Le scribe Nebmeroutef au musée du Louvre

Une très belle sculpture de l'art égyptien à voir au Musée du Louvre : le scribe Nebmeroutef
41

Le scribe Nebmeroutef que l’on peut voir au musée du Louvre au premier étage de l’aile Sully est une sculpture en schiste remontant au Nouvel empire, exécuté sous le règne d’Amenhotep trois (1391-1353 avant JC). Haute de 19,50 cm elle représente le scribe Nebmeroutef dans l’exercice de sa fonction. Vêtu d’une chemise à manches courtes et d’un pagne noué à la ceinture, il est assis, en train de lire, un papyrus à la main, sous la protection du dieu Thot, patron des scribes.

Origine de la statue

Le scribe Nebmeroutef a sans doute eu pour vocation de représenter le défunt et de servir d’intermédiaire avec l’au-delà. En effet on a coutume d’en placer dans le serdab des mastabas afin de recevoir les offrandes. Par la représentation de l’enveloppe du défunt, indispensable à la survie, il est possible alors d’accéder à l’immortalité

Qui est Nebmeroutef ?

Le scribe Nebmeroutef a été scribe sous le règne d’Amenhotep trois. Il a à la fois des fonctions civiles et religieuses. Il est scribe royal, chef de tous les travaux du roi, chef des prêtres lecteurs et interprète des paroles divines. Dans la statue du musée du Louvre, Nebmeroutef demande à Thot, représenté sous forme de babouin, de bénéficier des nourritures déposées dans son sanctuaire, pour la subsistance de son corps dans l’au-delà.

La fonction de scribe dans l’Egypte antique

Le scribe jouit dans l’Egypte antique d’un fort prestige. Seul un pour cent de la population sait écrire et l’écriture, dans la représentation des anciens, possède un pouvoir quasi magique. Par les mots, on donne la vie aux êtres et aux choses. De plus dans une société fortement bureaucratique, où tout est consigné par écrit, le scribe omniprésent a son importance. Le scribe exerce dans l’administration civile : il peut être alors scribe royal, scribe du trésor, scribe de justice, scribe des champs, scribe de l’armée. Le scribe exerce dans l’administration religieuse : Il est alors scribe d’un dieu ou d’un temple

La consignation des actes

Pour la plupart des actes les plus courants le scribe a recours à l’écriture hiératique. Ces hiéroglyphes abrégés sont utilisés généralement pour les documents administratifs, les rituels religieux et funéraires. Les hiéroglyphes, combinaison de pictogramme, phonogramme et idéogramme sont plutôt réservés aux inscriptions nobles, lapidaires et murales. Le scribe écrit généralement sur des ostraca à l’aide d’un calame. Le papyrus est réservé pour les actes les plus importants. Sa palette est constitué de deux couleurs ; le rouge pour les éléments importants, le noir pour le reste.

Le scribe Nebmeroutef en plus d’être un chef d’œuvre de l’art égyptien nous en dit long sur cette civilisation. La sculpture témoigne avec force du rôle centrale de l’écriture et de son pouvoir quasi magique pour atteindre l’au-delà. Avec le déchiffrage des hiéroglyphes par Champollion, l’antiquité égyptienne a pu livrer quelques uns de ses trésors, source de découvertes inépuisables. Et aujourd’hui encore, l’Egypte ne cesse de fasciner.

Sur le même sujet