user_images/287541_fr_avata.jpg

SO DRE

Publié dans : Les articles Nature & Animaux de Solène Drevet

Les cônes : le danger derrière une délicate apparence

Les cônes sont de très beaux mollusques, mais ces coquillages peuvent se révéler être un danger pour les plongeurs.

La mer regorge de merveilles et de dangers, et parfois les deux s’allient dans une même créature. Les cônes en sont le parfait exemple.

Description générale

Les cônes sont des mollusques gastéropodes. Ils sont connus pour leur très jolie coquille. Leurs motifs et couleurs variés font la joie des collectionneurs. Ces mollusques sont carnivores : ils se nourrissent de poissons, de vers et de mollusques. On recense à l’heure actuelle plus de 620 espèces, dont seule une vingtaine est dangereuse pour l’homme.

Habitat

Les cônes vivent dans des eaux plutôt chaudes, notamment des climats tropicaux. On les trouve majoritairement dans les océans Indien et Pacifique. Il existe une espèce présente en méditerranée, inoffensive.

Ces animaux marins vivent en eau peu profonde.

Danger

La principale cause d’envenimation est le ramassage. Le cône n’attaque les humains que s’il se sent en danger, puisque l’homme de fait pas partie de son régime alimentaire! Repéré par les plongeurs pour sa jolie coquille, les imprudents prennent l’animal à pleines mains. Au repos, le cône se cache au fond de la coquille, qui semble alors vide, et les nageurs le ramassent sans méfiance. Ainsi menacé, le cône attaque.

L’appareil venimeux

L’appareil venimeux du mollusque est une dent radulaire. Cet organe est une sorte de fine trompe avec une dent enduite de venin à l’extrémité, ressemblant à un harpon. Le cône est capable de le projeter.

Une dent radulaire est capable de traverser une combinaison de plongée !

Le venin

Le venin du cône est composé de multiples toxines. La composition du venin est différente selon les individus et évolue pendant la vie de celui-ci. Cependant, les conotoxines sont toujours présentes et caractéristiques de cette espèce.

La nature changeante et diverse de la composition de venin empêche la mise au point de traitements curatifs ou préventifs. Il n’y a donc ni antidote, ni sérum anti-venin.

Symptômes

Suite à l’envenimation, on ressent d’abord une douleur intense. Les toxines vont ensuite provoquer un engourdissement. Suivant la taille du cône, son espèce et les caractéristiques de la victime, l’effet peut être plus ou moins important.

Une paralysie peut survenir, des membres d’abord, et dans les cas les plus graves, des muscles de la respiration. La mort survient donc par noyade ou arrêt respiratoire.

Quelques œdèmes peuvent également se développer.

Que faire en cas d’envenimation ?

Tout d’abord, il ne faut pas paniquer. Les symptômes n’apparaissent pas instantanément, il convient d’agir rapidement mais sans précipitation. En premier lieu, il faut sortir de l’eau. Attention, ne pas oublier les paliers de décompression si l’envenimation a été causée en cours de plongée !

Ensuite, appelez les secours, et si possible, gardez l’animal à proximité pour que les secouristes puissent l’identifié.

Une fois la victime sortie de l’eau, le risque de noyade est écarté. Le danger est donc que la paralysie atteigne les muscles de la respiration et entraine la mort par asphyxie.

Si la personne atteinte cesse de respirer, il faut mettre en place une ventilation artificielle: un bouche à bouche, par exemple.

Les garrots et incisions sont inutiles et à proscrire.

Une fois les toxines évacuées par l’organisme, la victime récupère spontanément.

Sources :

Zonatus

Les cônes toxiques

À propos de l'auteur

user_images/287541_fr_avata.jpg

SO DRE

Curieuse, j'adore lire, découvrir, m'informer.
  • 3

    Articles
  • 3

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!