Boissons énergisantes : caféine et risques pour la santé

Red Bull, Shark, Hype Energy, Gatorade... que contiennent les energy drinks? Pourquoi ce marché a-t-il explosé et quels sont les dangers?
11

Il convient de distinguer une boisson énergisante d’une boisson diététique ou énergétique qui s’adresse aux sportifs. Celle-ci répond à leurs besoins spécifiques en glucides et les aide à se réhydrater. Les boissons énergisantes font partie des boissons non alcoolisées ou soft drinks, et s’adressent à toute la population.

Que contient une boisson dite énergisante ?

  • La taurine : c’est un acide aminé. Elle joue un rôle de neurotransmetteur et a un effet antioxydant. On la trouve naturellement dans la viande, le poisson, les fruits de mer et les produits laitiers.
  • Le glucurono-lactone : c’est une substance concentrée en sucre qui augmente l’élimination des toxines et réduit la fatigue.
  • La caféine : c’est un stimulant de la famille des méthylxanthines. Elle favorise la concentration et représente l’élément le plus actif dans les energy drinks.
  • Les vitamines B
  • Et selon les produits : du guarana, ginseng et autres arômes au nom évocateur.

Energy drinks : un positionnement marketing efficace

Chaque année, plus de 12 milliards de canettes de boissons énergisantes sont vendues dans le monde. C’est un marché qui a littéralement explosé durant la dernière décennie. En France, ce segment a atteint les 96 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec 21 millions de litres entre mai 2009 et avril 2010 (Source Nielsen) pour les ventes réalisées en grandes et moyennes surfaces. Des centaines de produits ont vu le jour, parmi les plus connus : le pionnier Red Bull, Shark, Hype Energy, Gatorade, Burn Energy drink, Monster Energy, Piranha, etc…

Le cœur de cible est évidemment représenté par les ados et les jeunes adultes qui veulent tenir le coup en soirée, assurer les lendemains de fête, faire reculer la fatigue lors de longs trajets en voiture, ou tout simplement se sentir plus efficaces au travail ou en préparation d’examens. Les accros aux jeux vidéo en consomment aussi pour pouvoir jouer des heures sans pause.

La promotion de ces marques passe évidemment par le sponsoring de gros événements tels que les soirées Unighted au Stade de France avec David Guetta et bien d’autres personnalités, ou encore l’Igloofest à Montréal lors de soirées électro-house en extérieur par -20°C ! Les marques des boissons énergisantes s’affichent également dans les jeux vidéo et savent se faire remarquer sur les réseaux sociaux, aussi bien que sur leurs actions en Street marketing.

L’image de force et d’énergie qui découle du produit passe par un packaging accrocheur, des noms significatifs comme Cocaïne Energy drink, destinés à créer la polémique, faire parler d’eux, et des spots publicitaires souvent provocateurs, parfois même censurés dans certains cas.

Boissons énergisantes : quels sont les risques pour la santé ?

Le taux élevé de caféine contenu dans ces boissons accélère le rythme cardiaque et la tension artérielle. D’après l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), la taurine et le glucoro-lactone, présents à forte dose dans ces boissons, n’ont aucun intérêt nutritionnel. En 2003, un test de l’AFSSA sur des rats avait mis en évidence le rapport entre l’apport en caféine, taurine et glucoro-lactone, et une diminution des plaquettes sanguines, du taux de calcium, des dégâts occasionnés au niveau de la thyroïde et des comportements particulièrement agressifs.

Après un avis favorable de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (AESA) sur l’utilisation de la taurine dans les boissons énergisantes, l’AFSSA a finalement autorisé en 2008 l’introduction de la taurine dans une limite de 4000mg par litre et de 2400mg par litre pour le glucoro-lactone. Elle exige également la présence des mentions ‘’à consommer avec modération’’ et ‘’déconseillé aux enfants et aux femmes enceintes’’.

En 2009, l’étude Steinke a démontré que la consommation de deux canettes de boissons énergisantes augmentait le rythme cardiaque de 5 à 7 battements par minute en moyenne.

Par ailleurs, l’interaction entre alcool et boisson énergisante a été mise en avant pour les dangers qu’elle comporte. En effet, la caféine aurait tendance à dissimuler les effets de l’alcool, d’où le risque d’une dépendance plus rapide, sans parler de l’alcool au volant. Cette mode explique en partie l’augmentation fulgurante de la consommation de vodka (+64.8%) entre 2005 et 2009.

Pour mesurer l’impact de la caféine, testez le calculateur de caféine !

Pour contrer le segment des boissons énergisantes, des entrepreneurs se sont lancés sur le créneau inverse : les boissons relaxantes et naturelles, présentes au Salon International de l'Alimentaire (SIAL) du 17 au 21 octobre dernier à Paris. Parmi elles : Quick Relax, Bob Marley, ou encore Power Shot certifié Bio.

Pour en savoir plus :

Agence européenne de sécurité des aliments (AESA ou EFSA) : EFSA-Q-2007-113

Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) : Saisine n° 2006-SA-0236 du 09/11/06 .

Sur le même sujet