L'origine des mots Egypte et Memphis

Memphis ou Egypte sont des substantifs d'origine grecque. Mais comment se nommaient les anciens Egyptiens, comment nommaient-ils leur capitale ?
445

Il semble évident pour pratiquement tout le monde que Memphis fut l’une des principales capitales de l’Egypte antique. Si cette affirmation est bien exacte, ses termes n’ont rien d’égyptien. En effet, les mots « Egypte » et « Memphis » sont d’origine grecque.

Kemet : La Noire

Les Anciens Egyptiens nommaient leur pays Kemet (vocalisation inconnue). Cela signifiait « la Noire ». Il s’agissait d’une référence au limon de cette couleur apporté par les crues du Nil. Certains rois se firent même représenter en noir afin de démontrer qu’ils étaient les garants de l’approvisionnement en nourriture du pays, ils étaient les maîtres des crues du Nil. Ce substantif eut une longue descendance. Les mots français chimie ou cosmétique sont des dérivés de Kemet, car l’Egypte était réputée pour ces deux « sciences ».

Memphis et la gloire de Pépy Ier

Memphis, pour les Egyptiens anciens se nommait Inebou-Hedj (Les murs blancs) ou Hout-Ka-Ptah (Le Ka du château de Ptah). A proximité de la capitale de l’Ancien Empire, les rois firent dresser leurs pyramides et temples funéraires. Chacun de ces domaines fut pourvu d’une ville qui tirait son nom de celle du temple funéraire du roi. Dans ces villes logeait notamment le clergé chargé de célébrer le culte du roi défunt. L’une de ces villes devint particulièrement célèbre. Il s’agissait de celle du roi Pépy Ier Méryré , troisième roi de la VIe dynastie. Le temple funéraire et la ville de pyramide se nommait Men-nefer-Pépy. Ce nom fut assez rapidement abrégé en Men-nefer. Ce toponyme fut également employé pour désigner la capitale elle-même. C’est, mutatis mutandis , comme si les Français utilisaient le nom Versailles pour évoquer Paris. Lorsque les Grecs arrivèrent en Egypte, Men-nefer devint Memphis. Pépy Ier fut considéré comme l’un des plus grands rois de l’Ancien Empire. Deux millénaires après sa mort, il était encore vénéré par les Egyptiens alors que Chéops, Chéfren ou Mykérinos n’avaient plus de culte et n’étaient plus mentionnés dans les listes des plus grands rois d’Egypte comme celle de Touthmosis III à Karnak.

L’origine mycénienne du mot Egypte

L’un des deux noms de la capitale, Hout-Ka-Ptah, eut lui aussi une longue histoire. Les ancêtres des Grecs de la période classique, les Mycéniens utilisaient ce nom pour évoquer la capitale de l’Egypte. Dans leur écriture syllabique, le linéaire B, Hout-Ka-Ptah devint Ai-ku-pi-ti-jo. C’est ce terme qui donna en grec classique Aiguptos, Egypte. Ainsi, si le nom d’une ville de pyramide devint, via le grec, le nom de la capitale du pays, le nom de cette même ville, toujours via le grec, servit à nommer le pays lui-même ! Ce dernier procédé est toujours employé de nos jours. De nombreux journalistes évoquant la politique d’une nation en utilisant le nom de sa capitale : « Berlin a décidé … » « Washington a mis son veto à… »…

L’Egypte aujourd’hui : de la Mésopotamie à Carthage

Enfin, signalons qu’aujourd’hui, pour les Egyptiens, leur pays se nomme Misr. Ce substantif arabe a également une longue histoire. Il provient du babylonien « misru » qui signifiait l’étranger ou la frontière. Pour un habitant de l’antique Mésopotamie, l’Egypte représentait l’ultime frontière occidentale et son habitant était évidemment l’étranger par excellence. Les Phéniciens et les Carthaginois utilisèrent aussi ce terme (MSR : voyelles inconnues) pour désigner l’Egypte.

Sur le même sujet