SEVERINE DURANDE

Publié dans : Les articles Loisirs & Sorties de severine durande

Le vin au Moyen âge : exposition à la tour Jean sans Peur

Une exposition sur le vin au moyen âge à voir jusqu'au 11 novembre 2012

L'univers du vin au Moyen Age est évoqué à la tour Jean sans Peur à travers une série d'affiches illustrées, et le visiteur peut déambuler dans une taverne reconstituée pour l'occasion.

Le vin au Moyen âge est fort apprécié. Si l'ivresse est un péché condamné par l'église, boire du vin est la chose la plus naturelle. Mieux, on lui prête des vertus évidentes. Il donne de la force et du courage aux travailleurs. Il promet aux amants la puissance sexuel et aux écoliers une intelligence sans faille. Ses propriétés médicinales sont immenses. Il soigne les angines et les affections respiratoires. Il débouche les artères. Il requinque les convalescents et les vieillards.

Vin blanc et vin rouge

Le vin blanc est meilleur car l'ivresse est avec lui moins longue. Au moyen âge on le boit souvent coupé d'eau. Le vin rouge, considéré plus nocif pour les personnes en bonne santé est en revanche préférable pour les malades. Enfin si le vin rouge et le vin blanc sont utilisés tous les deux en cuisine, une nette préférence est pour le vin blanc, sans doute plus digeste et plus goûteux. Le Menagier de Paris et le viandier de Taillevent contiennent de nombreuses recettes à base de vin. Il sert à l'élaboration de sauces et des viandes en pot. Il entre aussi dans la préparation des marinades afin de rendre la viande moins dure.

A boire!

Le vin au moyen âge fait aussi partie des réceptions, à la table du peuple ou à la table des grands. Alors que le peuple se contente de la piquette, l'élite a le meilleur vin. Sa façon de le consommer le distingue de l'homme du peuple. Boire par soif est considéré comme vulgaire. Il se boit d'abord par convention et ensuite pour accompagner le repas. Le rituel est immuable. La coupe de vin servi très frais circule de main en main. On ne doit jamais boire la bouche pleine et il convient de s'essuyer la bouche avant. L'homme du monde boit à petites gorgées et se tient droit contrairement au vil qui lève les coudes.

La taverne

Si on boit beaucoup chez soi, la taverne au moyen âge est aussi très présente au cœur des villes et à la campagne dans les faubourgs. Les paysans s'y réunissent chaque dimanche et les étudiants y tiennent leurs réunions. A paris on compte 800 taverniers en 1400. La taverne est un lieu bruyant et enfumé. Il n'est pas rare d'y croiser les collecteurs d'impôts et des hommes de justice traitant leurs affaires. Si le tavernier vend du vin sur place, il vend aussi du vin à emporter chez soi. C'est un négociant de premier ordre.

Le vin est au moyen âge est bénéfique à plus d'un titre. Outre d'être une boisson plaisir c'est un outil thérapeutique, et l'homme du moyen âge s'en donne sans doute à cœur joie. Au cœur d'un rituel savamment orchestré, un adage tel que «dis-moi comment tu bois, je te dirais qui tu es» trouverait parfaitement à s'employer.

Informations pratiques:

Tour Jean sans Peur

20 rue Etienne Marcel

75002 PARIS

Ouvert Mardi, Samedi, Dimanche: 13h30 18h

Tarif 5 euros ( tarif réduit 3 euros)

À propos de l'auteur

SEVERINE DURANDE

  • 68

    Articles
  • 13

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!