Découverte d'une basilique civile romaine à Alexandrie

Des archéologues égyptiens ont mis au jour, au début du mois de juillet 2011, une grande basilique romaine dans le sud d'Alexandrie, en Egypte.

Au début du mois de juillet 2011, une équipe d’archéologues égyptiens a mis au jour, à al-Baron dans le district de Semouha (sud d’Alexandrie), une basilique romaine.

Il s’agit de la première basilique civile romaine mise au jour à Alexandrie. Ce type d’édifice servait de lieu d’échanges et était aussi employé pour traiter des problèmes juridiques. A la fin de l’Antiquité, les chrétiens reprirent cette architecture et ce nom pour des édifices religieux.

Un temple de Sérapis

La basilique romaine d’Alexandrie date du Haut Empire (30 av notre ère – 235 de notre ère). Elle fut construite sur un temple ptolémaïque consacré aux principaux dieux alexandrins : Sérapis, Isis et leur fils Harpocrate. De nombreuses statuettes de ces divinités en terracotta furent découvertes par l’équipe du Dr. Osama El Nahas.

Le directeur du service des antiquités d’Alexandrie, Mohamed Mostafa, a aussi annoncé la découverte, sur le même site de fragments de piliers en granite. Ils pourraient provenir d’un autre édifice romain du quartier.

Un lieu mentionné par le géographe antique Strabon ?

Le temple ptolémaïque pourrait être l’un des sanctuaires mentionné par le géographe Strabon qui visita Alexandrie en 24 avant notre ère. Aucun vestige chrétien n’a été retrouvé sur le site ce qui confirme bien que la basilique était civile et datait du Haut Empire romain. Strabon ne décrivit malheureusement aucun temple d’Alexandrie, il se contenta d’évoquer le grand Sérapéum et des sanctuaires désaffectés : « En deçà du canal, maintenant, il y a le Sérapéum et plusieurs autres enclos sacrés, d'origine fort ancienne, mais à peu près abandonnés aujourd'hui par suite des nouvelles constructions faites à Nicopolis. Nicopolis a, en effet, maintenant son amphithéâtre et son stade, c'est à Nicopolis que se célèbrent les jeux quinquennaux, et, comme toujours, les choses nouvelles ont fait négliger les anciennes. La ville d'Alexandrie peut être dépeinte d'un mot : «une agglomération de monuments et de temples ». » ( Géographie , Livre XVII, ch. 1, § 10). Le temple mis au jour sous la basilique faisait peut-être partie des enclos sacrés désaffectés mentionnés par Strabon. Sérapis fut un dieu inventé par Ptolémée Ier Sôter , il combina les caractéristiques d’Apis et d’Osiris et donna à cette entité un aspect hellénistique. Ainsi, Sérapis pouvait être adoré par des Macédoniens, des Grecs et des Egyptiens. Il devint le protecteur des Ptolémées et d’Alexandrie.

Autres découvertes

Parmi les objets mis au jour par l’équipe du Dr. Osama El Nahas, il y avait aussi de nombreuses lampes à huiles. Certaines étaient décorées par des représentations de Sérapis ou d’Isis. Des fours datant du Bas Empire furent également retrouvés ainsi qu’une collection de jarres en argile. Des ossements humains datant du VIe siècle de notre ère furent retrouvés à l’intérieur de celles-ci. Les individués étaient âgés de 25 à 30 ans. L’une des plus belles statuettes retrouvée à al-Baron fut celle d’un cavalier. Ces objets seront probablement exposés dans l’un des trois musées archéologique de la métropole méditerranéenne.

Sur le même sujet