user_images/102751_fr_n136124636.jpg

SÉBASTIEN POLET

Publié dans : Les articles Histoire de Sébastien Polet

La résistance égyptienne durant la période ptolémaïque

Durant les règnes de Ptolémée V et de Ptolémée VI, l'Egypte se souleva contre le pouvoir gréco-macédonien.

Les Ptolémées, rois Macédoniens se montrèrent très distants envers les populations égyptiennes de leur royaume. Les premiers rois lagides leurs interdirent l’accès à Alexandrie. Ces rois étaient avant tout tournés vers le monde gréco-macédonien. Ptolémée Ier, Ptolémée II et Ptolémée III développèrent une thalassocratie en méditerranée. Le royaume lagide n’était donc pas limité çà l’Egypte, il englobait notamment les cités grecques de Cyrénaïque, Chypre, de nombreuses îles grecques de l’Egée, une multitude de cités helléniques d’Asie Mineure. Les Ptolémées s’intéressèrent aussi au Levant et à la mer Rouge où ils fondèrent plusieurs cités coloniales gréco-macédoniennes.

Ptolémée IV et l’armée

Mais durant le règne de Ptolémée IV Philopator, les revers militaires commencèrent. Le roi fut contrait d’autorisé les Egyptiens dans l’armée. Mais afin de financer les guerres et les grands travaux, Ptolémée IV, comme les autres rois de la dynastie, levait de nombreux impôts. La paysannerie de Haute et de Basse Egypte était écrasée par ces taxes et levées diverses.

Révolte du Delta

En 217 avant notre ère, une révolte éclata dans le delta du Nil. Les révoltés furent écrasés sans ménagement par des troupes gréco-macédoniennes. Malgré la victoire militaire, l’insécurité régnait dans cette région d’Egypte car de nombreux paysans préférèrent une vie de vagabond à celle d’agriculteur croulant sous les dettes et les taxes.

Révolte en Haute Egypte : une nouvelle monarchie

En 206 avant notre ère, sous le règne de Ptolémée V Epiphane, une partie de la Haute Egypte se souleva. La révolte débuta dans la région située entre Thèbes et Assouan. Les troupes royales furent même chassées de la cité d’Amon. En 201/200, la révolution gagna aussi Abydos. Un Egyptien du nom de Herounefer. En 200, un autre notable égyptien du nom de Ankhounefer monta sur le trône thébain.

Le roi de Méroé profita de ses troubles en Haute Egypte pour reprendre une partie des territoires nubiens envahis par les premiers Ptolémées. Les grands travaux furent stoppés dans la plupart des temples de Haute Egypte et de Basse Nubie : Karnak, Edfou, Philae…

En 199, le pouvoir alexandrin contre-attaqua. Après un siège difficile, Abydos fut reprise aux insurgés. Quelques mois plus tard, les troupes lagides entrèrent dans Thèbes.

Lycopolis

En 197, la révolte repris en Basse Egypte, la cité de Lycopolis chassa les troupes ptolémaïques. Cette nouvelle rébellion força l’armée lagide à stopper sa reconquête de la Haute Egypte. La cité du Delta fut assiégée pendant plusieurs mois. Quand l’armée fidèle au roi alexandrin pénétra dans la ville, elle captura les chefs ennemis encore en vie. Ils furent toux exécutés à Memphis en 196.

L’apogée du royaume rebelle de Haute Egypte

Ankhounefer profita de ces événements pour reprendre Thèbes. Il étendit son royaume jusqu’à Assiout, en moyenne Egypte. Le roi de Méroé, lui, reprit la totalité de la Basse Nubie et installa même des troupes à Eléphantine. Elles y resteront jusqu’en 187 quand Ankhounefer reprit la ville.

Kommanos

A Alexandrie, le roi confia la mission de reprendre la Haute Egypte à un militaire du nom de Kommanos. Brillant stratège mais impitoyable, il débuta sa mission en 186. Il marcha sur Thèbes avec de nombreux mercenaires qui avaient été rassemblés à Akoris en Moyenne Egypte. Il remporta plusieurs victoires avant de s’emparer de Thèbes au terme d’un siège. En août 186, il captura Ankhounefer. Il fit exécuter le fils du roi rebelle. Le clergé thébain d’Amon fut convoqué à Alexandrie afin de rendre des comptes. Au terme de cette purge, un décret d’amnistie fut ordonné par le roi lagide. Les dettes des Egyptiens furent diminuées.

Le roi alexandrin se montra relativement clément car il n’avait guère de choix. Une Egypte en révolte ne lui procurait guère de rentrées. Ces rébellions avaient obéré ses finances de manière durable. Kommanos devint stratège de Haute Egypte, il demeura dans la région avec des troupes nombreuses afin de garantir le retour au calme. Toutefois, la paix demeurait précaire. En 185, Polycrate d’Argos, stratège lagide qui avait réprimé les révoltes du Delta fut assassiné par des Egyptiens. Cet acte marqua la fin provisoire des convulsions qui agitèrent l’Egypte sous Ptolémée V et Ptolémée VI Philométor.

Pétosérapis et la dernière grande révolte

Une dernière révolte importante secoua l’Egypte en 164. Elle fut menée par un homme du nom de Pétosérapis. Des troubles survinrent dans le Delta et même à Alexandrie. Le Fayoum aussi se révolta. Les insurgés furent une nouvelle fois écrasés dans le sang. Ptolémée VI fit assiéger et prendre Akhmim en Moyenne Egypte et il visita Thèbes afin d’y garantir le calme.

Bibliographie sélective :

CAUVILLE (S.), DEVAUCHELLE (D.), Le temple d’Edfou : étapes de la construction. Nouvelles données historiques, dans Revue d’Egyptologie, t. 35, 1984, p. 31-55.

HÖLBL (G.), A history of the Ptolemaic empire, trad. SAAVEDRA (T.), Londres, New York, 2001.

LEGRAS (B.), L'Égypte grecque et romaine, Paris, 2004 (Collection U).

WILL (É.), Histoire politique du monde hellénistique, Paris, 2003 (Points / Histoire).

À propos de l'auteur

user_images/102751_fr_n136124636.jpg

SÉBASTIEN POLET

Diplômé en Histoire (Antiquité gréco-romaine) et en Langues et Littératures Orientales (égyptologie, hittitologie, assyriologie). Président de l'asbl Roma.
  • 349

    Articles
  • 5

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!