La VIIIe dynastie égyptienne fait-elle partie de l'Ancien Empire?

Durant le XXe siècle, Pépy II fut considéré comme le dernier roi de l'Ancien Empire. Cette théorie est aujourd'hui abandonnée.
20

L’Ancien Empire égyptien fut le premier âge d’or de l’Egypte ancienne. Ce fut une période de stabilité du pouvoir. De grandes constructions furent réalisées. L’apogée économique et démographique de la période survint à la fin de la Ve dynastie et sous la VIe dynastie . L’administration se développa et le nombre de hauts fonctionnaires augmenta considérablement. Plusieurs rois connurent un culte funéraire important. Enfin, toute l’Egypte et le nord de la Nubie fut sous le contrôle des rois de Memphis dès l’époque de Snéfrou.

Durant la VIIIe dynastie , l’Egypte semble toujours stable. Des constructions importantes sont toujours réalisées : pyramides d’ Ibi et de Ity. Des expéditions sont envoyées au ouadi Hammamat par les rois Ity et Imhotep.

Des sources peu nombreuses

Le nombre d’informations concernant les rois de la VIIIe dynastie semble peu important. Mais, il ne faut pas perdre de vue que plusieurs règnes des dynasties précédentes sont aussi mal connus : les rois de la IIIe dynastie Khaba et Houni ; les rois de la IVe dynastie Bicheris, Thamphtis, Ratoises et Shepseskaf), ceux de la Ve dynastie Shepseskaré et Menkaouhor ou encore ceux de la VIe dynastie Ouserkaré , Merenré II , Nitocris , Menkaré et Néferkaré II .

L’administration de l’Egypte

L’administration centrale semble toujours fonctionner normalement sous la VIIIe dynastie. Plusieurs vizirs sont attestés. Des tombes de hauts fonctionnaires furent mises au jour à Saqqara, à Meir , à Coptos, à Dendera, à el-Bersha…

Les matériaux de la pyramide d’Ibi confirment que ce roi contrôlait toute l’Egypte. Les inscriptions d’Imhotep et d’Ity au ouadi Hammamat confirment cette analyse. Une inscription d’Ibi fut même retrouvée à Tomas en Nubie.

Un roi divinisé

Le roi Ity fut divinisé et son culte perdura jusqu’au Nouvel Empire ! Peu de rois de l’Ancien Empire connurent cet honneur. Il est toujours utile de rappeler que les rois que nous considérons comme importants ne sont pas nécessairement ceux que les Egyptiens appréciaient !

La Première Période intermédiaire ?

L’égyptologue belge Claude Vandersleyen donna une définition de la Période Intermédiaire, époques qui suivirent les trois grands empires égyptiens : « Ce qui caractérise les Périodes Intermédiaires - et qui invite à les nommer ainsi -, c'est avant tout une raréfaction de la documentation, surtout de la documentation royale qui est, sinon, dominante dans les trois grands "empires" de l'histoire d'Egypte. Cette absence de témoins provoque la relative obscurité de ces périodes. Toutefois, il ne s'agit pas d'une "invention moderne" ; on constate que ces périodes sont soit passées sous silence, soit fortement résumées dans les listes anciennes qui n'ont pas à leur égard l'unanimité qu'elles ont vis-à-vis des "grandes époques". »

Cette définition peut-elle être appliquée à la VIIIe dynastie ? La documentation se raréfie mais la période semble courte. Les sources royales ne semblent pas se tarir. Il y a toujours des inscriptions, des sources archéologiques. Il y a au moins deux pyramides réalisées durant cette dynastie. Enfin, la période n’est pas passée sous silence par les anciens Egyptiens. Les rois de la VIIIe dynastie sont présents dans le papyrus de Turin et dans la célèbre liste d’Abydos. Ity fut adoré jusqu’au Nouvel Empire. Cela implique que les anciens considéraient cette époque comme une « dynastie normale ».

Les sources royales ne sont certes pas unanimes. Mais elles ne le sont pas plus pour les autres dynasties de l’Ancien Empire. Aucune des autres dynasties de l’Ancien Empire n’est décrite de la même façon dans la liste royale d’Abydos et dans le papyrus de Turin.

Conclusion

La VIIIe dynastie fait donc bien partie de l’Ancien Empire. Toutefois, elle annonce la Première Période intermédiaire et le crépuscule des rois de Memphis. D’après les égyptologues Kim Ryholt et William C. Hayes la durée de la VIII dynastie fut relativement brève. Elle dura environ trente années.

Bibliographie sélective

BARTA (W.), Bemerkungen zur Chronologie der 6. bis 11. Dynastie , dans Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde , b. 108, 1981.

BECKERATH (J.) VON, The date of the end of the Old Kingdom of Egypt , dans Journal of Near Eastern Studies , v. 21, 1962, p. 140-147.

GRDSELOFF (B.), Le roi Iti divinisé , dans Annales du Service des Antiquités de l'Égypte , t. 39, 1939, p. 393-396.

HABACHI (L.), The tomb of princess Nebt of the VIIIth dynasty discovered at Qift , dans Studien zur Altägyptischen Kultur , b. 10, 1983, p. 205-213.

HAYES (W.C.), Royal decrees from the temple of Min at Coptus , dans The Journal of Egyptian Archaeology , v. 32, 1946, p. 3-23, pl. 2-5.

RYHOLT (K.), The Late Old Kingdom in the Turin King-list and the Identity of Nitocris , dans Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde , b. 127, 2000, p. 87-100.

THEIS (Chr.), Die Pyramiden der Ersten Zwischenzeit. Nach philologischen und archäologischen Quellen , dans Studien zur Altägyptischen Kultur , b. 39, 2010, p. 321-339.

VANDERSLEYEN (C.), L'Égypte et la vallée du Nil , t. 2, De la fin de l'Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire , Paris, 1995 ( Nouvelle Clio ).

Sur le même sujet