Santa Marta en Colombie : ses plages et ses parcs nationaux

La Colombie possède son petit écrin : la baie de Santa Marta. Climat doux, plages et proximité de parcs naturels en font une destination hivernale idéale.

Cet hiver, vous souhaitez vous évader dans un pays lointain ensoleillé ? Vous hésitez entre Cancùn et le Sri Lanka ? Connaissez-vous Santa Marta, au nord de la Colombie ?

Ses plages de sable blanc, la douceur de son climat (en moyenne 28 degrés toute l’année), son patrimoine historique intéressant, son cadre idyllique puisque Santa Marta est nichée dans une baie bordée de montagnes et la proximité de parcs nationaux en font une destination prisée par les touristes.

D’ailleurs, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon un rapport du ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme colombien, en 2010, 18 128 touristes internationaux déclaraient que leur destination principale était Santa Marta, soit 6,1% de plus qu’en 2009.

A visiter : la résidence de Bolivar

Le patrimoine architectural de Santa Marta est très riche. Il évoque l’époque de la bonanza (grande prospérité) de la culture de la banane. Au cœur de la cité, la cathédrale et le Malecon (promenade au bord de l’eau) de Bastidas sont à voir tout comme la Quinta (belle demeure seigneuriale) de San Pedro Alejandrino, le lieu où mourut Bolivar en 1830. Déclarée sanctuaire de la patrie par le gouvernement, elle abrite le Museo Bolivariano où sont conservés des objets personnels ayant appartenu au Libertador.

Sublimes plages et nature exubérante

De magnifiques plages de sable blanc aux eaux turquoises sont situées tout près du centre historique de Santa Marta, à El Rodadero.

Autre attrait pour ceux qui souhaitent marier farniente et nature : la proximité du parc naturel national de Tayrona, à une trentaine de kilomètres de Santa Marta. Il comprend également de grandes plages dont Bahia Conche, au sein d’une nature vierge et exubérante. Les torrents qui descendent des glaciers de la Sierra Nevada vers la mer des Caraïbes abritent des colonies de perroquets, des singes hurleurs et une infinité d’oiseaux.

Les Indiens Kogis, derniers descendants des Mayas

A une quarantaine de kilomètres de Santa Marta se trouve le parc national de la Sierra Nevada, situé dans la Cordillère des andes. Il abrite des vestiges archéologiques importants comme ceux de la civilisation Tayrona à Pueblito et Ciudad Perdida.

Sur ses hauteurs vivent les Indiens Kogis. Dernier peuple précolombien, descendants de la civilisation des Tayronas, héritiers directs des Mayas, ils ont été massacrés au XVIe siècle par les conquistadors (ils étaient 500 000 et sont aujourd’hui 12 000).

Vous avez peut-être déjà entendu parler d’eux. En effet, Eric Julien, géographe de formation et guide de montagne, les a rencontré en 1985. Alors coopérant en Colombie, atteint d’un oedème pulmonaire lors d'une course dans la Sierra à 4 500 mètres, il a été recueilli et soigné par les Kogis. Fasciné par le mode de vie de ses hôtes qui perdure depuis 4000 ans, il s’est engagé à leurs côtés pour les aider à récupérer leurs terres ancestrales.

Se loger : les chics et authentiques Ecohabs

Et c’est d’ailleurs dans des cabanes inspirées de leurs constructions traditionnelles (rondes, en bois, avec un toit en feuilles de palmier) que les touristes peuvent loger, au cœur du Parc Tayrona. Ces Ecohabs sont construites en hauteur pour mieux admirer la végétation luxuriante et la mer. A leur authenticité s’ajoute le confort moderne avec un restaurant et un spa.

Y aller : depuis Bogota, Medellin ou Cali

Les compagnies aériennes Avianca et Aero República desservent l’aéroport Simón Bolívar qui se situe à un quart d’heure en voiture du centre historique de Santa Marta. Avianca propose quatre vols quotidiens depuis Bogota et un depuis Medellín. Aero República dispose de deux fréquences par jour depuis Bogota et de trois vols hebdomadaires depuis Cali.

Recommandations :

Selon le site du ministère des Affaires étrangères (mis à jour le 15 juillet 2011), « malgré une amélioration sensible des conditions générales de sécurité dans le pays au cours des années récentes, la Colombie demeure l’un des Etats où la violence est la plus élevée au monde. En effet, si la violence du fait des groupes armés illégaux s’est fortement réduite, la criminalité de droit commun et la délinquance ont tendance à s’accroître, particulièrement dans les grands centres urbains comme Bogota, Medellin ou Cali. Il convient donc de demeurer vigilant et prudent, y compris dans les zones réputées sûres".

Sources :

- Informations touristiques sur le site officiel du tourisme : http://www.colombia.travel/fr

- Informations pratiques sur le site du ministère des affaires étrangères : http://www.diplomatie.gouv.fr

- Informations sur les Indiens Kogis : http://www.tchendukua.com et http://terresacree.org/kogi.htm

- Communiqué de presse de Proexport Columbia

Sur le même sujet