user_images/102751_fr_n136124636.jpg

SÉBASTIEN POLET

Publié dans : Les articles Histoire de Sébastien Polet

Le mythe de l'Atlantide d'après le philosophe Platon

La recherche de l'Atlantide est-elle totalement absurde ? Descriptions des sources qui inspirèrent Platon.

Le célèbre philosophe grec Platon aimait enseigner ses théories grâce à des allégories. Toute personne ayant un minimum de connaissances sur la Grèce ancienne ou la philosophie connait la manière d’enseigner du disciple de Socrate. Dans son traité intitulé Critias, Platon imagina une puissance cité insulaire : Atlantis. Dès le départ de son récit, il était clair qu’il s’agissait d’une pure invention du philosophe. Son unique but était de critiquer la société et les mœurs de l’Athènes de son temps. Son maître Socrate ayant été forcé de se suicider, Platon se montra plus prudent. Toutefois, pour un intellectuel grec, il était évident qu’il critiquait le luxe et l’arrogance des Athéniens. D’après le philosophe, qui enseignait dans la cité d’Attique, l’arrogance et le mode de vie des Athéniens finirait pas être puni. Ce thème moralisant n’était évidemment pas nouveau, il se retrouvait dans toutes les cultures antiques.

De l’Atlantide à la Médie et la Phénicie

Lorsque Platon inventa la cité de l’Atlantide, il utilisa la description d’Ecbatane, capitale de la Médie qu’avait rédigé Hérodote un siècle plus tôt. Dans les deux cas, on retrouve une cité avec des enceintes concentrique, un luxe inouï pour la partie centrale de la ville. Platon s’inspira aussi des Phéniciens pour décrire l’art de la navigation des Atlantes. Il est important de se souvenir qu’Athènes était également une puissance qui domina l’Egée aux moyens d’une flotte redoutable et d’alliances avec de nombreuses cités-Etats insulaires.

Santorin ou Deucalion ?

Il n’est très probablement pas nécessaire de remonter à l’éruption du Santorin pour décrire la chute de la cité. En effet, l’écriture s’est perdue pendant des siècles entre les cultures minoenne, mycénienne et grecque. Les chances qu’un récit détaillé soit conservé pendant presque un millénaire sont assez peu probable à l’époque. Sans oublier que le nombre de témoin de l’explosion et de la quasi disparition de Santorin ne devaient pas être très nombreux étant donné l’ampleur de la catastrophe. Il est plus probable que Platon se soit inspiré du mythe de Deucalion, personnage de la mythologie grecque classique qui survécut à un déluge. A part en Egypte où l’inondation était bénéfique, les autres cultures antiques possédaient presque toutes un mythe du déluge.

La présence de Solon

Platon utilisa, à plusieurs reprises, la figure de Solon, législateur athénien qui devint l’un des sept sages de la Grèce des décennies après sa mort… En utilisant la figure d’un Athénien réputé sage d’une époque révolue mais considérée comme un âge d’or, la critique de l’Athènes contemporaine n’en était que plus cinglante. Platon fit aussi appel aux sagesses des anciens Egyptiens. A nouveau, il n’y a rien de nouveau. Le philosophe utilise souvent l’Egypte pour mettre en lumière ses idées car les notions de philosophie ou d’histoire n’étaient pas présentes en Egypte. Etant donné que les sources des IIIe ou IVe dynasties n’évoquent déjà pas les grandes pyramides, il est vraiment naïf de croire que des sources égyptiennes inconnues pourraient se souvenir d’un événement qui ne concernait que le monde grec…

Une recherche inepte

Il n’y a heureusement aucun archéologue sérieux qui recherche l’Atlantide. Une telle quête serait totalement absurde. Faudrait-il aussi chercher la grotte que le philosophe mit en scène pour expliquer sa notion d’idée et de réalité déformée ? Seuls des philosophes et des philologues analysent le contenu du Critias. Les Anciens n’étaient d’ailleurs pas dupes puisqu’aucun philosophe, géographe ou historien ne crut à la réalité de l’Atlantide.

Aujourd’hui, il est commode de trouver des éditions et des traductions scientifiques du Critias de Platon. Pourtant, les adeptes des théories farfelues sont encore nombreux. Manque de formation, attrait pour les mystères, théories du complot et autres fariboles permettent malheureusement de comprendre pourquoi les pseudo-scientifiques et autres savants incompris qui pensent avoir trouvé seuls la clé d’un mystère qui n’existe pas ont encore de beaux jours devant eux… Il est déplorable de constater qu’il y a plus de publications farfelues sur ce thème que sur l’étude scientifique du Critias. Heureusement, cette quantité d’ouvrages reste en dehors des bibliothèques universitaires !

PLATON, Critias, trad. PRADEAU (J.-F.), Paris, 1997 (Classiques en poche, n°8).

À propos de l'auteur

user_images/102751_fr_n136124636.jpg

SÉBASTIEN POLET

Diplômé en Histoire (Antiquité gréco-romaine) et en Langues et Littératures Orientales (égyptologie, hittitologie, assyriologie). Président de l'asbl Roma.
  • 349

    Articles
  • 5

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!