L'origine du mot pharaon est-elle égyptienne ?

Ramsès II était-il appelé «pharaon»? D'où vient ce terme employé de nos jours pour désigner les rois de l'Egypte ancienne.
165

Dans de nombreux documentaires, films, ouvrages pour le grand public, il n’est pas rare de voir les rois d’Egypte appelés «pharaons». Ils sont même interpellés par ce titre: «ô pharaon»… Cela semble dès lors évident que le titre «pharaon» servait à nommer les rois d’Egypte.

Per-aa : le grand palais

Pourtant, la réalité n’est pas aussi simple. Le substantif «pharaon» est un nom grec. Il dérive du substantif égyptien: per-aa qui désignait le palais. Per signifiait le domaine, le lieu; et aa signifiait grand. Per-aa était donc le grand palais. La vocalisation est inconnue. En effet, l’égyptien hiéroglyphique ne notait que les consonnes et les semi-consonnes (ou semi-voyelles). Ces dernières étaient comme notre y en français: dans le mot pays c’est une voyelle, dans le mot yaourt c’est une consonne. Un scribe égyptien ne l’aurait écrit que dans le second cas. Afin de pouvoir prononcer l’égyptien ancien, les égyptologues ont mis au point un code international de translittération. Entre chaque consonne on lit un e pour pouvoir prononcer les mots plus facilement comme dans le cas du substantif per. Les semi-consonnes sont lues comme des voyelles. Aa est en réalité écrit avec un aïn et un alef (l’alif arabe). Ces deux lettres ne sont donc pas des voyelles mais des semi-consonnes. La lecture per-aa est donc purement conventionnelle. Un égyptien ne comprendrait probablement pas ce terme. De plus, les voyelles ont probablement dû changer au cours des millénaires d’histoire égyptienne. Aujourd’hui, il est extrêmement difficile de lire et comprendre un texte en français médiéval. Or Il n’y a que quelques siècles qui nous séparent de ces écrits…

Du bâtiment au roi

Per-aa désignait donc, dans un premier temps, le palais royal (le bâtiment). A partir du Nouvel Empire, il prit un sens plus large et désigna le roi lui-même. Aujourd’hui encore, ce type d’amalgame existe: «l’Elysée a décidé…»; «c’est une décision du Quai d’Orsay»; «Buckingham a donné son accord»… Même de nos jours, on ne s’adresse pas au ministre ou au chef d’Etat en utilisant le nom du lieu. A titre d’exemple, un journaliste dira «M. le Président», «Votre majesté» ou encore «M. le ministre . Personne n’interpellera la reine d’Angleterre en disant «Buckingham»! Il en allait de même en Egypte. Per-aa ne faisait pas partie des titres des rois du Nouvel Empire. Le roi était appelé Horus ou Nézout (ou Nésou selon certains). Ce dernier terme se traduit par roi. Il pouvait être accompagné d’épithètes. Souvent, un roi était qualifié de «roi de Haute et de Basse Egypte».

Un titre royal de Taharqa à Néron

A partir du règne de Taharqa (vers 609-664 avant notre ère), avant dernier roi de la XXVe dynastie, le terme per-aa fut inséré dans un cartouche. Il devint donc un titre royal. Cette pratique se généralisa au début de l’époque romaine. Elle s’arrêta assez tôt, après le règne de Néron, en 68 de notre ère.

C'est lors de l’arrivée massive de mercenaires et marchands grecs durant la XXVIe dynastie (672-525) que naquit le terme pharaon. Mais, même les Ptolémées, ces rois macédoniens qui régnèrent sur l’Egypte de 305 à 30 avant notre ère et qui parlaient grec, employèrent relativement peu le titre per-aa . Ainsi seuls les empereurs romains Auguste, Tibère, Caligula, Claude et Néron firent graver de nombreux cartouches contenant le terme «Grand Palais».

Et les vizirs ?

Chéops, Mykérinos, Touthmosis, Hatchepsout, Amenhotep III, Akhénaton ou Ramsès II ne furent donc pas des «pharaons». Jamais ils ne furent nommés de la sorte. Même si de nombreux auteurs et écrivains désignent les rois d’Egypte comme des pharaons, il s’agit très souvent d’anachronismes. Le vocabulaire égyptologique est souvent complexe et il faut le manier avec prudence. Outre pharaon, le substantif vizir est lui aussi d’origine étrangère. Cette fois, il s’agit d’un nom d’origine turque. En égyptien, le mot vizir se lisait Taïty zab tjaty .

Sur le même sujet