Les petits maux de la grossesse: le premier trimestre

Le premier trimestre est celui de la découverte. Comment le corps va appréhender l'arrivée d'un locataire? Liste des petits désagréments.
25

En théorie, il ne se passe rien (pour les plus chanceuses, dirons-nous). Pour les autres, c’est un peu comme si votre corps était possédé par plusieurs forces extérieures auxquelles il ne va faire qu’obéir sans relâches. Manger, dormir, vomir et, comble du glamour, faire des pauses aux toilettes environ toutes les demi-heures, ce qui pourra aisément se combiner avec la somnolence (un rouleau de papier-toilette se révèlera être un excellent traversin vertical).

La somnolence

Chez la femme enceinte, l’état de somnolence peut s’apparenter à celui observé chez l’adolescent lambda. Autant préciser dès à présent que peu importe le lieu et l’heure où vous poserez le sujet, il y restera et s’y endormira. Cette caractéristique du début de la grossesse est due à l’effet sédatif engendré par la production de progestérone.

À ce stade-là, si vous ne vous endormez plus dans les toilettes mais sur votre clavier d’ordinateur, vérifiez simplement qu’"azerty" n’est pas imprimé sur votre joue quand vous retournerez dans le bureau de votre patron, l’œil encore hagard et le brushing en berne.

Alors regardons le bon côté des choses, la somnolence peut se révéler assez pratique pour le conjoint (qui n'aura plus aucun mal à réquisitionner la télécommande), assez économique pour le budget familial (quand on dort, on ne fait pas les boutiques, on n'augmente pas le capital chaussures) et finalement assez bénéfique pour l’équilibre du couple (quand elle dort, elle ne râle pas).

Pas énormément de solutions (comme dans la majeure partie des désagréments de la grossesse d’ailleurs), si ce n’est de manger léger le midi, sauf si l’on a la possibilité de s’allonger immédiatement après le déjeuner! Et s’accorder des pauses sieste aussi souvent que possible. Se ménager avant tout. Essayer de négocier avec sa hiérarchie une pause déjeuner un peu plus aménagée et s'octroyer une sieste pour les plus chanceuses qui pourraient retourner déjeuner à leur domicile. Pour les autres, se renseigner s'il n'y a pas de salle de repos à l'infirmerie, ou tout simplement se mettre en position "off" une quarantaine de minutes, porte du bureau fermée et surtout téléphone sur messagerie vocale.

L’hypersalivation

Communément appelé "ptyalisme" dans le jargon médical, l’hypersalivation n’est pas commune à toutes les femmes enceintes. Cela consiste globalement à sécréter une dose anormale de salive. En temps normal, vous ne vous rendez pas compte que votre salive existe. Avec l’hypersalivation, il s’agira alors de se mettre en mode limace et de trouver la solution pour évacuer un maximum de salive dans la discrétion la plus totale. Les glandes salivaires sont en surproduction à cause de l’état de grossesse, il faut une fois encore prendre son mal en patience et s’armer de torchons et autres kleenex répartis ça et là dans la maison. Cela disparaît du jour au lendemain et on oublie cela jusqu’à la grossesse suivante!

Les envies

L’envie de la femme enceinte… Grand mystère parmi les mystères au même titre que le syndrome prémenstruel ou encore la nécessité pour la femme de posséder 148 paires de chaussures et de n’en porter qu’une. L’envie arrive très tôt, quelquefois même en parallèle avec les nausées, et il se produit alors une sorte de névrose obsessionnelle sur une certaine catégorie de nourriture qui pourrait presque vous faire oublier la sensation de nausée. Ne vous étonnez donc pas si votre corps vous réclame des raviolis chinois à profusion ou encore du saumon fumé copieusement tartiné de crème fraîche ou, pourquoi pas, des maquereaux au vin blanc. Le côté surréaliste ne se situant bien sûr pas au niveau de la nourriture en elle-même, mais plutôt des heures auxquelles elle sera consommée!

Il peut arriver également que le corps ait envie de se nourrir d’aliments qu’il n’a pas l’habitude d’ingérer. Et inversement, mettre en quarantaine des aliments consommés fréquemment et en quantité non négligeable, ce qui provoque de nouveaux quiproquos au sein du couple: "Chérie, peux-tu me dire ce que font ces quatre kilos de rouleaux de printemps dans le réfrigérateur?"

L’envie peut arriver pour n’importe quoi et à n’importe quel moment! Il apparaît suicidaire de vouloir contredire une femme enceinte en proie à une envie immédiate. Il est beaucoup plus raisonné, sage et censé de l’aider à obtenir la satisfaction de ladite envie, c’est un peu comme se montrer sympa avec Hulk, il finira par décider de ne pas se transformer en géant vert.

Les envies peuvent durer tout au long de la grossesse, s’absenter pendant quelques semaines, puis revenir en force pendant une dizaine de jours, évoluer avec les saisons (les envies de fraises et de pastèques sont toujours en février, et de cassoulet en août).

Là encore, pas de solution miracle, si ce n’est satisfaire son envie.

La fréquence des allers-retours aux toilettes

Paradoxe d'entre les paradoxes, vous n'aurez pas besoin d'attendre la fin du sixième mois et six kilos qui pèseront allègrement sur votre vessie (le poids du bébé, le placenta, le liquide amniotique et diverses réserves accumulées pour tenir bébé au chaud) pour passer le plus clair de votre temps aux toilettes. Dès le premier trimestre, il vous faudra désormais organiser vos déplacements en fonction de la proximité immédiate avec des toilettes en état de fonctionner, et propres de préférence, étant donné votre tendance aux nausées. Aucune chance de faire partir ce désagrément, il ne fera que s'accentuer avec la prise de poids du bébé. Éviter de boire une heure avant de vous coucher si vous ne voulez pas passer votre nuit dans les toilettes. Pour le reste de la journée, il s'agit simplement de prendre son mal en patience.

À ce stade-là, vous êtes déjà bien avancée. Il n’y a rien de plus frustrant qu’un premier trimestre. Aucun avantage à être enceinte, car aucun "signe extérieur de richesse", une fatigue incommensurable, des nausées en abondance, un corps gonflé, des seins dignes des plus grands films de certaines chaînes câblées. Le premier trimestre annonce la couleur, il s'agit de poser le gros œuvre, pour simplement se préparer à profiter pleinement des deux autres trimestres qui suivront: le fignolage en règle de ce qui deviendra par la suite la plus belle réalisation de toute votre vie.

Sur le même sujet