Les gouffres de l'Enfer et du Paradis en Cilicie (Turquie)

En quelques heures vous pouvez passez du Paradis à l'Enfer. Découvrez les curiosités naturelles de la Cilicie, en Turquie de l'Est.
48

A 22 kilomètres à l’est de Silifke , cité de la côte cilicienne, en Turquie du sud-est, vous pouvez découvrir les gouffres coryciens. Il s’agit d’immenses puits naturels causés par des effondrements de grottes. Le plus profond fut surnommé, l’Enfer. Large de 50 mètres, il est profond de 120 mètres. A 75 mètres de l’Enfer, il y a le Paradis. Ce gouffre est un peu moins profond que l’Enfer, mais il est beaucoup plus large : 250 m. Un escalier de 452 marches taillées dans le roc permet d’atteindre le fond de cette cavité.

Le Paradis

Au fond du gouffre du paradis, vous trouverez une petite chapelle byzantine dédiée à Marie. Elle fut bâtie à la fin du Ve ou au début du VIe siècle. A l’intérieur de la petite construction, des fresques byzantines sont encore visibles. Ce lieu de culte symbolisait le triomphe du christianisme sur le paganisme car durant l’Antiquité ces lieux étaient déjà connus et étaient liés à la mythologie.

L’Enfer et Typhon

Les Grecs et les Romains considéraient le gouffre de l’Enfer comme la demeure de Typhon. Cette créature aux cent têtes de serpent, aux yeux ardents et à la voix terrifiante était le fils de Gaia et du Tartare (dieu). Il fut foudroyé par Zeus et envoyé au Tartare (lieu). De là, il provoquait des tempêtes, faisait sombrer les navires et était responsable des éruptions de l’Etna selon les poètes Pindare et Eschyle. Le Tartare (le lieu) correspond plus aux moins à l’enfer dans les religions monothéistes. Les ombres (âmes) devant expier leurs crimes terrestres séjournaient au Tartare. On y trouvait principalement des individus qui avaient défiés les dieux comme Tantale.

Les Anciens prétendaient que l’on entendait le rugissement de Typhon au fond du gouffre de l’Enfer. Le géographe romain Pomponius Mela écrivit qu’une mystérieuse musique sortait de ce lieu. Quant à Strabon, il évoqua des eaux puissantes au fond du gouffre. Durant l’hiver un ruisseau bouillonnant, l’Aous, traverse la caverne. Il charrie des débris et provoque d’étranges bruits quand on est au bord du gouffre.

L’accès au royaume d’Hadès

Un troisième gouffre, nettement plus petit, conduit à deux grottes. Des auteurs anciens signalèrent ce lieu comme l’entrée du royaume d’Hadès, le domaine des morts. Pour eux, le ruisseau visible au fond des cavités, étaient le Styx, le fleuve des morts. Comme dans le gouffre de l’Enfer, le ruisseau était bouillonnant. Les sons de l’eau furent assimilés au rugissement de Cerbère, le chien à trois têtes qui gardait l'entrée des Enfers. Il y a deux grottes longues de 40 et 25 mètres. On y trouve quelques inscriptions grecques.

Le temple de Zeus

A quelques centaines de mètres des deux grands gouffres, un temple de Zeus fut construit au IIe ou IIIe siècle avant notre ère. On y honorait Zeus comme vainqueurs des Titans. Sur le mur ouest, on trouve la liste de 130 prêtres qui se succédèrent dans ce sanctuaire. Au IVe ou Ve siècle de notre ère, les chrétiens transformèrent ce lieu en une basilique.

Renseignements pratiques

L'Enfer et le Paradis sont accessibles tous les jours de 8h00 à 17h00. Le droit d’entrée est d’environ 1 €. Un véhicule est nécessaire pour arriver sur place. Il y a moyen de se restaurer à proximité du gouffre du paradis.

Sur le même sujet