2011: comment tenir ses bonnes résolutions

Le passage à la nouvelle année s'associe à un lot de bonnes résolutions, abandonnées souvent tout aussi rapidement. Pour quelles raisons?

Tous les ans, le même scénario se reproduit. Les douze coups de minuit sonnent. Le 1er janvier ferme la porte aux journées écoulées et l’ouvre sur de nouveaux projets. Nous misons sur la nouvelle année, porteuse d’espoirs et de changements favorables. Pour aller dans ce sens, nous dressons une liste de bonnes résolutions, persuadés, cette fois, d’aller jusqu’au bout de nos engagements. On se promet d’arrêter de fumer, de boire moins d’alcool et de café, de manger sainement, de faire plus de sport, de perfectionner ses langues… Sur le papier, la liste peut être longue. Mais concrètement, que se passe-t-il?

Une minorité d’entre nous applique ses résolutions

Selon une étude réalisée par le professeur Wiseman de l’université d’Hertfordshire et menée sur 3000 volontaires, il ressort que seulement 12% de ceux qui avaient décidé d’arrêter de fumer en 2008, avaient réussi. Et le même résultat apparaît pour ceux qui avaient décidé de maigrir. Une réalité bien éloignée des volontés initiales des participants. Quelles sont les raisons de cet échec?

Limiter le nombre de résolutions

Tout d’abord, observez votre liste. Combien avez-vous noté de résolutions? Dix? Quinze? Arrêter de fumer, boire moins d’alcool et de café, manger sainement, dormir plus, consacrer plus de temps à ses proches, prendre du temps pour soi, perfectionner son anglais, ne plus oublier les anniversaires des uns et des autres, savoir dire non, visiter davantage de musées…

S’il est facile d’établir une liste par écrit, il pourra cependant être difficile de la tenir à la lettre. D’où déception, découragement rapide et dévalorisation de soi. Toujours selon le professeur Wiseman, limiter le nombre de résolutions contribue aux chances de réussite de les tenir.

Décomposer ses objectifs en étapes successives

Toujours selon le même spécialiste, et toujours dans le but de tenir ses bonnes résolutions, voici quelques conseils à suivre. Il est tout d’abord recommandé d’appliquer une résolution à la fois. Car s’il peut déjà sembler difficile d’arrêter de fumer, imaginez-vous arrêter de fumer tout en suivant un régime! Ensuite, il est important de préciser au maximum l’objectif ciblé («faire deux séances hebdomadaires d’une heure de footing» au lieu de «faire davantage de sport»). Ensuite, décomposer la résolution en plusieurs étapes permet de l’atteindre plus efficacement. Si vous avez décidé de vous remettre au sport, commencez par une séance hebdomadaire. Encouragés par votre première réussite, il vous sera ensuite plus facile d’atteindre les trois séances par semaine fixées.

Analyser ses motivations

Il est également conseillé de se fixer des objectifs réalistes, proches de soi et respectueux de ses aspirations. Si vous détestez la lecture, il vous sera difficile de lire un livre par semaine. Vous risquez rapidement de vous trouver mille excuses pour ne pas poursuivre votre engagement même si vous prétextez avoir besoin d’améliorer votre culture générale.

Bonne résolution: synonyme de contrainte?

Prendre une bonne résolution signifie perdre une mauvaise habitude. Mais est-ce nécessairement contraignant? Pourquoi ne pas se fixer des objectifs sources de plaisir, que l’on atteindra forcément plus facilement? Comme prendre du temps pour soi en se rendant une fois par mois dans un centre de balnéothérapie pour se faire chouchouter ou organiser des sorties avec ses enfants régulièrement.

Sage résolution

En conclusion, si à la fin du mois de janvier vous laissez tout tomber, dites-vous que rien n’est néanmoins perdu. Vous pouvez décider à tout moment de modifier vos bonnes vieilles habitudes en fonction de vos besoins et de vos aptitudes au changement et non en fonction du calendrier. Cela pourrait être une sage résolution…

Sur le même sujet