Les enfants de la reine d'Egypte Cléopâtre et du Romain Antoine

En plus de Césarion, la célèbre reine d'Egypte eut trois enfants avec Antoine : Alexandre Hélios, Cléopâtre Séléné et Ptolémée Philadelphe.
806

Si l’Histoire s’est essentiellement focalisée sur Ptolémée XV dit Césarion , fils aîné de Cléopâtre VII , elle oublie souvent que la reine macédonienne d’Egypte eut trois autres enfants.

Après l’assassinat du dictateur romain César, en 44 avant notre ère, la reine d’Egypte décida d’éliminer son frère et époux Ptolémée XIV. Ce mariage avait été imposé par César en personne lors de sa venue en Egypte. Afin de ne pas restée seule au pouvoir, Cléopâtre VII épousa son fils Ptolémée XV Césarion qui n’était encore qu’un très jeune enfant. Ainsi, il y avait toujours un homme sur le trône d’Egypte. Etant donné l’âge de son fils, la reine avait évidemment tous les pouvoirs entre ses mains.

Cléopâtre, Dolabella et Cassius

Elle s’allia avec le consul Dolabella. Celui-ci reconnu Césarion comme roi d’Egypte. Mais il fut déclaré ennemi public par le sénat de Rome et battu par les légions de Cassius, l’un des assassins de César. En 42 avant notre ère, Cassius et Brutus furent battus par Antoine, lieutenant de César et par Octave (le futur empereur Auguste), neveu et fils adoptif du dictateur. Octave, Antoine et Lépide se partagèrent le territoire romain. Antoine prit en charge l’Orient (Syrie, Anatolie, Chypre, Grèce, Cyrénaïque).

Cléopâtre rencontre Antoine

A l’automne 42, Antoine convoqua Cléopâtre à Tarse. Elle était suspectée d’avoir soutenu Cassius et les Parthes, ennemis orientaux des Romains. Cléopâtre arriva dans la cité cilicienne avec un cortège fastueux. Bien que l’Egypte fût exsangue, elle montra à Antoine les fastes extraordinaire d’une monarchie hellénistique. Elle fit tout pour séduire le triumvir. Alors qu’elle avait très probablement échoué avec César, elle réussit cette fois à séduire le puissant général romain. Ce dernier oublia vite les accusations portées contre la reine. Neuf mois après son arrivée à Tarse, Cléopâtre mit au monde des jumeaux: Alexandre Hélios et Cléopâtre Séléné (la Lune). Rappelons que Cléopâtre était toujours mariée à son fils et qu’Antoine avait épousé la sœur d’Octave, Octavie…

Troisième enfant d’Antoine et Cléopâtre

En 38, Antoine offrit Chypre et la Cilicie à la reine d’Egypte. Ces territoires avaient jadis fait partie du royaume égyptien sous les premiers Ptolémées. L’année suivante, le triumvirat fut renouvelé à Tarente. Antoine retourna en Orient, mais il laissa Octavie à Rome. Il retrouva Cléopâtre à Antioche, en Syrie. Neuf mois, plus tard, elle donna naissance à Ptolémée Philadelphe. Antoine offrit de nouveaux territoires à sa maîtresse: Cyrène, la Phénicie, Chalkis (Liban), la Judée et la Nabatène. Ces dons étaient plutôt symboliques car les royaumes de Chalkis, de Judée et de Nabatène étaient indépendants!

Les guerres contre les Parthes et les Arméniens

Antoine, aidé par Cléopâtre, décida d’envahir l’empire parthe. Malgré une armée composée d’environ 100 000 hommes, il fut battu par l’empereur parthe Phraate IV et trahit par le roi d’Arménie. Il se replia lamentablement en Syrie. En 34, il tenta d’effacer cet affront en attaquant le petit royaume d’Arménie. Cette fois, il triompha et offrit le butin à Cléopâtre.

Antoine célébra avec la reine d’Egypte son triomphe sur l’Arménie à Alexandrie. Lors de cette cérémonie fastueuse, Cléopâtre devint «reine d’Egypte, de Chypre, d’Afrique et de Coélé-Syrie» et «reine des rois». Elle demeura toutefois mariée à son fils Ptolémée XV. Alexandre-Hélios devint «roi d’Arménie, de Médie, de Parthie et des autres régions de l’Euphrate à l’Indus». Aucun de ces territoires n’était sous le contrôle d’Antoine… Ptolémée Philadelphe fut nommé roi de Phénicie, Syrie, Cilicie et de toutes les régions de l’Euphrate à l’Hellespont (Dardanelles) et Cléopâtre-Séléné devint reine de Cyrène.

Antoine, Cléopâtre et Octave: la bataille d’Actium

A Rome, les frasques d’Antoine furent dénoncées par Octave. Celui-ci souhaitait devenir le seul maître de Rome. Antoine lui donna de nombreuses raisons d’arriver à la guerre. En 32, il répudia Octavie, il décida de se faire inhumer à Alexandrie, il offrit des provinces romaines à Cléopâtre… En 31 avant notre ère, la guerre éclata. Antoine fut battu à Actium. L’année suivante Octave arriva à Alexandrie. Son rival se suicida. Après avoir tenté de séduire Octave, la reine mit également fin à ses jours. Octave fit exécuter Césarion. Octave se justifia en affirmant qu’il «n’est pas bon qu’il y ait plusieurs Césars» (Plutarque, Antoine , 81, 5). Octave étant le fils adoptif de César, il ne tolérait pas l’éventualité qu’il y ait un second héritier du dictateur.

Les enfants d’Antoine et Cléopâtre après la mort de leurs parents

Les trois enfants d’Antoine et de la reine furent capturés et emmenés à Rome. Comme ils ne représentaient pas une menace pour Octave, ils furent très bien traités. Octavie se chargea de leur éducation. Octave maria avec faste Cléopâtre Séléné au roi de Maurétanie Juba II. Alexandre Hélios et Ptolémée Philadelphe disparurent de l’Histoire. Il est probable qu’ils accompagnèrent leur sœur en Maurétanie (Algérie). Cléopâtre Séléné donna un fils à Juba II: Ptolémée. Il fut le dernier roi de Maurétanie. Il régna sur ce royaume d’Afrique du Nord de 23 à 40 de notre ère. Il fut exécuté par Caligula. Ainsi prit fin la lignée de Cléopâtre VII.

Bibliographie sélective :

BINGEN (J.), La politique dynastique de Cléopâtre VII , dans Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres , 1999, n°143, 1, p. 49-66.

COSME (P.), Auguste , Paris, 2009 ( Tempus , n°271).

HÖLBL (G.), A history of the Ptolemaic empire , trad. SAAVEDRA (T.), Londres, New York, 2001.

LEGRAS (B.), L'Égypte grecque et romaine , Paris, 2004.

MARTIN (P.M.), Antoine et Cléopâtre. La fin d'un rêve , Bruxelles, 1995 ( Historiques , n°96).

POLET (S.), Cléopâtre VII au sein de la dynastie lagide , dans Volumen , t. 4, 2010, p. 3-52.

RENUCCI (P.), Caligula l’impudent , Gollion, 2007 ( Memoria ).

SCHWENTZEL (Chr.-G.), Cléopâtre , Paris, 1999 ( Que sais-je ? n°3440).

Sur le même sujet