Le mausolée d'Halicarnasse fut-il le père de tous les mausolées ?

Le mausolée d'Halicarnasse fut-il le premier mausolée funéraire de l'histoire antique ? Existait-il des mausolées antérieurs?
16

L’immense sépulture du satrape (gouverneur de l’époque perse achéménide) de Carie, l’une des sept merveilles du monde , fut parfois présentée comme l’ancêtre de tous les mausolées antiques. Il est bien le père du terme «mausolée», mais cette paternité est tardive. Le terme fut inventé par Cicéron plusieurs siècles après la disparition de Mausole.

Les tumuli de Carie

Le mausolée d’Halicarnasse n’est pas une création architecturale totalement novatrice. Les appartements funéraires du monument étaient proches de ceux des tumuli de la région. Un siècle avant Mausole, ces tombes de Carie possédaient déjà une chambre funéraire rectangulaire contenant un sarcophage, pièce précédée par une antichambre. Le tout étant construit légèrement sous le niveau du sol comme à Halicarnasse.

Les tombeaux-façades

Les tombeaux-façades de la région inspirèrent aussi les architectes du mausolée. Ainsi, on retrouve dans les hypogées de Caunos, les colonnes ioniques réalisées sur un soubassement. Le temple d’Athéna de Priène, antérieur au mausolée servit de modèle pour l’agencement de la colonnade de la tombe du satrape.

Le monument des Néréides de Xanthos

Plus important, il existait déjà des monuments funéraires de grandes dimensions avant le célèbre mausolée, notamment le monument des Néréides de Xanthos. Cette sépulture est antérieure de quelques années au tombeau de Mausole. Elle était bien plus petite que la merveille, mais, comme cette dernière, elle était quadrangulaire, possédait une colonnade ionique, une frise réalisée sur le sommet des quatre grandes façades. Seule la toiture différait complètement entre les deux tombeaux. Le tombeau de Xanthos fut transporté, à la fin du XXe siècle, au British Museum .

Tombeaux phéniciens

Il existait d’autres monuments funéraires de grandes tailles antérieurs au mausolée d’Halicarnasse: les tombeaux-tours d’Amrith, cité du nord de la Phénicie. Ces grands monuments dataient du Ve et du IVe siècle avant notre ère.

Les Phéniciens furent probablement à l’origine de la sépulture de Pozo Moro retrouvée dans le sud de l’Espagne. Ce monument était probablement lié aux colonies phéniciennes du sud de l’Ibérie. Il est aujourd’hui exposé au musée archéologique national de Madrid. Il daterait du VIe ou du Ve siècle avant notre ère.

La tombe de Cyrus

Enfin, il y avait la tombe de Cyrus le Grand, le fondateur de l’empire perse achéménide. Elle fut construite près de sa capitale de Pasargades, en Perse. Elle date du VIe siècle avant notre ère. Ce monument inspira certainement les architectes qui réalisèrent le sommet du Mausolée. En effet, le tombeau de Cyrus était édifié sur une série de degrés. La couverture du Mausolée, qualifiée des «pyramide» était constituée de 24 degrés. Mausole étant un satrape au service des empereurs perses s’inspira très probablement de leur art pour la réalisation de sa dernière demeure.

Descendance antique

Le mausolée d’Halicarnasse ne fut donc pas le père de tous les grands monuments funéraires antiques. Il céda son nom aux tombeaux d’Auguste et d’Hadrien à Rome. Il inspira des tombes plus modestes comme celle dite du lion à Amphipolis.

Descendance moderne

A partir du XXe siècle il inspira aussi les architectes anglo-saxons. Aux Etats-Unis, la maison du Temple (ordre franc-maçon écossais) de Washington, construite entre 1911 et 1915, fut inspirée du tombeau de Mausole. L’architecture de la célèbre tombe carienne servit aussi de modèle pour des édifices liés au souvenir des soldats tombés durant plusieurs guerres: l’ Indiana War Memorial d’Indianapolis lié à la Première Guerre mondiale, le Soldiers and Sailors Memorial de Pittsburgh (guerre de sécession) et la Shrine of Remembrance (chapelle du souvenir) de Melbourne en Australie. Les différences architecturales entres ces bâtiments sont importantes car l’architecture de la merveille du monde n’était pas encore connue au début du XXe siècle.

Bibliographie sélective :

M. ALMAGRO-GORBEA, "Pozo Moro. El monumento orientalizante, su contexto socio-cultural y sus paralelos en la arquitectura funeraria ibérica", dans Madrider Mitteilungen , 24, 1983, p. 177-293, t. 12-34.

J.-F. BOMMELAER, "Sur le monument des Néréïdes et sur quelques principes de l’analyse architecturale", dans Bulletin de Correspondance Hellénique , t. CX, 1986, p. 249-271.

A.M. CARSTENS, "Tomb Cult on the Halikarnassos Peninsula", dans American Journal of Archaeology , v. 106, n°3, 2002, p. 391-409.

P. CLAUSS, "Typologie et genèse du mausolée-tour", dans J.-C. MORETTI, D. TARDY éd., L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’empire romain , Actes du colloque organisé par l’IRAA du CNRS et le musée archéologique Henri-Prades, Lattes, 11-13 octobre 2001 , Paris 2006, p. 159-180 ( Archéologie et histoire de l’art , 24).

Fouilles de Xanthos , t. III, P. COUPEL, P. DEMARGNE, Le monument des Néréides. L’architecture , Paris, 1969.

W. KLEISS, "Der Takht-I Rustam bei Persepolis und das Kyros-Grab in Pasargadae", dans Archäologischer Anzeiger , b. 86, h. 2, 1971, p. 157-162.

F. KRISCHEN, "Löwenmonument und Maussolleion", dans Mitteilungen des Deutschen Archaeologischen Instituts. Roemische Abteilung , b. 59, 1948, p. 173-181, t. 29-30.

S. POLET, "Le Mausolée d’Halicarnasse", dans Volumen , n°3, 2009, p. 52-93.

R. MARTIN, "Le monument des Néréides et l’architecture funéraire", dans Revue archéologique , 1971, f. 2, p. 327-337.

J. ROGER, "Le monument au lion d’Amphipolis", dans Bulletin de Correspondance hellénique , t. 63, 1939, p. 4-42, pl. I-IX.

P. ROOS, "Rock-tombs in Hecatomnid Caria and Greek architecture", dans Architecture and society in Hecatomnid Caria. Proceedings of the Uppsala Symposium 1987 , ed. T. LINDERS, P. HELLSTRÖM, Uppsala, 1989, p. 63-68 ( Acta Universitatis Upsaliensis Boreas. Uppsala Studies in Ancient Mediterranean and Near Eastern Civilisations , 17).

Sur le même sujet