Les fertilisants naturels

Compost, sang séché ou semis de moutarde : quel fertilisant pour quelle utilisation ?
77

La terre a parfois besoin d’un coup de pousse pour apporter tout ce qui est nécessaire à la bonne croissance des plantes. Azote, magnésium, calcium, oligo-éléments, phosphore : où les trouver et comment les utiliser ?

Le compost

Le fertilisant naturel le plus populaire est certainement le compost. C’est la meilleure solution pour fertiliser le sol en réutilisant ses déchets quotidiens. C’est aussi la plus économique et la plus écologique. En effet, il permet de diminuer le volume des ordures ménagères traitées, et de réduire l’achat de fertilisants synthétiques dans le commerce. Son atout principal est d’apporter de l’humus supplémentaire à la terre du jardin. Vous trouverez plus de détails dans l’article ‘ ’Faire et utiliser son compost ’’.

Le sang séché

Le sang séché est riche en azote et stimule la croissance des arbres. Il a une action sur la couleur du feuillage et améliore la floraison. Il est préférable de le répandre à l’automne pour un traitement de fond. Mettre 50g de sang séché dans le trou de plantation. Ajouter 10 litres de terre avec de l’eau et mélanger. Pour le potager, il faut compter environ 100g de sang séché par m². Il n’y a pas de risques de brûlures racinaires. L’azote est essentiel pour stimuler l’activité des micro-organismes présents dans le sol. Il vaut mieux utiliser un engrais à libération lente pour ne pas brusquer la croissance des plantes.

La corne broyée

C’est un engrais de fond à libération lente et progressive. Il suffit de l’épandre au pied des plantations et de griffer le sol pour bien l’enfouir. La corne et le sabot sont des engraisefficaces pour les asperges, les vignes et les arbres. La corne torréfiée est similaire à la corne broyée mais elle a un effet plus long dans le temps. Il faut compter 50g/m² et 100 à 150g par pied pour les arbres.

Le guano

Le guano favorise la reprise après une période froide. Il soutient l’équilibre minéral du sol. Riche en azote et en phosphore, on l’utilise au printemps pour un effet coup de fouet, au moment de la préparation du sol avant le semis ou le repiquage. Il faut l’intégrer lors du bêchage puis arroser. Compter 50g par m².

La poudre d’os

Elle est composée d’arêtes de poissons qui proviennent de déchets de filetage broyés. La poudre d’os agit sur la biologie du sol et la croissance des racines. Elle apporte du phosphore et de l’azote, favorise la précocité, et encourage la résistance au froid, aux maladies et aux insectes.

Le tourteau de ricin

C’est un engrais azoté et riche en oligo-éléments. Il éloigne les nuisibles et possède des propriétés insecticides. Il est recommandé contre les taupes, campagnols et mulots. Il faut le verser dans les 10 à 15 premiers cm du sol en raison de sa toxicité. Il est particulièrement intéressant pour le gazon.

Le purin d’ortie

C’est un anti-parasites, riche en azote. Il permet de stimuler la croissance des plantes et de renforcer leur défense naturelle contre les maladies. C’est un excellent répulsif pour les pucerons et les acariens. Pour faire vous-même votre purin d’ortie : cueillez les orties non montées à graines avec des gants, coupez-les et mettez-les dans un bac en plastique ou en bois. Il faut 10 litres d’eau pour un kilo d’orties fraîches ou 100 grammes sèches et mélangez tous les jours. Tant qu’il y a des bulles, la fermentation n’est pas terminée. Comptez une à deux semaines selon la température. Il faut ensuite répandre le purin à l’arrosoir. Vous pouvez diluer si besoin car le résultat est très concentré.

La moutarde

Elle empêche le lessivage des nitrates vers les nappes phréatiques. On peut la semer au printemps ou à l’automne. Il faut broyer les feuilles avant la floraison. Une fois coupée, déposez-la en surface pour deux à trois semaines puis enfouissez-la dans le sol. La culture de la moutarde a l’avantage d’étouffer les mauvaises herbes et améliore la structure du sol avec un apport en matières organiques. Ses racines aèrent les sols. On l’apprécie également pour ses propriétés nématicides.

L’épinard

Ce légume est intéressant à utiliser comme engrais vert car il piège l’azote de l’air. Comme pour la moutarde, coupez les épinards à ras et déposez-les en terre après la récolte.

La chaux dolomitique

La chaux dolomitique est obtenue par calcination du calcaire dolomitique. Elle permet d’apporter du calcium et du magnésium. Le calcium aide à l’assimilation des autres nutriments. La chaux peut être utilisée pour augmenter le ph du sol ou briser les sols lourds contenant de l’argile. Le magnésium joue un rôle fondamental dans la photosynthèse et participe à la maturation des fruits et des légumes.

La poudre de basalte

L’intérêt de la poudre de basalte réside dans sa capacité à améliorer l’enracinement des plantes et améliorer la structure des sols lourds argileux. Elle facilite la résistance des plantes grâce à la silice qu’elle contient.

Engrais marins

Composés d’algues, de goémon et d’arêtes de poissons de mer, les engrais marins fournissent au sol azote, potasse, calcium, sodium et magnésium. C’est le cas du Maërl , aujourd’hui algue surexploitée.

Sources :

‘’Faire son compost au jardin’’ d’Edgar Huici, chez Saep, 2007

www.gerbeaud.com

www.intelligenceverte.org

Sur le même sujet