Découvrez le monastère blanc, près de Sohag, en Egypte

Visitez l'un des joyeux de l'architecture copte du sud de l'Egypte. Découvrez l'un des plus célèbres monastères de la Vallée du Nil.
109

Dans le sud de la Moyenne Egypte se trouvent les cités jumelles de Sohag et Akhmim. Ces cités, séparées par le Nil à environ 500 kilomètres au sud du Caire. De nombreux vestiges archéologiques antiques sont à découvrir dans cette région peu touristique. Mais il y a aussi deux des plus grands monastères coptes d’Egypte à visiter : Saint Shenouté et Saint Pshoi .

Le monastère de Saint Shenouté

Le monastère de Saint Shenouté, connu aussi sous le nom de monastère blanc, est situé à 8 kilomètres à l’ouest de Sohag, aux portes du désert. Il se situe au cœur du village chrétien d’Atripe. D’après les textes chrétiens des ermites vivaient dans les environs de ce lieu dès le IVe siècle. Etant de plus en plus nombreux, ils finirent par se regrouper en communauté et ils fondèrent le monastère. Il fut officiellement fondé par Pjol, l’oncle de saint Shenouté (mort en 464 ou 465). Ce dernier fut l’un des pères de l’église copte. Il dirigea aussi le monastère.

Les sources anciennes évoquent 2200 moines et 1800 moniales à Atripe à l’époque de Shenouté. Le monastère blanc devint les des foyers religieux les plus important d’Egypte. La bibliothèque du monastère était très riche. Il possédait de nombreux textes originaux. Une partie de son contenu fut perdu lors de l’invasion sassanide de l’Egypte (619-629).

Le monastère blanc fut pillé lors de l’invasion fatimide de l’Egypte, en 1167. D’après l’historien copte Abu al-Makarim (XIIIe siècle), les corps des apôtres Bartholomée et Simon le Zélote furent épargné lors du pillage. Mais seule l’église subsista. Au XVIe siècle, une nouvelle communauté, d’origine éthiopienne s’installa à Atripe. Seul le cœur de l’église est encore employé comme lieu de culte.

L’église

L’église du monastère blanc est le monument chrétien le plus important du sud de l’Egypte. La plus ancienne partie remonte à Shenouté lui-même. Des blocs provenant de temples antiques sont visibles dans les murs extérieurs. L’architecture de ce lieu de culte est une parfaite transition entre les techniques pharaoniques et médiévales. En effet, les murs extérieurs possèdent un fruit et sont surmontés de tores comme les pylônes des temples anciens.

Il est possible de visiter l’église (la cour et le cœur). De superbes peintures du XIIe siècle ornent les semi-dômes qui couvrent le cœur de l’église. On peut y voir le Christ, les quatre évangélistes, la Vierge et saint Jean.

Renseignements pratiques

Le monastère blanc est ouvert de 7h00 au crépuscule.

Une douzaine de trains relient Sohag à Louxor et au Caire chaque jour. Seul l’hôtel Safa (corniche du Nil) à Sohag permet de passer un agréable séjour. De nombreux guides de voyages renseignent l’hôtel Méritamon à Akhmim. Mais, il est loin de correspondre aux descriptions des guides touristiques. La propreté des chambres est déplorable et le bâtiment est plus proche d’une caserne désaffectée que d’un hôtel moderne.

Pour en savoir plus :

CANNUYER (Chr.), L’Égypte copte. Les chrétiens du Nil , Paris, 2007 ( Découvertes Gallimard – Religions / Institut du Monde Arabe , n°395).

GABRA (G.), with a historical overview by VIVIAN (T.), Coptic Monasteries. Egypt’s Monastic Art and Architecture , Le Caire, New York, 2002.

SILIOTTI (A.), L’Égypte copte , trad., Le Caire, 2007 ( Egypt pocket guide ).

Sur le même sujet