People, tremblez, les ecorazzi veillent !

Ces journalistes d'un genre nouveau dénoncent les stars prétendument écolos sur un blog au ton incisif. Décryptage.

Afin de sensibiliser le public à la cause écologique, Michael d’Estries a eu l’idée de créer en 2006 Ecorazzi.com , un site spécialisé dans le «green gossip» (ragot vert). Ici, les stars ne sont pas épinglées pour leur prise de poids ou leur vie amoureuse mais pour leurs attitudes «éco-hypocrites». Retour sur cet OVNI du web qui engrange un demi-million de visites par mois.

Ecorazzi.com: le Voici vert

Eduquer le public à la cause écologique, telle était la vocation initiale du site Ecorazzi.com (contraction d’écologie et de paparazzi). Lancé en 2006, au moment de la sortie en salle d’«Une vérité qui dérange», le blog surfe sur l’attrait des lecteurs pour les people en épinglant les faux-pas verts des stars et en distribuant également les bons-points.

Son fondateur, Michael d’Estries explique: « Avec Rebecca, nous avons simplement jugé qu’un blog alliant people et écologie pourrait jouer un rôle éducatif. Le public est aujourd’hui obsédé par les célébrités et nous nous sommes dit que créer un blog consacré aux stars vertes et philanthropes serait un bon moyen de les éduquer sur la nécessité de défendre l’environnement. Le public assoiffé de ragots concernant Brad Pitt, Angelina Jolie ou Leonardo DiCaprio pourrait donc découvrir que leurs stars préférées militent également pour l’environnement ou la défense des opprimés. Ce blog nous a permis de cibler un nouveau lectorat (la plupart de nos visiteurs ont entre 18 et 34 ans) et nous avons aujourd’hui une équipe de reporters sur le terrain et sur le web dont la mission est de collecter et diffuser des green gossips.»

Un vrai succès puisque le site engrange un demi-million de visites mensuelles et s’est progressivement imposé comme un véritable contre-pouvoir grâce à une puissante équipe de reporters. Ces journalistes tout terrain n’hésitent pas à camper devant le domicile d’Edward Norton pour vérifier qu’il utilise bien les panneaux solaires dans lesquels il a investis ou à éplucher les factures d’électricité d’Al Gore.

Quand le blog distribue les bons et mauvais points

Aujourd’hui, les stars hésitent à s’engager pour des combats politiques de peur de ternir leur image vendue à de grandes marques de luxe. Pour être «bankable», mieux vaut miser sur des combats plus consensuels comme l’écologie, quitte à faire du green-washing.

Agacé par cet engouement soudain des people pour la cause verte, le blog n’hésite pas à épingler les «écolos bidons» sur son tableau de chasse virtuel. Quelques exemples:

- Jennifer Aniston qui dénonce le gaspillage de l’eau mais qui prête son image pour une campagne de publicité pour de l’eau minérale conditionnée dans une bouteille en plastique

- John Travolta qui appelle ses fans à s’engager pour l’environnement et qui, après son discours, rentre chez lui avec un de ses 5 jets

- Al Gore, figure de la lutte contre le réchauffement climatique, qui a une piscine intérieure chauffée

Mais le site ne se contente pas de railler les faux-pas écolos des stars, il distribue également les bons points en mettant en avant les initiatives sincères et exemplaires comme Brad Pitt qui a versé le cachet de son film Benjamin Button pour construire des maisons vertes pour les rescapés de l'ouragan Katrina à La Nouvelle Orléans ou Sean Pean qui s’est engagé en Haïti en montant un camp de réfugiés .

Depuis, Ecorazzi a fait des émules et d’autres sites de green gossips ont vu le jour: Treehugger , Grist ou The Daily Green.

Les ecorazzi vraiment utiles pour l’environnement?

Ces blogs servent-ils réellement la cause écologique ? Les avis sont partagés. Pour Guillaume Malaurie, journaliste spécialisé dans les questions d'environnement, la démarche est plutôt positive: « C'est très bien qu'il y ait un contre-pouvoir qui critique tous ceux -et ils sont nombreux- qui encouragent à se serrer le CO2 alors qu'ils n'en font rien. En France, Nicolas Hulot a été obligé de se justifier pour les dépenses de kérosène exorbitantes sur le tournage d'Ushuaïa. Et tant mieux: ça crée un cercle vertueux qui profite à l'écologie

D’autres, comme Alexandre Pasche, Directeur d’Eco&Co, ne sont pas aussi enthousiastes et pensent que les ecorazzi se trompent de cible: « C’est plus facile de se moquer de Marion Cotillard qui pose en couverture de Elle dans un champ que de dénoncer les pratiques du patron de Total ».

Pour l’instant, ce genre de site n’est pas encore arrivé en France, les sites écolo-militants préférant épingler les entreprises et leurs publicités que les stars. Les beautiful people français ont donc encore un peu de temps devant eux.

Pour en savoir plus:

Ecorazzi.com

Sources:

Ecolo ? La police du web veille

Quand écologie rime avec paparazzi

Tous écolos ? Les « ecorazzi »balancent les people imposteurs

Article du Nouvel Observateur du 13/01/11 Les ecorazzi attaquent

Sur le même sujet