Le vélo : pédaler, un sport très bon pour la santé

Le vélo, moyen de locomotion très pratique, est aussi un sport très complet. Il remonte au baron de Sauerbronn Karl Drais, inventeur de la draisienne.
18

En ces temps où le froid n’est jamais très loin, on se dit que nous aussi on se remettrait bien en selle…l’histoire de se dégourdir un peu les jambes et oublier le blues de l’hiver. Le vélo fait toute l’année recette auprès des magasins de sport. Le succès sans précédent des vélos libre accès dans la plupart des grandes villes de France démontre encore à celui qui en doutait que la bicyclette a encore de beaux jours devant elle…

Vélo et forme : couple gagnant

Qu’il soit utilisé dans le but de développer sa force et sa puissance (anaérobie) ou son endurance (aérobie), le vélo est l'un des rares sport qui fait appel à presque tous les muscles du corps. Il sollicite à la fois les bras, les pectoraux, les abdos, les fessiers, les cuisses, les mollets.

Idéal chez les dames pour affiner ses jambes, combattre la cellulite et redonner du galbe à sa silhouette. Les messieurs ne sont pas en reste car ils voient aussi leur torse se bomber et se développer la force musculaire dans les bras et les jambes.

Parallèlement au remodelage du corps, qui promet d’obtenir en sus une prime de séduction, il aide à vivre plus longtemps ce qui n’est pas négligeable. Même si l’espérance de vie ne fait que reculer (77 ans pour les hommes et 84 ans pour les femmes), cela reste un atout imparable.

Vélo et système cardio-vasculaire

Le cœur en tire de profonds bienfaits. Il se muscle lui aussi et développe sa force de contraction. Le débit du sang envoyé aux organes augmente. Il développe les capacités respiratoires. La fréquence des battements du cœur ralentit ensuite au repos. Ce qui permet une diminution de la tension artérielle. De plus, le cœur étend sa propre vascularisation coronaire. Tout ceci contribue à diminuer le risque d’infarctus et prévenir les maladies cardio-vasculaires.

Capital santé

Enfin, la pratique du vélo constitue un capital santé au quotidien: elle permet de combattre l’ostéoporose, grâce à l’action mécanique sur les os qui aboutit à leur densification. Elle favorise la baisse de la glycémie et du cholestérol, prévient le diabète et bonus elle fait perdre du poids.

Un stimulant naturel

Si on écarte les tous récents vélos à assistance électrique qui eux demandent moins la contribution de la force musculaire, le vélo est un formidable stimulant naturel. Sport d’endurance avant tout, le cycliste secrète endorphines ou enképhalines, hormones du bonheur . Il est recommandé toutefois de le pratiquer pendant deux heures car là la production y est maximale. Cet état de douce euphorie dure entre 60 et 90 minutes.

Si ces hormones finissent par être détruites par l’enképhalinase, enzyme spécifique, il n’en reste pas moins que faire du vélo est un antidépresseur naturel. Le corps médical est unanime. La pratique hebdomadaire de trois fois par semaine 45 minutes suffit à remplacer une dose quotidienne de médicament antidépresseur et autres substances chimiques. Bref le vélo est notre meilleur antidote contre la mauvaise humeur.

Une machine anti chute

Le vélo en développant l’adresse et l’équilibre permet de mieux se repérer dans l’espace. En conséquence plus fréquemment les chutes seront évitées. Et ce sera très utile dans la vieillesse même en cas de maladie de parkinson ou autres syndromes dégénératifs.

Velib, VTT, home trainer : que pratiquer ?

Il y a deux sortes de vélos : les vélos d’appartements ,les vélos de ville et les vélos de plein air…Les vélos d’appartements même si grâce à leur simulateur de cotes et leur vitesse permet de reproduire artificiellement les obstacles de la nature nécessaires au développement de la force musculaire il n’en reste pas moins vrai que les bienfaits naturels auront difficulté à se maintenir et à rivaliser avec la lassitude morale qui risque d’envahir le corps après une bonne demi-heure de pratique assidue.

Le manque d’air se fait vite sentir et au lieu de contribuer à l’augmentation de nos capacités respiratoires, on a vite fait d’étouffer. Au final, la monotonie des lieux peut accroître la dépression.

Les vélos de plein air sont alors préférables pour que le terme bicyclette garde toute sa primeur. Alors que ce soit en ville pour se frayer entre les embouteillages, ou à la campagne pour se balader, le vélo reste toujours un formidable vecteur de rêve et d’évasion.

Sur le même sujet