Ptolémée Ier, un Macédonien roi d'Egypte

Autoproclamé roi, Ptolémée combattit ses rivaux en Méditerranée. Il affronta Antigone et son fils Démétrios à Rhodes et en Grèce.

A l’automne 306 avant notre ère, Ptolémée, le satrape d’Egypte s’autoproclama roi. Il gérait déjà ce territoire depuis la mort d’Alexandre le Grand. Ce brillant général macédonien attendit cependant la disparition de tous les descendants du conquérant avant de s’emparer du titre royal. Quelques mois avant lui, Antigone le Borgne s’était déjà autoproclamé roi. Cet ancien général de Philippe II, le père d’Alexandre, régnait alors sur l’essentiel de l’Anatolie et de la Syrie.

Le siège de Rhodes

Ptolémée et Antigone s’était déjà combattu à plusieurs reprises. En 305 eut lieu le moment le plus critique de cette rivalité. Antigone et son fils Démétrios exigèrent des Rhodiens des navires et l’accès à leur port. Rhodes avait réussi à demeurer libre et tentait d’échapper aux guerres entre les anciens généraux d’Alexandre. Depuis des siècles, la cité insulaire avait entretenu de bons rapports avec l’Egypte. Les Rhodiens refusèrent de se soumettre aux exigences antigonides. Démétrios débarqua sur l’île et assiégea la cité éponyme de Rhodes.

Rhodes reçut une aide importante de Ptolémée mais aussi des autres rivaux d’Antigone : Lysimaque et Cassandre. Le siège dura plus d’un an et fit de nombreuses victimes dans les deux camps. Démétrios prit le surnom de « Poliorcète », l’assiégeur de ville lors de cette guerre.

Ptolémée devint un dieu

Comme aucun des partis ne semblait pouvoir vaincre, des négociations furent ouvertes. Démétrios et son armée quittèrent l’île. Rhodes demeura libre. Mais, elle dut livrer 100 otages. Un traité d’alliance fut signé entre Rhodes et Antigone. Les Rhodiens devaient soutenir l’effort de guerre du roi anatolien sauf si celui-ci attaquait ou était attaqué par Ptolémée. Les Rhodiens estimèrent avoir gagné la guerre car ils avaient résisté à l’un des plus brillants généraux de l’époque. A la demande de l’oracle d’Amon de Siwa , ils divinisèrent Ptolémée et le qualifièrent de « Sôter » (Sauveur). Ils furent donc les premiers à diviniser un Ptolémée. Le célèbre colosse d’Hélios, le colosse de Rhodes fut érigé pour célébrer la victoire. Ptolémée finança une grande partie des travaux. Enfin, un temple fut construit dans la cité insulaire afin que la population puisse adorer le dieu Ptolémée Sôter.

La fin d’Antigone et de Démétrios

En 303, une grande coalition se mit en place contre Antigone. Séleucos, Cassandre et Lysimaque attaquèrent l’Anatolie. Antigone fut tué à Ipsos en 301. Son royaume fut partagé entre les vainqueurs. Ptolémée qui était resté neutre profita de la disparition de son ancien rival pour récupérer ses possessions syriennes. Mais lors du partage d’Ipsos, la Syrie fut donnée à Séleucos. Ce dernier refusa d’entrer en guerre contre Ptolémée car il lui devait son trône. Quelques années plus tôt, Ptolémée avait aidé Séleucos qui avait été chassé de la Mésopotamie par Antigone. Toutefois, un germe de guerre existait entre les deux royaumes. Les successeurs de Ptolémée et de Séleucos s’affrontèrent à six reprises en Syrie !

En 294, Lysimaque, Séleucos et Ptolémée tentèrent d’en finir avec Démétrios le Poliorcète. Ptolémée s’empara de Chypre, de Tyr et Sidon en Phénicie, de quelques îles de Cyclades et de la Pamphylie. Démétrios perdit ses dernières possessions asiatiques lors de cette guerre. Il conserva cependant la Macédoine. Un traité de paix fut signé entre Ptolémée et Démétrios, il fut négocié par Sostratos de Cnide qui était, en plus d’être un brillant diplomate, l’architecte du phare d’Alexandrie . Quelques années plus tard, Démétrios fut capturé par Séleucos. Il se suicida dans sa prison.

Politique matrimoniale de Ptolémée

Ptolémée se comporta rapidement en roi. Dès sa nomination comme satrape d’Egypte, il tenta de nombreuses alliances matrimoniales. Entre 322 et 319, il épousa Eurydice, la fille d’Antipater, le régent de Macédoine. De cette union naquit deux fils Ptolémée Kéraunos et Méléagre et au moins trois filles dont Lysandra et Ptolémaïs. Ptolémée eut une maîtresse, Bérénice. Celle-ci finit par faire chasser Eurydice. Le roi épousa alors Bérénice. En 308, elle eut une fille, Arsinoé et en 306 un fils, le futur Ptolémée II. Afin d’assurer l’avenir de ses enfants, Bérénice poussa Ptolémée à bannir les enfants qu’il avait eu avec Eurydice. Ptolémée Kéraunos se réfugia à la cour de Lysimaque puis auprès de Séleucos.

La princesse Arsinoé fut mariée avec le roi Lysimaque alors qu’elle n’était qu’un enfant. Le futur Ptolémée II épousa, quant à lui, la fille de ce roi nommée également Arsinoé.

Ptolémée roi d’Egypte

En Egypte, Ptolémée laissa l’administration pharaonique en place. Le grec devint cependant la langue de l’administration. Aucun Egyptien ne fut admis dans l’armée royale. Le roi macédonien, tel Alexandre, fonda une cité portant son nom en Haute Egypte : Ptolémaïs Hermaiou. La colonie gréco-macédonienne fut implantée à Thinis, près d’Abydos.

En 285 ou 284, Ptolémée associa son fils au trône. Le vieux roi décéda durant l’hiver 283-282. Ptolémée II hérita d’un royaume prospère et vaste qui comprenait l’Egypte, le sud de la Syrie, Chypre, la Cyrénaïque, de nombreuses îles des Cyclades, la Pamphylie et des cités des côtes ioniennes.

Bibliographie sélective :

HÖLBL (G.), A history of the Ptolemaic empire , trad. SAAVEDRA (T.), Londres, New York, 2001.

JOUGUET (P.), La politique intérieure du premier Ptolémée , dans Bulletin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale , t. 30, 1931, 513-536.

LEGRAS (B.), L'Égypte grecque et romaine , Paris, 2004 ( Collection U ).

LÉVÊQUE (P.), Le monde hellénistique , 4e éd, Paris, 2003 ( Agora ).

SARTRE (M.), D'Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique IVe siècle av. J.-C. - IIIe siècle ap. J.-C. , Paris, 2001.

WHEATLEY (P.), Ptolemy Soter’s annexion of Syria 320 B.C. , dans The Classical Quarterly , New Series , v. 45, n°2, 1995, p. 433-440.

WILL (É.), Histoire politique du monde hellénistique , Paris, 2003 ( Points / Histoire ).

Sur le même sujet