Visiter Sanliurfa, la cité des Prophètes, en Turquie de l'Est

Découvrez une cité au riche passé. Sanliurfa fut l'antique Edesse, la biblique Ur et une capitale d'un Etat latin lors des croisades.
205

Sanliurfa, ou Urfa, a été baptisée de nombreuses façons. Cette cité de la Turquie de l’Est (proche de la frontière syrienne) a été fondée au IIIe millénaire par les Hourrites, qui lui donnèrent le nom d'Uhraï. Ce toponyme donna la Ur biblique et coranique. La cité est considérée également comme le lieu de naissance d’Abraham ou Ibrahim (selon les musulmans). Elle s'est appelée Antioche d’Osrohène et Edesse durant l’Antiquité gréco-romaine. Aujourd'hui, on la surnomme la «cité des Prophètes».

Ur et la naissance d’Abraham/Ibrahim

Au pied de la citadelle (Kale) s’étend le site de Gölbasi. Il s’agit de l’un des lieux saints de l’islam. C’est là qu’Abraham/Ibrahim vit le jour. Comme il s’était mit à détruire les lieux de cultes païens, le roi assyrien Nemrod tenta de l’immoler sur un bûcher. Mais Dieu transforma le feu en eau et les flammes en carpes. Abraham fut ensuite projeté dans les airs depuis la colline de la citadelle mais il retomba sur un lit de roses.

Gölbas: les carpes sacrées et la grotte d’Abraham

Bien que cette histoire relève de la mythologie et qu’il n’y ait jamais eu de roi assyrien portant le nom de Nemrod, de nombreux pèlerins estiment que toute cette histoire est vraie. La visite de ce lieu saint doit se faire dans une tenue correcte. On peut voir les bassins des carpes sacrées. Il est interdit de toucher les poissons. La légende veut que cela porte malheur et que l’on devienne aveugle. Plusieurs mosquées sont ouvertes aux fidèles et aux visiteurs.

La plus impressionnante est celle d'Halilur Rahman. Elle fut bâtie au XIIIe siècle sur une église byzantine. Derrière la mosquée, on peut voir la grotte dans laquelle serait né Abraham/Ibrahim. Comme il s’agit d’un lieu de pèlerinage, il y a une entrée pour les hommes et une autre pour les femmes. La légende veut qu’Abraham ait vécu sept ans dans cette grotte car Nemrod fit tuer tous les enfants, un songe lui ayant révélé qu’un jour un nouveau-né lui volerait le trône.

La citadelle de Sanliurfa

Après cette visite, il est possible de monter dans la citadelle. Du sommet, on a une superbe vue sur la ville. L’édifice fut probablement réalisé à l’époque hellénistique. Mais la forteresse fut profondément remaniée aux époques byzantine, croisée et turque. Au sommet, deux colonnes ont été surnommée «trône de Nemrut» d’après le nom du roi biblique Nemrod, fondateur mythique d’Ur.

Autres visites

En ville, il est également possible de visiter la grande mosquée qui fut bâtie entre 1170 et 1175, l’ancienne église Saint-Jean (l’autel est toujours visible) et l’ancienne église arménienne des Douze-Apôtres. Un petit musée archéologique retrace l’histoire de la cité, des origines néolithiques aux Ottomans. Des bas-reliefs hittites, assyriens et babyloniens sont exposés.

La grotte du prophète Job/Eyyup

Un second lieu saint est également accessible: il s’agit de la grotte du prophète Job/Eyyup. Dépouillé de sa santé, de sa famille et de sa fortune par Satan/Iblis, celui-ci se réfugia dans une grotte. Il pria Dieu pendant sept ans. Ce dernier lui rendit alors ses biens et sa santé et fit jaillir une source. Les pèlerins viennent ici pour en boire l’eau et espérer acquérir la sagesse et la patience de Job. Le site n’est évidemment pas aussi impressionnant que Gölbasi.

Renseignements pratiques

Comme à Sanliurfa, une tenue correcte est fortement recommandée dans toute la ville. La consommation d’alcool est peu ou pas tolérée, même dans les hôtels. Ceux-ci sont nombreux et on en trouve dans toutes les gammes de prix.

Sanliurfa possède un aéroport. Cinq vols hebdomadaires la relient à Ankara et quatre à Istanbul. De nombreuses lignes de bus conduisent à Sanliurfa. La cité est ainsi reliée à Adana (Cilicie), Ankara, Diyarbakir , Erzurum , Gaziantep , Istanbul, Malatya, Mardin et Van . Des minibus se rendent également à Adiyaman et Harran.

Harran

Sanliurfa peut enfin servir de point de départ pour une visite de Harran, un autre lieu chargé d’histoire. Il s’agit de la dernière capitale assyrienne et du lieu de la bataille qui opposa le consul romain Crassus aux Parthes.

Sur le même sujet