Mots du Québec (dictionnaire différentiel), partie 69 : SACHEM

Pour prouver la vérité de ses découvertes, il voulut emmener avec lui quelques sauvages et se saisit du sachem Donnacona de Stadaconé.

SACHEM n. m.

Définition :

I. Dirigeant suprême d'une tribu, généralement un membre ancien, faisant office de conseiller et de chef, chez les peuplades indiennes du Canada et du nord des États-Unis.

1 . La reine qui préside sur cette nation comme un Sachem , me reçut fort civilement, et me traita d'une manière distinguée pendant les quatre jours que je restai dans son village (Carver, Jonathan et Jean-Étienne Montucla, Voyage dans les parties intérieures de l'Amérique septentrionale, pendant les années 1766, 1767 et 1768 , Yverdon, Suisse, sans nom, 1784, p.13, ICMH, FTLFQ[1]).

2. 1798. C'est là aussi qu'est la résidence du sachem , ou principal chef de toutes les tribus algonquines qui habitent les différentes parties de ces contrées. Il porte le titre de Nectam qui, indépendamment des droits de son rang, annonce une prééminence personnelle. Les vieillards qui forment le conseil de la nation, se tiennent auprès de lui, et décident quand il faut faire la paix ou la guerre (Sir Mackenzie, Alexander, Tableau historique et politique du commerce des pelleteries dans le Canada depuis 1608 jusqu'a nos jours : contenant beaucoup de détails sur les nations sauvages qui l'habitent, et sur les vastes contrées qui y sont contiguèes : avec un vocabulaire de la langue de plusieurs peuples de ces vastes contrées , Paris, Dentu ..., 1807, p.142, ICMH, FTLFQ).

3. [ ... ] que les Canadois étaient en état d'enseigner l'agriculture à ceux qui cherchaient alors à s'établir sur leurs terres. Il s'élevait dès lors un autre Sachem canadois, Membertou. Il appartenait à cette intéressante famille gaspésienne, dont j'ai parlé plus haut. Nous le verrons Chef des Souriquois (Bibaud, Maximilien, Biographie des sagamos illustres de l'Amérique septentrionale : précédée d'un index de l'histoire fabuleuse de ce continent , Montréal, sans nom, 1848, p. 33-34, ICMH, FTLFQ).

4 Les Montagnais subissent la loi commune au reste des sauvages. Notre civilisation les tue. Leur nombre diminue tous les jours. Autrefois les missions de Tadoussac, de Chicoutimi et du lac Saint-Jean réunissaient quatre à cinq cents familles. Aujourd'hui c'est à peine s'il s'en trouve une vingtaine. Siméon leur dernier grand chef, Sachem ou Sagamo, comme on aurait dit au 17e siècle, est mort en 1849. Il ne paraît pas avoir été remplacé. Ainsi plus de gouvernement. » (Pilote, François, Le Saguenay en 1851 : histoire du passé, du présent et de l'avenir probable du Haut-Saguenay au point de vue de la colonisation , Québec, sans nom, 1852, p. 20, ICMH, FTLFQ).

5. Kalm, qui était peut-être myope, n'a pas l'air de considérer que le sachem ait fait un mauvais marché. Il se contente de remarquer que cet Indien savait ce que vaut une paire de lunettes : «car il n'y a pas de doute que si les verres étaient bien rares, et que si un petit nombre de privilégiés seuls pouvaient s'en procurer, ils se vendraient le prix des diamants» (Marchand L. W., Mémoires de la Société historique de Montréal : septième livraison : Voyage de Kalm en Amérique , Montréal, imprimé par T. Berthiaume, 1880, p.85, ICMH, FTLFQ).

6. Pour prouver la vérité de ses découvertes et justifier les espérances qu'il avait conçues, il voulut emmener avec lui quelques sauvages et se saisit du sachem Donnacona et sept ou huit des principaux du village de Stadaconé (y compris Taignoagny et Domagaya (Baudoncourt, Jacques de , Histoire populaire du Canada, d'après les documents français et américains », Montréal, Cadieux et Derome, 1886, p.12, ICMH, FTLFQ).

7. Lord Walpole alors s'avança et, s'emparant de la main de Michel Agathe : ?– Sachem des Mic-macs, dit-il, votre père, vous et votre peuple, vous avez été bons pour votre sœur au visage pâle, jetée sur ce rivage par la tempête... Vous l'avez secourue, vous l'avez adoptée comme une des vôtres, et elle a vécu heureuse dans votre tribu (Dick Vinceslas-Eugène, L'Enfant mystérieux , Québec, J.A. Langlais, 1890, p. 292, ICMH, FTLFQ).

8. Les décisions de la ligue relevaient d'un conseil fédéral composé de 50 sachems dont les postes se transmettaient suivant l'hérédité matrilinéaire(Rousseau Jacques et Georges W. Brown. «Les Indiens du Nord-Est de l'Amérique», Dictionnaire biographique du Canada – Dictionary of Canadian Biography , Québec – Toronto, Les Presses de l'Université Laval – University of Toronto Press, vol.1, «1000 à 1700», 1966, p. 7, FTLFQ).

9 . [...] constitue un élargissement de la rivière Duplessis qui se jette dans la rivière Gatineau. Le lac du Sachem a une superficie de 0,4 km2 et une longueur de 1 km. Approuvé en 1952, ce nom d'origine iroquoise désigne un vieillard, un Ancien qui faisait fonction de conseiller et de chef chez les peuples amérindiens du Canada et du nord des États-Unis. [ ... ] (Commission de toponymie du Québec, Noms et lieux du Québec : dictionnaire illustré , Québec, Les Publications du Québec, 1996, p. 598, FTLFQ).

SYNONYMES : Sagamo , parfois Sagamo .

ÉTYMOLOGIE et HISTOIRE : Le mot vient de l'algonquin, puis connaît une adaptation américaine (attestation du mot dans une relation anglaise dès 1622). André-Jean Cuoq atteste l’emploi de sachem avec le sens de «chef, conseiller d'une tribu». Il puise son information dans un texte de Jacques Cartier : Donnacona était seigneur ou agouhana . Or, le mot agouhana n'est autre que le terme iroquois rakowanen «chef», que les Algonquins traduisent par okima ou par kijeinini , les Abénaquis utilisent sanguima , les Montagnais sagamo , d'où les écrivains anglais tirent l’appellation sachem » (CuoqLexique ).

Alexander F. Chamberlain, dans son article «Indian Words in French Canadian» paru dans American Notes and Querries , 1888, précise que « Sachem [is], an Indian chief. Ce fameux sachem des Hurons de Lorette. From the English word, sachem , which is of Algonquin origine. The word sachem occurs in Capt. John Smith's History of Virginia . In the vocabularies in Gallatin's Synopsis , the Narragansett for "chief" is sachim ; Massachusetts, sachem ; Delaware, sakima ».

Sachem, au Québec, avec l'acception mentionnée en tête d'article, a certainement été employé vers le milieu du XVIIIe s. (voir Exemple d'emploi 1 ). Aujourd'hui, comme c'est le cas pour la plupart des amérindianismes, sauf en ce qui regarde les dénominations toponymiques, le mot perd graduellement de sa vigueur et est menacé de disparition.

Le mot est aussi relevé en anglais canadien (1721, DictCan).

Sachem est introduit en français général par un récit de voyage (1784) et utilisé plus tard par Chateaubriand : Depuis la chasse du castor où le sachem aveugle raconta ses aventures à René. ( René , 1801, Littré). Théophile Gauthier a appliqué le mot à Chateaubriand : « Sachem du romantisme» (1872). Grand sachem s’emploie aujourd’hui familièrement pour «grand personnage, chef» (DHLF, 3348a).

CATÉGORIE : Amérindianisme avec influence de l'anglais.

---------------

[1] F ichier du T résor de la L angue F rançaise au Q uébec : « http://www.tlfq.ulaval.ca/fichier/default.asp ».

Sur le même sujet