François Ier rencontre Henry VIII Tudor : la diplomatie en 1520

En 1520 a lieu une rencontre diplomatique entre François Ier et son homologue anglais le roi Henry VIII. Joutes équestres et lutte figurent au programme.
38

François Ier devient roi de France en 1515, à l'âge de 20 ans, succédant à Louis XII. En septembre de la même année, à la tête des troupes françaises, il défait ses adversaires à la bataille de Marignan (à proximité de Milan) et se fait adouber chevalier des mains du célèbre chevalier Bayard. Dès le début de son règne, François Ier, roi chevalier, s'impose en monarque conquérant.

De son côté, Henry VIII Tudor est roi d'Angeterre depuis 1509. Il est à peine plus âgé que François Ier (4 ans les séparent). Le deuxième monarque Tudor de la dynastie après son père Henry VII (les Tudor accèdent au pouvoir royal, en 1485, suite à la Guerre des Deux-Roses) est marié à Catherine d'Aragon.

L'ambitieux Charles Quint: les raisons d'une rencontre diplomatique

En 1519, Charles Quint est élu empereur du Saint-Empire romain germanique. Cette élection n'apporte pas de territoire supplémentaire à Charles Quint qui a hérité de possessions immenses mais, elle lui donne un prestige supplémentaire et surtout le fait de sortir vainqueur de son duel diplomatique avec son principal concurrent: François Ier.

L'élection comme empereur a consisté pour Charles Quint et François Ier (et aussi pendant un temps pour Henry VIII) à convaincre les 7 princes électeurs de voter pour eux. A ce jeu, les promesses en ducats espagnols et florins allemands de Charles Quint prennent le dessus sur les écus français.

Lorsque François Ier rencontre Henry VIII Tudor dans la campagne de Flandre, entre Ardres et Guines, à une quinzaine de kilomètres de Calais, c'est donc pour construire une alliance contre Charles Quint, dont l'ambition a de quoi effrayer. L'empire de Charles Quint encercle véritablement le royaume de France avec d'un côté l'Espagne, de l'autre les Pays-Bas bourguignons (Bruges, Gand, Bruxelles...), la Franche-Comté et les terres d'Autriche et d'Allemagne de la maison Habsbourg.

Géographiquement pris dans l'étau de l'empire (qui dispose également des richesses en provenance du Nouveau Monde), François Ier veut construire une riposte avec l'Angleterre, seule alliée puissante à même de résister.

Le Camp du Drap d'or

Tout comme Calais, Guînes est, en 1520, un fief anglais. Le roi Henry VIII y est donc chez lui. Après avoir traversé la Manche, il a fait construire une somptueuse maison dénommée le "Palais de Cristal", juste à côté du château de Guines qui lui servira de résidence pendant trois semaines, le temps des rencontres diplomatiques avec François Ier.

François Ier choisit d'établir un campement champestre non loin de Guines, à proximité d'Ardres, petite cité française. Du 7 au 24 juin 1520, le souverain français réside dans ce village éphémère somptueux. Quelques années après les entrevues, le seigneur de Fleuranges écrira dans ses mémoires:

"Avoit fait le roi de France les plus belles tentes qui furent jamais vues et le plus grand nombre, et les principales étoient de drap d'or frisé dedans et dehors, tant chambres que salles et galeries, et tout plein d'autres draps d'or ras et toiles d'or et d'argent. Et avoit dessus lesdites tentes force devises et pommes d'or, et quand elles étoient tendues au soleil il les faisoit beau voir".

La richesse ostentatoire des étoffes utilisées pour couvrir les tentes de François Ier donnera son nom aux entrevues qui se tiendront au "Camp du Drap d'or".

Pourtant destinée à nouer une alliance contre Charles Quint, la rencontre entre François Ier et Henry VIII se tient dans un contexte de rivalité. Elle se mesure à la volonté des deux souverains de démontrer leur puissance par l'affichage de leur richesse. Mais la compétition ne s'arrête pas là.

La diplomatie de la lance

Les festivités qui accompagnent les discussions entre les représentants des deux camps sont destinées à favoriser le climat des échanges (pour obtenir notamment la confirmation du mariage du dauphin de France avec Marie Tudor).

Pendant les trois semaines du Camp du Drap d'or, de nombreuses joutes sont organisées pour le bon plaisir des deux rois et de leurs suites. Des concours de tir à l'arc sont également proposés pour distraire la cour.

François Ier vainqueur orgueilleux d'Henry VIII à la lutte

Les deux rois, fervents jouteurs, ne résistent pas longtemps à l'envie de se mesurer au corps à corps, c'est-à-dire à la lutte, activité sportive très en vogue à cette période. Le roi Henry VIII a emmené avec lui des lutteurs pour qu'ils se mesurent avec ceux de France et se flatte d'exceller dans l'exercice.

Un jour, s'étant retiré dans le pavillon de François Ier, le roi d'Angleterre dit à celui de France: "Mon frère, je veux lutter avec vous". Le roi de France, fort bon lutteur, ne se fait pas prier...

Le combat se tient devant une large assemblée. Le Français parvient facilement à jeter à terre son adversaire. Henry VIII stupéfait de sa rapide défaite devant un important parterre de dame demande sa revanche, ce que le roi de France ne lui accorde pas. L'issue de ce combat est certainement perçue comme une humiliation publique du roi d'Angleterre.

Echec diplomatique des entrevues du Camp du Drap d'or

Le manque de tact de François Ier, éventuellement considéré comme un manque de "fair play" ne facilita probablement pas les transactions menées en parallèle aux festivités.

Henry VIII vexé quitte son homologue français sans que l'alliance espérée ne soit scellée. Quelques jours plus tard, Henry VIII s'entend avec Charles Quint (Charles Quint est le neveu de Catherine d'Aragon, première épouse d'Henry VIII). Leur entrevue se tient dans des conditions beaucoup plus modestes que celles du Camp du Drap d'or.

Faste, luxe et divertissement ne font pas tout... La diplomatie des joutes, du tir à l'arc et de la lutte n'a pas fonctionné. Mais, peut-être, rien ne pouvait à cette date inverser les alliances... En 1532, François Ier et Henry VIII se rencontreront à nouveau: autres temps, autre contexte, autre résultat...

Sources :

Robert de la Mark, seigneur de Fleurange, " Histoire des choses mémorables advenues du reigne de Louis XII et François Ier , en France, Italie, Allemagne et les Pays-Bas, depuis l'an 1499 jusques en l'an 1521", Nouvelle collection des mémoires pour servir à l'histoire de France , Tome 5, Paris, 1838.

Voir aussi :

Arte TV : 1er janvier 2011 : Henri VIII, le roi sanglant

Marie Billon : Pourquoi Henri VIII a-t-il quitté l'Eglise romaine

Audrey Bachter : Les femmes célèbres d'Henri VIII

Gilles Constant : Né en 1494, François Ier est le roi de la Renaissance

Sur le même sujet