Tuerie de Nantes : Quand les internautes jouent à Cluedo

Un groupe Facebook a été créé pour faire avancer l'enquête après la mort des Dupont de Ligonnès. Voyeurisme déguisé ou intelligence collective?

Internet mène à tout. Il est ainsi possible de devenir producteur de musique grâce au crowdfunding, auteur à succès à travers son blog ou encore journaliste via les sites collaboratifs. Ce que l’on sait moins, c’est que n’importe quel internaute peut désormais se glisser dans la peau d’un enquêteur et partager les fruits de ses trouvailles sur Facebook.??

Dans l’affaire de la tuerie de Nantes, une page intitulée «Xavier Dupont de Ligonnes : enquête et débat» a ainsi récemment vu le jour afin que chacun puisse partager hypothèses, informations et liens collectés sur la toile au sujet de l’enquête.??

Quels types de renseignements ce genre de pages peut-il apporter ? S’agit-il d’«investigation citoyenne» comme certains le prétendent ou simplement de voyeurisme déguisé ? Réponses.

Quel genre d'information a pu être collecté sur cette page?

Créée par Christophe, «passionné d’informatique», la page Facebook «Xavier Dupont de Ligonnès : enquête et débat» comptait avant sa mise hors ligne il y a quelques heures 729 membres. Qu’y trouvait-on exactement? Des photos tout d’abord : des clichés personnels de la famille et d’autres montrant Xavier Dupont de Ligonnès jeune, récupérés sur son site professionnel. Egalement beaucoup de liens pointant vers des contributions sur des forums, le couple ayant été, chacun de son côté, très prolixe sur la toile. Xavier Dupont de Ligonnès ne comptait ainsi pas moins de trois pseudos sur le forum chrétien «La Cité catholique». On y apprend, pèle-mêle, qu’il avoue avoir perdu la foi et cherche en ligne «des réponses qui pourraient enrayer le processus». Plus loin, il questionne : «En quoi Dieu a-t-Il besoin, ou envie, ou autre sentiment, qu'on lui offre la mort d'une bête, d'un enfant, d'un homme... de son Fils ?» Agnès Dupont de Ligonnès s’est également beaucoup épanchée sur la Toile pour faire face à la solitude en utilisant différents pseudos. Elle y cherchait conseils et écoute, se plaignant de sa solitude et de l’attitude de son mari «très vieux jeu» et qui n’était «ni tendre ni attentif». À la question posée par une forumeuse : «est-il heureux ?», elle répondait «Je crois que, que ce soit maintenant ou il y a dix ans, la réponse est sans doute la même : oui, oui mais si on pouvait tous mourir demain, quel pied !» Plus tard, en 2008, les choses ne semblent pas s’améliorer puisqu’elle en appelle aux forumeurs pour trouver un psychiatre catholique.

Des phrases disséquées, analysées et passées au crible par les membres du groupe afin de tenter de comprendre la folie du geste ou d’y trouver des messages cachés.

Là ou ça dérape…

Au-delà de l’aspect dérangeant que peut présenter l’exhumation de photos personnelles ou de discussions sur des forums, c’est l’acharnement de certains internautes en dépit de la présomption d’innocence ou du respect des défunts qui pose question. L’un d’entre eux croit retrouver la trace d’Agnès Dupont de Ligonnès sur un site de petites annonces coquines et n’hésite pas à insérer le lien sur la page sans aucune précaution ou vérification préalable. D’autres jouent aux enquêteurs du dimanche et contactent sans ambages un ami du père. Ils commentent abruptement une de ses photos sur Facebook par un brutal : «Où est Xav ?» et communiquent son nom et son adresse sur la page. Le compte Facebook du frère d’Agnès Xavier Dupont de Ligonnes est également jeté en pâture et on s’interroge : «J’ai vu qu’il a dans ses amis Brice Hortefeux, pourquoi ne le contacte-t-il pas pour faire avancer l’enquête ?» Ce qui dérange, c’est qu’on sent une sorte de jubilation décomplexée chez nombre de participants de ce groupe, plus enclins à jouer aux Sherlock Holmes du dimanche qu’à rendre hommage aux victimes décemment. Progressivement, on perd pied avec le réel, entraîné dans cette chasse au trésor sordide qui n’apporte finalement aucun élément nouveau à part un éclairage psychologique.

Quelle est la motivation des membres du groupe?

Comment en est-on arrivé là ? Est-ce une dérive du «tout-participatif» ? Ou, plus prosaïquement, une envie de se faire peur ou de faire justice soi-même, dans un internet devenu un nouveau far-west ?

Christophe, le créateur de la page s’explique dans une interview au journal 20 minutes sur les motivations des participants : «Internet recèle tout un tas de trésor que l’on a envie de découvrir, ce qui fait monter l’adrénaline.» Il affirme œuvrer «dans une démarche sociologique» afin de comprendre ce qu’un tel événement signifie. Un autre participant explique : «Je crois qu'on est tous des passionnés d'enquêtes criminelles (moi c'est mon cas) et qu'on essaye de mener nos petites investigations de notre côté et de tirer des conclusions de ce que nous lisons par ci par là sur l'affaire.» En précisant à nouveau: «Rien de bien méchant. »

Depuis quelques heures, la page a été mise hors ligne mais reste accessible dans les caches de Google. Le dernier message posté semble vouloir ramener les membres à la raison et sonne le glas du groupe : «Comme beaucoup je suis touché par cette terrible affaire, mais je trouve vraiment misérable bien de commentaires de cette page (…) Ne voulez-vous pas laisser tranquille ces gens qui vivent sans doute l’une des pages les plus dramatique de leur vie ? Vous n’avez éthiquement pas le droit pour le respect des morts et de ceux qui restent et qui aujourd’hui les pleurs de vous comporter ainsi, j’ai honte pour vous. Rendre hommage à madame de Ligonnès et ses enfants, vouloir comprendre ce geste qui est sans aucun doute le pire de tous, ok, le reste que je citais plus haut est lamentable.»

Sources :

Groupe Facebook (cache de Google) « Xavier Dupont de Ligonnès : enquête et débat »

Nouvelles de France

Article de 20 minutes

Sur le même sujet