Les reines de Téti, fondateur de la VIe dynastie égyptienne

A proximité de la pyramide de Téti, l'archéologue Victor Loret mit au jour, à la fin du XIXe siècle, les pyramides de deux reines: Khouit II et Ipout Ière.

Au pied de la face septentrionale de la pyramide de Téti , premier roi de la VIe dynastie, s’étendait une vaste nécropole. Il y a les mastabas des vizirs et beau-fils du roi Mérérouka et Kagemni. La mission de fouille australienne du professeur Naguib Kanawati a mis au jour d’autres sépultures de fonctionnaires de haut rang: Hesi, Seankhouiptah, Neferseshemre… A proximité de ces gigantesques sépultures, témoins d’une époque d’essor économique et culturel de l’Egypte, ont été construits les complexes funéraires de deux épouses de Téti: Khouit II et Ipout Ière.

Le complexe funéraire de la reine Khouit II

Lors des fouilles qu’il entreprit entre 1897 et 1899, l’archéologue Victor Loret mit au jour les complexes funéraires des reines Khouit II et Ipout Ière. Devant la pyramide de Khouit II, Loret découvrit une salle avec plusieurs niches et constata que la sépulture de la reine était entourée par un mur d’enceinte.

En 1922, les fouilles reprirent sous la direction de l’égyptologue Cecil M. Firth. Il dégagea le temple pour le culte de la reine Khouit, mais il ne parvint pas à entrer dans la pyramide de la reine. Il fallut attendre 1962 pour qu'une troisième campagne de fouilles eut lieu. Cette fois, elle était dirigée par V. Maragioglio et C. Rinaldi. Ils publièrent les résultats de Firth, poursuivirent l’étude du temple de la reine et dressèrent le plan du complexe funéraire de Khouit II.

Dans l’Antiquité, l’entrée du complexe funéraire de la reine Khouit II était située sur la face méridionale de son temple. Elle faisait donc face à la pyramide de Téti. Le temple funéraire de Khouit II était assez grand, il disposait d’un hall d’accès, de plusieurs magasins, de la chambre aux niches et d’un corridor de circulation. Enfin, contre la pyramide, un petit sanctuaire était destiné au culte de la reine. La pyramide était, à la base, large de 20,96 m.

Le complexe funéraire de la reine Ipout Ière

Le complexe funéraire d’Ipout fut également découvert par Victor Loret. Il mit au jour, entre 1897 et 1899, la pyramide et le temple funéraire. En 1922, Cecil Firth découvrit un puits funéraire sous la pyramide et en 1962, V. Maragioglio et C. Rinaldi dressèrent un plan de site.

La pyramide d’Ipout Ière était plus récente que celle de Khouit. Une partie du complexe funéraire d’Ipout s’appuyait sur le mur de l’enceinte du domaine de Khouit II. A l’origine, Ipout disposa d’un mastaba, d’où la présence d’un puits funéraire typique de ces constructions. Cette sépulture fut transformée en pyramide après la mort de Téti, durant le règne de Pépy Ier Méryré, le fils d’Ipout. Le nom de ce roi a été trouvé à plusieurs reprises dans le temple funéraire de sa mère. Ce dernier était assez vaste et était divisé en deux parties. La première comprenait un hall, un vestibule et une cour qui formaient une sorte d’avant-temple. La seconde était composée d’une antichambre, d’une salle à trois niches, du sanctuaire et d’un magasin. La pyramide était large, à la base, d’environ 21 mètres.

Les reines de la fin de l’Ancien Empire

L’étude de ces deux complexes funéraires permet de confirmer l’importance grandissante des reines. Depuis la Ve dynastie, elles possèdent, comme les rois, des temples funéraires pour être adorée après leur mort. Les complexes funéraires des reines sont proches de ceux de leurs époux, mais ils sont néanmoins devenus indépendants. A ce jour, les deux complexes funéraires des reines de Téti n’ont toujours pas été totalement dégagés. Il n’est pas exclu qu’il existe d’autres sépultures de reines dans les environs de ceux-ci. En février 2009, une équipe d’archéologues égyptiens a mis au jour, dans ce secteur, la pyramide de la mère du roi, Zeshezeshet Ière.

Bibliographie sélective :

McFARLANE (A.), "Egyptology in Australia: past, present and future", dans Bulletin of Australian Centre for Egyptology , 15, 2004, p. 107-119.

LABROUSSE (A.), "Des reines de Téti, Khouit et Ipout Ière", dans Hommages à Jean Leclant , v. 1, Études pharaoniques , contributions réunies par BERGER (C.), CLERC (G.), GRIMAL (N.), Le Caire, 1994, p. 231-243 ( Institut Français d’Archéologie Orientale , Bibliothèque d’étude , t. 106/1).

Sur le même sujet