.

Maire de sablé-sur-Sarthe, conseiller général, président du conseil général de la Sarthe, président du conseil régional des Pays de Loire, député puis sénateur, ministre (enseignement supérieur et recherche, éducation, affaires sociales, des technologies de l'information...), il devient premier ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

François Fillon apparaît calme et modéré, davantage réfléchi que son concurrent. Un style complémentaire à celui du précédent président de la République.

D'un point de vue sportif, François Fillon ne semble pas doué pour un domaine particulier mais capable de s'adapter en pratiquant moyen. Se casser une jambe en scooter ne veut pas dire qu'on ne sait pas conduire des bolides mais... On le voit davantage dans des sports d'opposition que des sports de combat. Une main de fer pour un esprit calme. Joueur de ping-pong, l'ex-premier ministre ?

Vers un vainqueur ?

Il est toujours difficile de dire si un candidat sort vainqueur d'un duel télévisé ou bien si son adversaire a engrangé davantage de points.

Seuls les militants (titulaires d'une carte de membre à l'UMP) pourront dire quel est le futur président de l'UMP.

Craignant un déchirement du même genre que celui qui s'était produit entre Chirac et Balladur, les tenants des deux adversaires se sont entendus pour éviter les effusions de sang... Derrière les deux concurrents s'affrontent deux camps de l'UMP, sous le regard de quelques indécis. Entre eux, le risque de scission irréversible n'est pas absent.

L'encadrement strict de la confrontation aura probablement pour conséquence de priver de vrai débat d'idée les téléspectateurs. Quant aux parfums d'animosité entre les deux opposants du soir (on ne peut contester que l'un comme l'autre sont d'excellents acteurs et tacticiens politiques), rien n 'interdit de penser qu'ils traverseront l'écran.

A la manière d'un match de boxe doté d'arbitres experts, les deux adversaires s'affronteront sans mauvais coup (qui les discréditeraient) mais probablement à la recherche d'effets destinés à séduire leur électorat et les indécis.

Qui du karatéka ou du pongiste aura raison de l'autre ?

Ambiance crispée garantie. Rendez-vous à la buvette à la fin du match...

À propos de l'auteur

user_images/282233_fr_photoseb1.jpg

SÉBASTIEN NADOT

Directeur éditorial : éd. An Zéro 2.0 (Toulouse)

  • 90

    Articles
  • 11

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!