Comment réussir de belles photographies ? Partie 1

Découvrez les principes de composition du cadre qui permettent de faire des photographies réussies.
8

Une image agréable à l’œil est un ensemble structuré mais qui ne le montre pas. Face à une photographie d’art, il n’est pas question au premier regard de décortiquer la composition. Le spectateur profite de la beauté et de la signification de l’image, et ce n’est que dans un deuxième temps qu’il se rend compte que l’espace représenté est comme parfaitement organisé, avec des masses et des volumes disposés à des endroits spécifiques. Cette organisation si parfaite obéit en réalité à quelques règles simples à utiliser et qui vous garantiront des photographies réussies.

La règle des tiers

Ce premier jalon dans la composition d’une image est celui qui permet d'équilibrer l'image.

Afin de composer une photographie qui soit agréable à regarder, l’usage classique suggère de consacrer deux tiers de l'image au premier plan et un tiers de l'image au ciel. Il est toutefois possible d’inverser et de ne consacrer qu’un tiers de l’image au premier plan et deux tiers de l’image au ciel : ainsi, vous créerez au sein de votre photographie une impression d’immensité qui sera du plus bel effet pour les paysages. En appliquant cette règle, vous donnerez des proportions idéales à votre cadre puisque celles-ci se rapprocheront du fameux nombre d'or si souvent employé dans la peinture classique.

Suivant l’option que vous aurez choisie, la ligne d’horizon sera placée dans la partie supérieure ou dans la partie inférieure du cadre. Faites attention : un placement en position centrale de cette ligne élimine le côté dynamique qu’une photographie peut avoir. Plus généralement, il faut éviter de centrer une image car ceci donne une impression de monotonie.

La règle des tiers sera votre meilleur atout afin de dynamiser votre photographie.

L’utilisation des lignes de force et des points de force

Afin de bien répartir les divers éléments composant une photographie, il est possible de découper le cadre à l’aide de quatre lignes séparant l'image en trois tiers horizontaux et verticaux. Ces quatre éléments de division sont les lignes de force et leurs intersections représentent les points de force de l'image, c'est-à-dire Les quatre zones où l'œil sera naturellement le plus attiré. Ce sont donc sur ces quatre points de force qu’il faudra essayer de disposer les éléments importants de la composition.

Cependant, il faut éviter de placer deux éléments importants sur une même ligne de force. Cette proximité, en effet, à tendance à diviser l’attention apportée aux éléments qui risquent ainsi de s'affaiblir mutuellement. A l'inverse, il faut éviter de placer un élément n’ayant pas de véritable importance sur un point fort car il parasiterait le sens que l'on veut donner à l’image.

Dans le cas où vous auriez deux sujets importants à disposer au sein de l’image il est recommandé de placer chacun d'entre eux au centre d'un demi-cadre afin de ne pas donner plus de force à l'un ou à l'autre.

Comprendre le sens de lecture d'une image pour mieux orienter la composition

L'œil humain ne considère pas une image dans son ensemble. Il la balaye pour la décoder. En Occident, L’œil effectue son balayage de gauche à droite et du haut vers le bas en suivant le sens de la lecture. Le regard suit donc un trajet en forme de « Z » tout en détaillant les points de force de l’image.

Le regard s'attarde ensuite sur les zones complexes de l'image et se dirige plus facilement vers la forme la plus grande et la plus proche, avec une tendance à s'orienter vers le centre.

Les premières informations que l'œil décodera seront donc celles se situant dans la partie supérieure gauche du cadre. Cependant, ce balayage en Z n’est pas le seul mouvement que l’œil va effectuer sur l’image. En effet, il va par la suite parcourir les diagonales de l’image.

Le sens de lecture a une influence sur la perception émotionnelle de l'image. D’une image à dominantes horizontales se dégagera une impression de quiétude. Ce type de composition permettra en outre d’exprimer plus facilement la profondeur. En revanche une image à dominantes verticales sera moins naturelle à décoder. Elle bloquera en effet le regard et n'apportera pas de profondeur. Ce type d’image est idéal lorsque l’on veut donner une certaine forme de rigidité à la composition.

Les lignes obliques, quant à elles, contribuent à dynamiser une image car elles orientent le sens de la lecture.

Partie 2

Sources :

  • Robert Andreani, L'art de photographier , ed. De Francia, Paris 1952.
  • Ouvrage collectif, Encyclopédie Life : la photographie , Barcelone 1972-1973

Sur le même sujet