Deauville : naissance d'une villégiature

Deauville : petite histoire d'une villégiature
14

Deauville nait en 1864 de la puissance d'un homme, le duc de Morny, demi- frère de Napoléon III et visionnaire avant l'heure. Alors qu'il visite ce qui n'est encore qu'un minuscule village «Dosville» il a une révélation. Un seul désir peuple désormais ses jours et ses nuits: faire de ces terres à l'abandon un royaume du luxe et de l'élégance. Très vite il livre sa première bataille. Dès 1860 les travaux commencent. Villas, grands hôtels, établissement de bains,église, hippodrome, sortent de terre. La population passe d'une centaine d'habitants à plus de mille, les touristes affluent: Deauville est née.

Paris-Deauville : une histoire d'amour

Les vertus thérapeutiques des bains de mer attirent à l'époque une clientèle mondaine et fortunée. Deauville ne fait pas exception. Deauville devient le pôle d'attraction de l'élite parisienne. En 1863 la première liaison ferroviaire Paris-Deauville est créee. Il s'agit d'attirer le gratin parisien et parmi eux les artistes y compris la comédie française et les ballets russes. Très tôt des tarifs préférentiels sont mis en place. Pour leur fournir un voyage inoubliable, le train bleu est inauguré en 1931. Train de luxe avec wagon restaurant gastronomique, c'est en moins de deux heures 35 que les voyageurs arrivent à destination. Et si très vite, les riches parisiens ne se privent pas de venir avec leurs magnifiques voitures, devenues à la mode, c'est que les rues ont été conçues pour elles! Larges et planes, elles favorisent leur circulation. Pourtant déjà l'avenue de la république est soumis aux embouteillages dès 1909!

Le casino et l'hôtel le Normandy

C'est la rencontre de deux hommes en 1912, Désiré le Hoc, maire de la ville, et Eugène Cornuché, directeur du célèbre restaurant de chez Maxim's qui impulsent la construction du casino et de l'hôtel le Normandy. A l'image de l'ambition des deux hommes de faire de Deauville une ville lumière, ils les veulent des établissements de luxe et de prestige. Le casino a pour modèle le grand trianon de Versailles, et le Normandy l'opéra Garnier. Avec la salle de jeux et le bar américain, le casino se dote d'une salle de bal et de concert. Le faste est à son comble. On recense pas moins de 1200 miroirs. Le Normandy, véritable palace, est pourvu de chambres possédant toutes leur propre salle de bains. Le hall, très vaste permet à chacun de voir et d'être vu. Et c'est le grand vaisseau de la modernité: pas moins de 200 ampoules éclairent ce temple de l'élégance.

Le nouveau Deauville des années 20

Deauville connait un nouvel essor dans les années 20. Pas moins de 30 villas sont construites chaque année et dans les années 30 la ville avoisine les 5000 habitants. La physionomie de la ville change. En 1920 on vient s'y baigner si nombreux que Charles Adda y conçoit en 1923 les bains pompéiens. Ils sont constitués par 250 cabines distribuées en ilots délimitées par des portiques et reparties autour de cours intérieurs. Un bain de vapeur, des boutiques et un café bar s'y adjoignent. C'est le comble du raffinement. Pour parfaire l'édifice Cornuché fait construire sur la plage une piscine d'eau de mer et y fait aménager des parterres fleuris. Les boutiques de luxe se multiplient à coté du magasin Le Printemps implanté en 1912. Très vite Coco Chanel y ouvre sa première boutique.

Deauville aujourd'hui

Aujourd'hui, plus que jamais Deauville est la capitale vivante du luxe, des stars et de la culture. Depuis la seconde guerre mondiale la clientèle très parisienne puis anglaise devient franchement internationale. On accourt de partout à Deauville et près de 20 000 personnes le week-end foulent son sol. Le casino et les grands hôtels passés aux mains de la dynastie Barrière se veulent plus somptueux que jamais. Ville riche en évènements, les rendez vous sont nombreux. Deauville aime le cinéma. Le festival du cinéma américain qui se tient chaque année au début de l'automne accueille nombre de stars américaines et françaises. Et Deauville aime également la musique et la littérature. Ses festivals annuels de musique classique et de jazz, et son salon livres et musique au printemps attire un peu plus chaque année la foule.

Deauville, née de ces terres à l'abandon n'a jamais cessé d'être cette ville de villégiature fascinante où règne luxe, charme et élégance. A moins de deux heures 15 de paris en voiture ou train, sa réputation internationale en fait un des hauts lieux du prestige français.

Sur le même sujet