Que faire avec un enfant qui ne veut pas manger?

Votre enfant refuse de manger. Astuces pour lui faire apprécier les légumes et la cuisine de maman.
12

Dès le troisième mois de grossesse, le bébé avale du liquide amniotique, ce qui lui permet déjà de goûter à différentes saveurs en fonction de l’alimentation de sa mère. Cet apprentissage du goût va continuer après la naissance à travers le lait maternel. D’où l’intérêt de manger varié et équilibré au plus tôt.

Votre enfant refuse de manger pour les raisons suivantes

Il a mal dormi. Il est donc fatigué et n’a pas faim. Veillez à ce qu’il dorme suffisamment et se couche à la même heure de façon régulière. Le petit déjeuner doit être pris une fois bien réveillé et habillé, juste avant de partir à l’école.

Il a goûté tardivement et n’a donc pas faim au dîner. Faites-le goûter au plus tard à 17h, et décalez au besoin le dîner si les deux repas sont trop rapprochés.

Il n’aime pas le plat que vous lui proposez. Ne forcez pas votre enfant à manger coûte que coûte. S’il n’aime pas un plat, ne l’obligez pas à le terminer. Vous pourrez réessayer une autre fois, sous une forme différente : par exemple, un gratin au lieu d’une cuisson vapeur, une purée à la place d’une salade. Mais dans tous les cas, il faut goûter ! Enfin, pour redonner de l’intérêt et de la convivialité au repas, il est préférable de manger en famille à heures régulières, et sans télévision.

Astuces pour rendre les plats attrayants

Certains aliments font toujours l’unanimité auprès des enfants : le poulet, les yaourts, la glace, les pâtes… Servez-vous de ces incontournables pour créer des plats variés en y associant d’autres ingrédients pour développer la curiosité et le goût.

Souvenez-vous qu’un petit détail peut changer un plat et susciter le plaisir de la découverte. Vous pouvez ajouter des épices pour agrémenter les compotes : vanille, cannelle, miel, citron… Pensez à varier les assaisonnements pour les salades avec de l’huile d’olive ou de l’huile de noix et de la ciboulette. Pour les soupes, pensez aux aromates : basilic, coriandre, persil.

Inutile de passer une heure à préparer le repas. Un plat mijoté, une soupe ou un fruit en dessert sont souvent plus appréciés qu’un plat compliqué qui vous a donné beaucoup de mal.

L’avantage de la soupe est de pouvoir camoufler le goût particulier de certains légumes : par exemple, inclure des épinards ou du brocoli dans une soupe de légumes verts, mélanger des carottes avec des navets. Pour une mise en scène un peu ludique, ajouter des croutons, des cubes de fromage, des lettres de l’alphabet, ou bien proposez-lui de la boire avec une paille.

Faites participer votre enfant à la préparation des repas

Emmenez-le au marché ou à la cueillette, réalisez avec lui un mini-potager. Faites des recettes simples avec lui. Il sera fier de manger et partager ses préparations avec le reste de la famille. La créativité est aussi un moyen original de lui faire apprécier la cuisine : faire une partie de dominos avec des rectangles de pain d’épice saupoudrés de sucre glace et des raisins secs pour faire les points, faire un dessin sur un gâteau avec des quartiers de fruits de différentes couleurs.

Recette de dips aux légumes (5 minutes de préparation)

Ingrédients :

  • 1 carotte
  • 5 radis
  • 5 tomates cerises
  • 1 petit concombre
  • 40 gr de roquefort
  • 1 petit suisse
  • 1 cuillère à soupe de lait

Sources :

Petits plats maison pour jeunes enfants , de Pascale de Lomas et Isabelle Delaleu, éditions Leduc.s, 2010, 222 pages, 5,90 €.

Guide pratique de la femme enceinte , de Marie-Claude Delahaye, éditions Marabout, 2001, 184 pages, 7,90 €.

Sur le même sujet