Visitez Assouan, l'obélisque inachevé et la route antique

Visitez l'une des carrières de granite d'Assouan et découvrez le célèbre obélisque inachevé. Parcourez l'antique route commerciale de Syène.
63

Si, aujourd’hui, Assouan est devenue une ville importante de Haute Egypte, durant l’Antiquité, elle n’était qu’un point de passage pour franchir la première cataracte du Nil. La capitale du nome (province antique) était à Eléphantine . Néanmoins, Syène (l’antique Assouan) prospéra grâce à la circulation des marchandises venant de Nubie.

Sounou – Syène – Assouan (Aswan)

L’antique route qu’empruntait les produits venant de Nubie et ceux exportés par l’Egypte vers le Sud est encore visible. Quelques inscriptions en hiéroglyphes jalonnent cette ancienne piste. Pour les voir, il faut se rendre à proximité de l’embarcadère de Philae . Sur la rive sud du lac commence l’antique route. Le nom même d’Assouan est un dérivé de "Syène", un toponyme grec, qui était lui-même l’hellénisation du nom égyptien : "Sounou", qui signifie "Commerce". Sounou-Syène était un lieu de commerce important de Haute Egypte. Une garnison protégeait la route et les marchands qui contournaient la cataracte .

L’obélisque inachevé

Mais le site archéologique le plus impressionnant de la rive orientale du Nil à Assouan est la carrière de l’obélisque inachevé. Le monolithe, fissuré, est toujours en place au cœur d’une grande carrière antique de granite rose. Sur place, on peut voir les emplacements d’autres obélisques et des inscriptions antiques en hiéroglyphes. Le grand monolithe inachevé date probablement du Nouvel Empire.

Les obélisques monolithiques furent inventés dès la VIe dynastie (Ancien Empire). Ils ornaient alors les entrées des tombes, comme à Qubbet el-Hawa (tombes de nobles d'Assouan), Balat (oasis de Dakhla) ou Saqqara Sud (pyramides des reines de Pépy Ier). Plus tard, sous le Nouvel Empire, ils deviendront colossaux et se dresseront devant les pylônes de certains temples ( Louxor , Karnak ). A la période gréco-romaine, certains furent transportés à Alexandrie, d’autres à Rome, Constantinople et Bénévent (Italie)!

Les carrières de granite d’Assouan

Dans la carrière d’Assouan, on peut encore trouver des boules de dolérite, une pierre noire extrêmement dure qu’utilisaient les ouvriers anciens pour tailler le granite. Ils ne pouvaient pas utiliser des coins car le granite se fissure de manière incontrôlable. Il fallait donc des centaines d’ouvriers pour tailler un monolithe. Ils travaillaient parfois pendant des années pour extraire un obélisque de la carrière. Il était ensuite amené par bateau sur le lieu où il devait être dressé. Sur les bas-reliefs du temple d’Hatchepsout à Deir el-Bahari , on peut voir le transport des obélisques de Karnak érigés par la reine.

Il existait d’autres carrières antiques à Assouan. Un second obélisque inachevé est même visible sur la rive occidentale, à proximité du monastère Saint-Siméon. Les carrières de granite d’Assouan furent utilisées dès l’époque thinite (dynasties 0 , 1 et 2). De nombreux sarcophages, colonnes de temples, bloc pour couvrir les bases de pyramides proviennent de ces carrières. Sur les bas-reliefs de la chaussée d’ Ounas (dernier roi de la Ve dynastie ), à Saqqara, on peut voir le transport des colonnes en granite rose qui furent dressées dans le temple haut de sa pyramide.

Prenez le temps de visiter la carrière de l’obélisque inachevé. Les inscriptions, les marques des carriers antiques ne sont pas situées à proximité du monolithe couché.

Sur le même sujet