Les savants et érudits de l'antique Byzance

Byzance vit naître de grands érudits : Philon, un mathématicien ; Homère, un grammairien et tragédien ; Théodore, un orateur ; Léon, un philosophe...
39

Avant d’être Constantinople, Byzance fut une cité grecque excentrée du monde égéen. Son histoire ne fut guère remarquable jusqu’à la période romaine. Elle fut dominée par les Perses, Athènes et Sparte durant la période classique. Elle recouvra son indépendance après la désagrégation du royaume de Lysimaque. Pourtant, malgré une histoire parfois agitée et son éloignement des cités de la Grèce égéenne, Byzance vit naître de grands érudits. Il faut toutefois remarquer que la plupart d’entre eux vécurent souvent loin de Byzance.

Philon de Byzance

Le plus célèbre des Byzantins fut incontestablement Philon de Byzance. Il vécut à l’époque hellénistique et passa l’essentiel de sa vie à Rhodes et Alexandrie d’Egypte. Il fut un grand mathématicien, un spécialiste des traités militaires et s’intéressa aux applications de la physique. Plusieurs traités de Philon furent conservés. Il étudia les leviers, les roues qui se meuvent d’elles-mêmes (la démultiplication), les pneumatiques. Son intérêt pour la guerre lui fit rédiger plusieurs traités : Les machines de guerre , Les messages secrets , Les machines de jets . Un traité de poliorcétique est également conservé. Philon s’intéressa aussi à la construction des ports et à la mesure du temps grâce à un traité consacré aux clepsydres. Ce dernier ouvrage n’est connu que grâce à une version arabe du texte. Philon fut ainsi un scientifique, un « ingénieur » célèbre qui travailla au célèbre musée d’Alexandrie .

Homère de Byzance

Homère de Byzance vécut au IIIe siècle avant notre ère. Cet écrivain fut un tragédien et un grammairien. Malheureusement aucune de ses œuvres n’est arrivée jusqu’à nous. Il fut considéré comme l’un des plus grands lettrés de la cité. Une statue de lui fut dressée dans les célèbres thermes de Zeuxippe à l’époque de Constantin. Homère de Byzance se trouvait ainsi en compagnie des plus grands hommes de lettres de la Grèce classique et hellénistique : Eschine, Alcman, Aristote, Démocrite, Démosthène, Euripide, Hérodote, Hésiode, Homère, Isocrate, Ménandre, Phérécyde, Pindare, Platon, Pythagore, Thucydide et Xénophon !

Epigénès de Byzance

Epigénès fut un astrologue du IIIe-IIe siècle avant notre ère. A nouveau aucun de ses écrits n’est conservé. Il semble toutefois avoir marqué son temps car il est mentionné par des auteurs postérieurs. Sénèque et Pline l’Ancien font ainsi référence à son œuvre, preuve qu’elle circula dans tout l’empire romain.

Théodore de Byzance

Parmi les grands orateurs de la cité du Bosphore, il faut mentionner Théodore de Byzance. Ce dernier vécut probablement au Ve siècle avant notre ère. Même si aucun de ses discours n’est conservé, il fut un homme de premier plan. Les maîtres romains de la discipline font référence à son art : Quintilien et Cicéron. Le plus grand orateur de Rome qualifia Théodore de Byzance d’« enfileur de paroles » ( L’orateur , XII).

Aristophane de Byzance

D’après Athénée de Naucratis, compilateur d’époque romaine, Aristophane de Byzance fut un homme de lettres qui rédigea un recensement des courtisanes d’Athènes au Ve siècle avant notre ère.

Démétrios de Byzance

L’historien de la philosophie, Diogène Laërce mentionna une biographie de Socrate rédigée par Démétrios de Byzance. L’écrivain fut qualifié de philosophe et d’historien. La disparition de cette biographie est évidemment regrettable car elle aurait probablement donné une autre vision de la vie du célèbre Socrate.

Léon de Byzance

Léon fut un disciple de Platon, un orateur et un ambassadeur de Byzance ! Seul l’un de ses bons mots fut conservé par Plutarque et par Philostrate. Léon de Byzance était à Athènes et il s’exprimait devant l’assemblée du peuple : « Léon de Byzance fut député à Athènes pour apaiser les divisions qui partageaient le peuple. La petitesse de sa taille ayant excité une risée générale : Et que serait-ce donc , leur dit-il, si vous voyiez ma femme, qui me vient à peine au genou ? Les rires ayant redoublé : Cependant , ajouta-t-il, tout petits que nous sommes, quand nous avons dispute ensemble, Byzance n'est pas assez grande pour nous contenir » . (PLUTARQUE, Préceptes politiques , 8).

Marcus de Byzance

Durant le Haut Empire romain, Marcus de Byzance fut l’un des plus célèbres sophistes du IIe siècle de notre ère. A nouveau, aucune de ses œuvres ne fut conservée.

Sur le même sujet