Mots du Québec (dictionnaire différentiel), partie 42 : NORDICITÉ

Tous les Québécois ont, dans leur tendre jeunesse, mangé de la neige à poignée, avec délectation, et sucé, avec non moins de plaisir, les glaçons des toits.

NORDICITÉ n. f.

I . Ensemble des particularités concernant la vie dans l’hémisphère boréal, les rapports avec le froid, la neige, la solitude, etc.

1 . On sent aussi [dans le récit de J. Désy sur la Côte-Nord] le pays du concret, du quotidien [...]. Même les bottes que l'on chausse appartiennent à une côte froide. Les éléments de la nordicité sont donc à leur place (Désy, Jean, L'Aventure d'un médecin sur la Côte-Nord , Préface de Louis-Edmond Hamelin, Montréal, Éditions du Trécarré, 1986, p. 9-10).

2 . Inventeur du néologisme « nordicité » aujourd'hui au dictionnaire, le professeur Hamelin se bat depuis plus de 30 ans pour que les Québécois habitent vraiment leur hiver, se «l'approprient» et chassent des expressions déprimantes comme «morte saison» ou «passer l'hiver». Pour le savant, le trait distinctif de la québécité est justement la nordicité . Concrètement, c'est quoi le caractère nordique de Québec ? C'est une équipe professionnelle de hockey clairement identifiée (Lemieux, Louis-Guy, Le Soleil , Québec, 1992, 13 mars, p. B7).

3 . Tous les Québécois ont, dans leur tendre jeunesse, mangé de la neige à poignée, avec délectation, et sucé, avec non moins de plaisir, les glaçons du toit de la maison. Avec la même bouche qui sert à articuler et la même langue qui sert à s'exprimer. Tout un public électeur ne juge le débat référendaire qu'à partir de la notion de culture : ma culture québécoise ; ta culture canadienne ; touchez pas à ma culture !... Et si ma culture était nordique avant tout ? Et si, pour reprendre le néologisme du professeur Louis-Edmond Hamelin, fondateur du Centre d'études nordiques, ma «québécité» n'était qu'un trait distinctif de ma « nordicité »? Ni plus, ni moins (Lemieux, Louis-Guy, Le Soleil , Québec, 1992, 7 oct., p. B2).

4 . Christian Morissonneau, dans La Terre promise : Le m«ythe du Nord québécois , a montré que le Nord circonscrivait la mobilité historique de la population en la dirigeant vers un espace prétendument défini, mais irrémédiablement ouvert. À ses yeux, la nordicité québécoise occupe la même fonction que celle de l'Ouest états-unien pour nos voisins: un front civilisationnel où est aménagée une représention identitaire forte (Nareau, Michel, «Le Nord indéterminé et intertextuel», dans Bouchard, Joë, et al. (dir.), Problématiques de l'imaginaire du Nord , Montréal, UQÀM, 2004, p. 43-44).

5 . Pendant l'entrevue dans l'igloo, il [le président-directeur général de l'Hôtel de Glace] explique son souhait d'un hôtel devenant plus qu'un lieu touristique, mais un phare sur la nordicité qui caractérise le Québec et les univers glaciaires qui composent la planète (Therrien, Yves, Le Solei l, Québec, 2010, 5 janvier, p. 7, col. 2).

REMARQUE : «Compte tenu de son cadre planétaire, la nordicité se rapporte à des systèmes de pensée, à des savoirs, à des vocabulaires, à des représentations artistiques et littéraires, à des expressions d’opinion, à des applications politicoéconomiques ainsi qu’aux manières d’être un pays du Nord et des citoyens du Nord»[1].

ÉTYMOLOGIE et HISTOIRE : Nord est emprunté au vieil anglais north qui désignait la direction marquée par l'étoile polaire. Le substantif est attesté tôt en Normandie (1140 north ). De là, il passe rapidement dans l'usage des autres régions françaises. Depuis le XVIIe s. le nord désigne plus précisément la «région septentrionale d'un pays» (DHLF). Nordicité «quantité de valeurs polaires dans un lieu» est créé par le géographe et professeur Louis-Edmond Hamelin en 1965. Le néologisme est formé à partir du dérivé nordique «qui est relatif aux régions et habitants situés dans toute la partie septentrionale de l'hémisphère boréal» et du suffixe -- ité qui indique en français une «caractéristique attribuée à un objet, un concept, une personne». Le Grand Robert de la langue française consigne nordicité «caractère nordique» en tant que régionalisme canadien (1985).

CATÉGORIE : Innovation lexicale.

-----------------

[1] https://dictio.flsh.usherbrooke.ca/thematique/ar70.html#d4e8638

Sur le même sujet