Rien à déclarer, un film débile à souhait

Ce dernier Opus de Dany Boon regorge de gags cocasses loin d'être très subtiles. C'est cette caractéristique qui nous fait rire.
4

Rien à déclarer, un film débile à souhait Après Bienvenue chez les Ch’ti, Dany Boon s’est encore une fois inspiré de son enfance vécue dans le Nord, la patrie des Chetemi, pour reprendre une expression de Michel Galabru dans ce premier film. Il s’est encore une fois inspiré des us et coutumes de cette région (ici la frontière avec la Belgique) pour en tirer un film dans lequel il imprime sa pâte, un humour bon enfant tirant sur le débile. On peut en outre noter que ce film regorge d’intrigues et de lectures, j’en ai pointé 5.

la doce vita à la sauce nordiste

Premièrement, ce film tourne autour d’une histoire d’amour compromise entre un français un peu simplet, Dany Boon en l’occurrence, et une belge non moins simplette et qui ne sait pas jouer tout en mâchant ses mots. L’issue de cette histoire, un mariage évidemment, comme cela se passe dans l’imaginaire de Dany Boon, est fatalement remise en question par le fait que la famille de cette petite belge est farouchement « raciste », entendons-nous bien ici, c’est-à-dire anti-français. Pour arriver à ses fins, Dany Boon choisit de les amadouer en faisant ami ami avec son frère. Je vous laisse présager de la fin de ce challenge, sachant que nous sommes ici dans un film très rose.

une frontière en passe de disparaître

Ensuite, c’est l’histoire de la frontière franco-belge ou belgo-française, ça dépend de quel point de vue vous vous placez. Celle-ci est menacée de disparaître du fait de la suppression des frontières dues à l’harmonisation européenne. Pour s’y adapter, les douaniers limitrophes ont décidé de mettre sur pied une brigade mobile. Devinez qui en fait parti, nos deux zigotos. On les voit partir dans une vieille Renault 5 qui deviendra un super bolide. Il y a des histoires de clous qui crèvent la mauvaise voiture, des histoires d’excès de vitesse…

des méchants vraiment méchants

Puis, il y a dans ce film des trafiquants de drogue. Il faut bien que l’histoire soit pimentée par des méchants. Ceux-ci sont proches de l’illettrisme (voir ambulance), voire complètement idiots. Ils vont leur oseille en passant de la drogue en France, mais par quels moyens. Ils cherchent tous les trous possibles et imaginables.

un soupçon de tolérance pour finir

Enfin, il y a dans ce film un message plus noble. Ce film veut promouvoir la tolérance, le fait qu’on peut tous s’aimer même si l’on est différent. A l’image de ces deux douaniers qui se détestaient parce qu’ils étaient de nationalités différentes et qui sont de vrais amis à la fin du film (le Français va même fêter le réveillon chez le belge), on peut tous surmonter nos différences pour s’apprécier.

Sur le même sujet