Visiter l'exposition l'Héritage d'Alexandre en Egypte à Amsterdam

Découvrez Alexandre et les Ptolémées en Egypte et principalement à Alexandrie dans une belle petite exposition du musée Allard Pierson.

Le musée Allard Pierson de l’université d’Amsterdam organise jusqu’au 20 mars 2011 une exposition consacrée à l’héritage d’Alexandre le Grand en Egypte : « Alexanders Erfenis. Grieken in Egypte ». Le musée, situé dans le centre ville, est situé au Oude Turfmarkt 127. Il est accessible du mardi au vendredi de 10h00 à 17h00 et les samedis, dimanches et jours fériés de 13h00 à 17h00. Le prix d’entrée au musée et à l’exposition est de 6,50 € pour un adulte, 3,25 € pour les retraités, étudiants (avec carte ISIC) et enfants de 4 à 16 ans. Tarif de groupe 5 € par personne (à partir de 10 personnes).

Les proches d’Alexandre

La petite exposition commence par présenter des portraits de l’entourage d’Alexandre. On peut notamment y voir son père Philippe II de Macédoine ; son précepteur, Aristote. En plus de quelques portraits du conquérant, on trouve également quelques statues de divinités. Si Alexandre fut déclaré fils de Zeus par l’oracle d’Amon dans l’oasis de Siwa, il fut aussi proche du dieu Dionysos. En effet, cette divinité fit aussi, d’après la mythologie, une expédition jusqu’en Inde. Alexandre s’inscrivit donc dans les pas de Dionysos qui ne doit pas être limité à un dieu de la fête et du vin. Dionysos fut aussi une entité civilisatrice et conquérante.

L’expédition d’Alexandre

On découvre ensuite, grâce à une grande ligne du temps, les principales étapes de l’extraordinaire périple d’Alexandre en Orient : batailles d’Issos, de Gaugamèles, entrée à Babylone, siège de Tyr, prise de Gordion, franchissement de l’Indus, traversée du désert de Gédrosie, fondations de nombreuses Alexandrie…

La dynastie des Ptolémées

Ensuite, l’exposition présente de nombreux objets provenant d’Egypte. La plupart proviennent d’Alexandrie, cité gréco-macédonienne fondée à l’Ouest du Delta du Nil. Après la mort d’Alexandre et de ses successeurs (son fils Alexandre IV et son demi-frère Philippe III Arrhidée), l’un des anciens généraux du conquérant, Ptolémée, devint roi en Egypte. Ce dernier était un parent éloigné d’Alexandre, comme lui, il fut instruit par Aristote. Ptolémée fonda une dynastie éponyme qui conserva le trône d’Egypte pendant environ trois siècles.

On trouve dans l’exposition, un très beau portrait de la reine Arsinoé II, sœur et épouse de Ptolémée II Philadelphe. Elle fut le premier membre de la dynastie à être divinisé après sa mort. Un grand temple lui fut élevé à Alexandrie.

L’art alexandrin

L’art alexandrin, symbiose entre les arts gréco-macédonien et égyptien fut souvent méprisé par les historiens de l’art car il apparaissant comme une chimère ni grecque ni égyptienne. De nombreuses statuettes sont exposées, ainsi, on peut découvrir cet art unique encore méconnu. De nombreuses représentations des principaux dieux d’Alexandrie (Isis, Sérapis et Harpocrate) enrichissent cette exposition. Il ne faut pas manquer les pièces de monnaies, parmi les deniers romains du IIe siècle de notre ère, car il y a de très rares représentations du phare d’Alexandrie sur celles-ci. Une petite stèle avec un serpent intrigue généralement le visiteur, il s’agit d’une représentation de l’Agathodaimon, le génie protecteur de la cité.

Autres visites à Amsterdam

Malheureusement, il n’y a pas de catalogue de cette petite exposition. La plupart des étiquettes sont bilingues : néerlandais-anglais. Cette visite peut être compléter par la découverte de la collection permanente du musée ou l’exposition « l’Immortel Alexandre » au musée de l’Hermitage (Amsterdam). Si vous avez manqué ces expositions, l'Ashmolean Museum d'Oxford proposera, du 7 avril au 29 août 2011, une nouvelle exposition consacrée au jeune roi de Macédoine : D’Héraklès à Alexandre le Grand .

Sur le même sujet