Osorkon IV, dernier roi de Tanis (Egypte du Nord)

Osorkon IV, dernier roi de Tanis s'allia à Osée roi d'Israël pour lutter contre les Assyriens.

Osorkon IV succéda à Chéchonq V ou à Pédoubastet II . Osorkon IV fut le dernier roi de la XXIIe dynastie dont la capitale était Tanis. Lorsqu’il accéda à la fonction suprême son royaume n’était plus qu’un territoire réduit situé dans le Delta oriental du Nil. Il ne possédait plus que deux cités importantes : Tanis et Boubastis. Le centre du Delta était aux mains des rois de la XXIIIe dynastie dont la capitale était Léontopolis. L’est de la Basse Egypte et la région memphite étaient sous le contrôle de Tefnakht, roi de Saïs (XXIVe dynastie). En plus de ces rivaux, Osorkon IV devait faire face à des princes indépendants à Mendès et Busiris. Toute la Haute Egypte échappait aussi à Osorkon IV.

Malgré cette situation désastreuse, Osorkon IV fut encore l’interlocuteur des rois du Levant. En effet, ces derniers se souvenaient du prestige et de la puissance des premiers rois de la XXIIe dynastie qui avaient effectués des campagnes en Palestine. De plus, Tanis était l’une des premières cités égyptiennes que l’on trouvait sur sa route quand on venait du Levant.

Osorkon IV et la Bible

Vers 726/725 avant notre ère, le roi d’Israël Osée conspira contre son puissant voisin, le roi assyrien Salmanazar V. D’après le Deuxième Livre des Rois de l’Ancien Testament, Osée aurait proposé une alliance avec un roi d’Egypte nommé Sô : « Mais le roi d’Assyrie découvrit qu’Osée le trahissait : celui-ci avait envoyé des messagers à Sô, roi d’Egypte, et il n’avait pas livré le tribut au roi d’Assyrie, comme chaque année. Alors le roi d’Assyrie le fit mettre en prison, chargé de chaines. Le roi d’Assyrie envahit tout le pays et vint assiéger Samarie, pendant trois ans » (17, 4-5). D’après les historiens de la Bible et la chronologie, Sô ne peut être qu’Osorkon IV. Il faut remarquer que ces événements ne figurent pas dans les sources égyptiennes.

Osorkon IV et les Assyriens

L’alliance fut un désastre pour Osorkon IV. Salmanazar envahit le territoire d’Osée. Il se trouvait pratiquement aux portes de l’Egypte à la tête d’une des plus puissantes armées de l’époque. Toutefois, Osorkon IV échappa provisoirement à l’invasion grâce au décès de Salmanazar V. Le nouveau roi assyrien, Sargon II fut lui aussi un roi conquérant. En 722 avant notre ère, il s’empara de la Philistine. Osorkon IV envoya quelques troupes pour soutenir le roi de Gaza. Mais Sargon II parvint à s’emparer de la cité et poursuivit son avance jusqu’à Raphia, dernière cité du Levant sur la route qui menait à l’Egypte. Toutefois, Sargon II ne traversa pas le Sinaï, il poursuivit ses conquêtes au Levant. Osorkon IV échappa ainsi une nouvelle fois à une invasion.

Osorkon IV et Sargon II

En 716, Sargon II revint dans le sud de la Palestine. Cette fois, Osorkon IV préféra se soumettre. Les sources égyptiennes n’évoquent pas cette soumission, mais les annales assyriennes sont très claires : « Shilkanni (Osorkon IV), roi d’Egypte – une région éloignée – a obéi sous la peur de la puissance d’Assur, mon maître, (submergé par lui) et il m’a offert comme présent douze grands chevaux d’Egypte qui n’ont pas leur pareil dans le pays (d’Assyrie) ». En payant tribut à l’Assyrie, Osorkon IV parvint une nouvelle fois à sauver son royaume.

Une nouvelle menace : Piankhy

Mais une nouvelle menace se profila. Cette fois, elle venait du Sud de l’Egypte. Un conquérant du nom de Piankhy venant de Nubie avait conquis l’essentiel de la Vallée du Nil. Il affronta et défit Tefnakht à el-Hibeh puis il assiégea Memphis. L’ancienne capitale de l’Egypte tomba rapidement aux mains de Piankhy (716). L’impact de la prise de cette cité fut considérable sur les princes du Delta. Le roi Ioupout II de Léontopolis vint se soumettre avec les princes de Sebennytos et de d’Athribis. Piankhy s’empara ensuite d’Héliopolis. Cette fois, ce fut au tour d’Osorkon IV de se soumettre. En 715, le roi de Tanis fut déposé et un gouverneur favorable aux Nubiens fut nommé à Tanis. Piankhy fit graver une stèle pour célébrer sa victoire. Sur celle-ci, on peut voir Osorkon IV et d’autres roitelets du Delta qui se soumettent devant le nouveau conquérant. Le sort d’Osorkon IV n’est malheureusement pas connu. Finit-il ses jours en prison ou fut-il exécuté par les nouveaux maîtres de l’Egypte ?

Bibliographie sélective :

BAER (K.), The Libyan and Nubian kings of Egypt: Notes on the chronology of Dynasties XXII to XXVI , dans Journal of Near Eastern Studies , v. 32, n°1/2, 1973, p. 4-25.

KITCHEN (K.A.), The third Intermediate Period (1100-650 B.C.) , Warminster, 1973.

REDFORD (D.B.), Sais and the kushite invasions of the eighth century B.C. dans Journal of the American Research Center in Egypt , t. 22, 1985, p. 5-15.

SPALINGER (A.), The foreign policy of Egypt preceding the Assyrian conquest , dans Chronique d’Égypte , t. 53, 1978, p. 22-47.

SPALINGER (A.), The military background of the campaign of Piye (Piankhy) , dans Studien zur Altägyptischen Kultur , b. 7, 1979, p. 273-301.

Sur le même sujet