Les traces des rois de la VIIIe dynastie égyptienne à Coptos

Des inscriptions retrouvées dans le temple de Min à Coptos mentionnent trois rois pratiquement inconnus de la fin de l'Ancien Empire.

Les traces des rois égyptiens de la dernière dynastie de l’Ancien Empire sont relativement discrètes. En dehors de la pyramide d’ Ibi à Saqqara Sud, l’égyptologue doit se contenter de quelques inscriptions retrouvées dans la vallée du Nil et dans le célèbre ouadi Hammamat .

En 1946, l’égyptologue W.C. Hayes publia une série d’inscriptions retrouvées à Coptos. Cette ancienne cité égyptienne, située au nord de Louqsor et au sud d’Abydos, fut un centre religieux important dès les premières dynasties égyptiennes. Le dieu principal de la cité était Min, divinité de la fertilité et protecteur des expéditions dans les carrières du désert arabique.

Wadjkaré

Dans les vestiges du grand temple de Min, plusieurs inscriptions fragmentaires furent mises au jour. W.C. Hayes remarqua des noms royaux peu fréquents. Dans l’une d’elle il trouva le cartouche d’un roi nommé Wadjkaré. Le nom d’Horus était partiellement conservé. Il commençait par le hiéroglyphe « Kha ». W.C. Hayes proposa de rattacher ce roi au cartouche de Néferkaouré présent dans la liste d’Abydos. Cette hypothèse est plausible, mais à ce jour, les deux cartouches n’ont jamais été trouvés ensemble.

Dans la liste d’Abydos, Néferkaouré est le onzième roi sur treize (cinquième sur sept lorsque les doublons et rois fictifs de la dynastie ont été retirés). Dans le papyrus de Turin, Néferkaouré est le troisième roi de la VIIIe dynastie . Dans ces deux listes, réalisées au Nouvel Empire, il vint après Ibi et avant Néferkaouhor. Les inscriptions de Coptos confirment cette place relativement stable au sein de la VIIIe dynastie.

Il n’existe aucune information à propos de la famille de Wadjkaré – Néferkaouré. Il n’existe aucune donnée à propos de la sépulture du roi.

Néferkaouhor

Les inscriptions de Coptos révélèrent aussi l’existence d’un deuxième roi de la VIIIe dynastie : Néferkaouhor. Son second cartouche était Khoui-ouy-Hep. Son nom d’Horus était Nétjery-Baou. Il fut très probablement le successeur de Wadjkaré – Néferkaouré. Les listes du Nouvel Empire confirment cette place au sein de la VIIIe dynastie. Comme pour Wadjkaré, il n’existe aucune information sur la sépulture du roi.

Neferirkaré II

Enfin, W.C. Hayes retrouva la trace du roi Neferirkaré II. Un seul cartouche de ce personnage fut retrouvé. Son nom d’Horus était Demedj-ib-Taouy. Les inscriptions de Coptos, la liste royale d’Abydos et le papyrus de Turin font de ce roi le successeur de Néferkaouhor. D’après les deux listes du Nouvel Empire, il fut le dernier roi de la VIIIe dynastie et donc de l’Ancien Empire. Il fut probablement le fils de Néferkaouhor. Comme pour les deux autres rois mentionnés à Coptos, il n’existe aucune trace épigraphique ou archéologique de la sépulture de Neferirkaré II.

Il est peu probable que la monarchie de Memphis se soit effondrée immédiatement à la mort de Neferirkaré II. Un Empire disparaît rarement durant un laps de temps extrêmement bref. Neferirkaré II eut probablement des successeurs dont les traces n’ont pas encore été mises au jour. Il fut probablement le dernier roi à contrôler tout le territoire égyptien. En effet, les listes royales du Nouvel Empire ne mentionnent jamais des rois, même s’ils sont légitimes, qui ne contrôlaient pas tout le territoire. A titre d’exemple, Antef Ier, Antef II, Antef III (XIe dynastie), Kamosis et les rois de la XVIIe dynastie sont absents de la liste de Séthy Ier.

Bibliographie sélective :

BECKERATH (J.) VON, The date of the end of the Old Kingdom of Egypt , dans Journal of Near Eastern Studies , v. 21, 1962, p. 140-147.

BECKERATH (J.) VON, Die Dynastie der Herakleopoliten (9./10. Dynastie) , dans Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde , b. 93, 1966, p. 13-20.

HABACHI (L.), The tomb of princess Nebt of the VIIIth dynasty discovered at Qift , dans Studien zur Altägyptischen Kultur , b. 10, 1983, p. 205-213.

HAYES (W.C.), Royal decrees from the temple of Min at Coptus , dans The Journal of Egyptian Archaeology , v. 32, 1946, p. 3-23, pl. 2-5.

KANAWATI (N.), The Egyptian Administration in The Old Kingdom. Evidence on its Economic Decline , Warminster, 1977.

RYHOLT (K.), The Late Old Kingdom in the Turin King-list and the Identity of Nitocris , dans Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde , b. 127, 2000, p. 87-100.

THEIS (Chr.), Die Pyramiden der Ersten Zwischenzeit. Nach philologischen und archäologischen Quellen , dans Studien zur Altägyptischen Kultur , b. 39, 2010, p. 321-339.

Sur le même sujet