Les fleurs d'automne en art floral

Une sélection de fleurs à cultiver pour composer des bouquets en automne.
30

Les jours raccourcissent et les feuilles commencent à prendre des couleurs d’automne. Pourtant les jardins recèlent encore des fleurs dont la tenue et l’élégance nous invitent à créer des compositions décoratives. Certaines fleurs coupées ont une très bonne tenue en vase ou sur le support humide d’une composition.

L’amarante

L’amaranthus caudatus fleurit jusqu’en octobre et se reconnaît aisément à ses inflorescences retombantes en panicules denses d’épis de petites fleurs rouges. C’est une plante annuelle qui se ressème facilement et ne nécessite aucun soin particulier. Elle pousse en plein soleil.

Au moment de la cueillette, enlevez toutes les feuilles et recoupez les tiges en biseau sur environ 3cm. Si vous les disposez en vase, préférez une eau tiède. Comptez une tenue en vase d’une bonne semaine. La forme et la texture de cette fleur en font toute son originalité. On l’appelle aussi queue de renard.

L’aster

L’aster novi-belgii est une plante vivace d’environ 1,20m de haut à feuilles lancéolées. Elle est formée de corymbes de fleurs. Il est préférable de l’installer au soleil et de la tuteurer, surtout pour l’aster novae-angliae qui atteint 1,50m de haut. Elle se tient à merveille dans une composition sur mousse humide. Il faut bien sûr couper les tiges en biseau et retirer les feuilles.

Le chrysanthème

Toujours considéré comme la plante de deuil par excellence, il trouve aussi sa place dans un bouquet à la maison. Il peut tenir jusqu’à deux semaines en vase. C’est la fleur la plus vendue au monde après la rose. Les chrysanthèmes à petites fleurs permettent de mettre en valeur des fleurs plus imposantes dans une composition à plusieurs niveaux. Les coloris varient selon les variétés : chrysanthemum Golden Granada est jaune or, Dublin est bordeaux, Refury est rouge et jaune… Les chrysanthèmes de type araignée sont également du plus bel effet dans une composition. Leurs touffes hirsutes donnent aux bouquets un air de fête. Attention aux fleurs sensibles à l’éthylène, car le chrysanthème en produit beaucoup.

Pour rappel, l’éthylène est une hormone de mûrissement dégagée par une grande majorité de fleurs. Si les fleurs sont dans un lieu clos, l’air est concentré en éthylène. Cette concentration accélère le processus d’émission par ces mêmes fleurs. Celles-ci vont alors vieillir plus vite.

Le coqueret

Plus connu sous le nom de physalis, amour-en-cage, lanterne japonaise ou encore cerise d’hiver, le coqueret est une vivace dont l’intérêt ornemental réside dans la membrane en forme de lampion qui apparait après la floraison. Il se cultive surtout pour les bouquets secs. Certaines variétés sont particulièrement appréciées en cuisine et très riches en vitamine C, comme physalis peruviana .

Le dahlia

Fleur nationale du Mexique, le dahlia fleurit de juillet à octobre, et ses milliers de cultivars en font une fleur renommée et pleine d’attraits pour l’art floral. Ses longues tiges droites, creuses et bien rigides permettent une utilisation facile pour des bouquets sur mousse humide. Le dahlia demande un sol riche et bien drainé.

En vase, il tient entre cinq et dix jours selon la variété. Attention, il est sensible à la déshydratation. Il faut donc le maintenir au frais et l’arroser régulièrement. Les variétés les plus intéressantes pour l’art floral sont les dahlias pompons, cactus, décoratifs et à collerettes.

La lunaire

Communément appelée monnaie du pape ou herbe aux écus, la lunaire est une plante bisannuelle dont les fruits secs et plats, appelés silicules, font toujours leur effet dans un bouquet sec. Ces fruits apparaissent à l’automne après la floraison. C’est une plante réputée pour attirer les abeilles et les papillons.

La verge d’or

Ou du nom latin solidago, est une vivace dont les capitules jaunes sont regroupés en panicules denses. Idéal pour donner du volume dans un bouquet, il se cultive en sol sablonneux et bien drainé. Une exposition au soleil ou à mi-ombre lui convient parfaitement.

Sources :

‘’ Guide des fleurs coupées et des feuillages ’’ de Jean-Charles Beunas, éditions du Rouergue, 2004.

Sur le même sujet