Mots du Québec (dictionnaire différentiel), partie 39: CHAMPLURE

Trois sortes de péché: la champlure, la sacrure et la créature; dans les chantiers, on disait: les péchés secs, les péchés mouillés et les péchés poilus.

CHAMPLURE n. f.

I. Robinet.

1. Inventaire des biens meubles appartenant à deffunct Jean Nicolet, vivant commis général de messieurs de la Compagnie au fort des Trois-Rivières trouvés dans son logis déclarés par François Marguery [...] -- Une champlure rompue (Marguery, François, Trois-Rivières, 12 novembre 1642, dans Roy, Joseph-Edmond, Histoire du notariat au Canada depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours , Lévis, La Revue du notariat éd., vol.1, 1899, 389 p., Bibliothèque nationale du Québec, FTLFQ[1]).

2. C'est à soèr qu'on s'nettèye », fit l'Ancêtre. Vous autres, beaux messieurs de la ville qui me lisez, vous ne savez pas ce que c'est que le grand nettèyage . C'est pas qu'un petit barda , je vous prie de le croire. Dans le rang Vide-Poche , derrière le grand trécarré , ce rite accompli deux fois l'an, à la Noël et après les foins, a gardé sa véritable importance. Fidèles aux traditions ancestrales, nos Habitants ne voudraient pas se servir de cette espèce de liquide bizarre qui coule de vos champlures . Il leur faut la bonne eau du bon Dieu dont, en sachant la valeur, ils usent avec économie («Lionel Groulx», Francoeur, Louis, et, Philippe Panneton, 1925, Littératures.... À la manière de... nos auteurs canadiens , Montréal, Éditions des Essais, Édouard Garand Éd., 1925, p. 78-79, FTLFQ).

3. Y sortait du grand collège, à la ville, pis y arrivait icitte plein de toutes sortes d'idées de folleries... Fait poser l'essetrisseté [l'électricité], les closets à chaîne, pis une champlure à l'eau, pis y met toute du prélat sus ses planchers [...] (Thériault, Yves, Les Vendeurs du temple , Québec, Institut littéraire du Québec, 1951, p. 182-183).

4. Est toute penchée, Simon se lève, a s'est accotée contre le bord de la porte, y s'approche, passe devant elle pour aller fermer à [la] champlure , touche l'eau: tabarnaque, j'gagerais qu'y a pas une ciboire de goutte d'eau chaude ! Clotilde rit toujours : c'est pourtant simple, on a oublié de connecter à tank , hier soir (Poupart, Jean-Marie, Chère Touffe, c'est plein plein de fautes dans ta lettre d'amour , Montréal, Éditions du Jour, 1973, p. 36, FTLFQ).

5. Quant aux mots à sauvegarder, ils sont pour l'essentiel du terroir, des termes colorés fabriqués ici même sur place pendant que vous attendez, des substrats résiduels du bon vieux temps quand il y avait juste six équipes, quand on faisait huit milles nu-pieds pour aller à l'école en hiver et quand il fallait se lever pour changer de poste de télévision. Magasiner, poudrerie, écrapoutir, jarnigoine, champlure , zigonner, capine, vlimeux, enfarger, brunante, giboulée, taponner, tataouiner, gricher, bardasser, rapailler, grafigner, déflaboxer, patenteux, se canter, se greyer, machine (au sens d'«automobile»), crémone, gosser, faire la commande, avoir de l'eau dans cave (Dion, Jean, «Les mots pour ne pas le dire», Le Devoir, 12 février 2005, p. B2, FTLFQ).

SYNTAGMATIQUE : S uer comme une champlure (FTLFQ).

II. Fam. Abus des boissons alcoolisées ; intempérance.

6. « Nous récoltons ici ce que nous avons semé. Notre prédication morale, nos campagnes de moralité ont surtout insisté sur la luxure, l'intempérance et le blasphème. Certains de nos prédicateurs populaires qui partageaient en cela, avec l'ensemble de notre clergé, une conception assez restreinte du champ de la morale, mais qui avaient un génie réel d'adaptation ont appris depuis longtemps à nos gens qu'il n'y a, en pratique, que ces trois sortes de péché : la " champlure ", la "sacrure" et la "créature", comme le disait un apôtre de renom. Un autre, qui s'adressait surtout aux gens de chantiers employait un langage que ses auditeurs comprenaient bien : "les péchés secs", les "péchés mouillés" et les "péchés poilus". Dans ces catégories évidemment, il n'y a pas place pour l'injustice, le mensonge, la concussion et l'incivisme. [...]» (Dion, Gérard et Louis O'neill, «L'immoralité politique dans la province de Québec», revue Ad Usum S acerdotum (article repris dans divers journaux), 1956, FTLFQ).

7. Vicaire -- [...] Satanée boisson ! On peut sombrer dans l'ivrognerie, une gourmandise qui rend l'homme semblable à la bête. C'est péché capital, d'ouvrir la champlure . La champlure ; la sacrure ; la sexure : voilà trois vices impurs. Monseigneur [Louis-François Laflèche] l'a dit à ses prêtres, à la retraite de 1873 : «L'ivrognerie est la plaie du clergé !» Un trémolo dans la voix, il suppliait d'endiguer ce mal, de ne boire qu'aux repas, et seulement de la grosse bière (Rivard, Guy, Visite théâtralisée complète du Vieux Presbytère de Batiscan , Batiscan, Fondation des amis du Vieux Presbytère de Batiscan, 1996, p.13).

ÉTYMOLOGIE et HISTORIQUE : De cantare «chanter», verbe à peu près synonyme de canare pour parler du chant des oiseaux qui, par analogie, est appliqué à la voix humaine. En ancien français cantare connaît les dérivés chanteplore «siphon» et chantepleure « id .». Dans les parlers du Centre de la France se manifestent les formes chantepleure «cuvier à robinet, où l'on foule le raisin», puis chantepleure «robinet d'un tonneau de perce». Dans le Nord-Ouest, on signale champleuse , champeleure et champ(e)lur e avec des sens à peu près identiques (FEW 2 , 221a et 223a-b).

Au Québec champlure est attesté dès le Régime français (1642). Encore courant aujourd'hui, le substantif, comme figure, présente une deuxième acception, «intempérance». Plus marginale, on la rencontre presque exclusivement dans la formule rimée : «la champlure , la sacrure et la créature (ou sexure, luxure)». Cet emploi est toutefois en voie de disparition.

Catégories :

I . Dialectalisme. II . Innovation sémantique.

_________

[1] FTLFQ : «http://www.tlfq.ulaval.ca/fichier/recherche.asp?mode=» www.tlfq.ulaval.ca/fichier/recherche.asp

Sur le même sujet