Novembre 2010 : 40e anniversaire de la mort du Général de Gaulle

Le 9 novembre 1970, à Colombey-les-Deux-Églises, s'éteint Charles de Gaulle, probablement le personnage politique le plus marquant du XXe siècle en France.
17

Le Général de Gaulle est né le 22 novembre 1890 à Lille. Tout d'abord militaire, sa carrière dans l'armée lui a servi de tremplin pour entrer en politique.

Charles de Gaulle est d'abord un militaire

De Gaulle est formé à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr avec le futur maréchal Juin. A sa sortie en 1912, il choisit le régiment d'infanterie d'Arras où il a déjà fait son année de troupe, comme élève officier, sous le commandement du colonel Pétain (futur maréchal).

Premiers faits d’armes

En août 1914 débute la Première Guerre mondiale. Le lieutenant de Gaulle est blessé une première fois à la jambe, le 15 août (à Dinant en Belgique). Il ne retourne au front qu'en octobre. Il est blessé une seconde fois à la main, en mars 1915. Sa troisième blessure, en mars 1916, lors de la bataille de Verdun, est beaucoup plus grave. La cuisse transpercée d'un coup de baïonnette, il est fait prisonnier par les troupes allemandes. Après plusieurs tentatives d'évasion, de Gaulle est finalement libéré suite à l'armistice du 11 novembre 1918. Il a passé deux ans et demi en captivité.

L’entre deux-guerres

Après deux années en Pologne, à former les troupes de la toute nouvelle armée polonaise, de Gaulle intègre l'Ecole Supérieure de Guerre (aujourd'hui Collège Interarmées de Défense). En 1925, il rejoint l'état-major du maréchal Pétain alors vice-président du conseil supérieur de la Guerre. En 1931, il est muté à Beyrouth où il reste deux ans.

De 1931 à 1937, il est affecté au secrétariat général du conseil supérieur de la Défense nationale à Paris. Il y élabore sa doctrine militaire élargie aux questions stratégiques et politiques.

Le 3 septembre 1939, lors de la déclaration de guerre de la France et l'Angleterre à l’Allemagne, le colonel de Gaulle est nommé commandant des chars de la Ve armée.

Général de brigade depuis le 1er juin 1940, de Gaulle est alors nommé par le président du Conseil Paul Reynaud, sous-secrétaire d'État à la Défense nationale et à la Guerre. A ce titre, il coordonne l'action militaire avec l'Angleterre et rencontre Churchill à Londres le 8 juin.

Le 16 juin 1940, Paul Reynaud présente sa démission au président de la République, Albert Lebrun. Le remplacement de Paul Reynaud par le maréchal Pétain et la demande d'armistice signifie de fait l'éviction du général de Gaulle du gouvernement.

L'appel du 18 juin 1940 : le passage à l'action politique

Le 17 juin 1940, le maréchal Pétain demande l’armistice à l'Allemagne. De Gaulle rejoint Londres.

Le premier ministre anglais Winston Churchill met à sa disposition la radio nationale (BBC). De Gaulle lance alors, le 18 juin 1940, son célèbre appel à continuer la lutte, acte fondateur de la France Libre dont voici les premiers mots:

"Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat (...). Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi. Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit? L'espérance doit-elle disparaître? La défaite est-elle définitive? Non! Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire".

De Gaulle, premier des résistants

Dès lors, le Général de Gaulle organise la résistance extérieure à partir de la Grande-Bretagne et des territoires de l'Empire colonial français non occupés (son rôle sera déterminant pour faire reconnaître l'action de la France dans la guerre).

En 1942, de Gaulle entame un rapprochement avec les groupes de résistants qui combattent sur le sol de France métropolitaine. Avec l'aide de Jean Moulin qui organise le Conseil national de la Résistance (CNR), il parvient à coordonner les efforts entre les Français de l’extérieur et ceux de l’intérieur.

Evolution favorable au camp français de la guerre

Le 26 août 1944, Paris libéré acclame le général de Gaulle. Celui qui incarne le mieux l'âme de la Résistance est reconnu comme le chef du gouvernement provisoire.

Son opposition de la première heure aux choix du gouvernement de Vichy et à l'invasion allemande lui assurait désormais la légitimité du pouvoir.

Les qualités militaires de Charles de Gaulle lui avait permis une belle ascension au sein de l'armée. Sa détermination et son sens de la stratégie lui ouvrent les portes d'une carrière politique exceptionnelle à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Lire aussi :

Nicolas Sarkozy sur la tombe du Général de Gaulle

Informations :

Saint-Cyr

Collège interarmées de défense

Sur le même sujet