François Ier et les arts

Grand amateur d'art et de la Renaissance italienne, François Ier est le premier souverain français à offrir aux arts et à la littérature une place si grande
160

François d’Angoulême naît en 1494 de l’union de Charles d’Angoulême et de Louise de Savoie. Membre de la dynastie capétienne et de la branche des Valois-Angoulême, il devient roi de France le 25 janvier 1515. Monarque emblématique de la Renaissance française, François Ier fut surnommé le Père et Restaurateur des Lettres . Cette dénomination tient en effet à son amour des arts, de l’architecture et de la littérature.

Le mécène

En 1515, lorsque François Ier s’installe sur le trône de France, la Renaissance italienne est déjà répandue à travers toute l’Europe, et notamment en France. Les souverains qui ont précédé François Ier ont contribué au développement des arts.

Sous le règne de François, les arts deviennent de plus en plus importants dans l’exercice du pouvoir politique. François Ier commande de nombreuses œuvres destinées à glorifier son règne. Il fait également venir en France des artistes renommés, venant majoritairement d’Italie : Léonard de Vinci, les peintres Rosso Fiorentino et Le Primatice, l’orfèvre Benvenuto Cellini… Il leur confie la décoration des châteaux royaux ainsi que l’ornementation architecturale des nombreuses demeures qu’il fait construire.

François Ier, grand amateur d’art, collectionne également de nombreuses œuvres d’art et charge Pierre l’Arétin de ramener en France des œuvres de Michel-Ange et Raphaël par exemple. C’est avec lui que se construit la collection d’œuvres d’art des rois de France. On peut aujourd’hui observer une partie de ces œuvres d’art mythiques au musée du Louvre.

Les références à l’Antiquité et les mises en scène allégoriques sont des caractéristiques nouvelles des fêtes de la cour de François Ier. L’amour de François Ier pour l’art et pour la Renaissance italienne symbolise à merveille les rapports étroits entre les princes et les arts au XVIème siècle.

L’amoureux des Lettres

François Ier favorise, au cours de son règne, l’essor de l’imprimerie en France. Il crée notamment l’Imprimerie royale en 1531. De nombreuses bibliothèques privées vont ainsi voir le jour à travers l’ensemble du royaume. Le roi est un fervent défenseur des livres. Sa bibliothèque de Fontainebleau regorge de classiques en langues anciennes. Cet humaniste lettré adore la lecture de romans et de livres historiques mais également des auteurs antiques en langue grecque par exemple.

François Ier finance également les créations de poètes français tels que Claude Chappuys. Féru d’art et des belles lettres, François Ier s’essaie lui-même à la composition de poèmes. Sous le règne de François Ier, la poésie s’émancipe de la rhétorique traditionnelle. Les écrivains de l’époque servent la propagande royale à travers des écrits nouveaux. François Rabelais est un de ces auteurs dont le souverain s’entiche avant que la censure de la Sorbonne ne jette le discrédit sur cet auteur.

François Ier crée également le Collège royal, rebaptisé plus tard Collège de France.

Le bâtisseur

La cour de François Ier est plus nombreuse que celle de ses prédécesseurs. Elle est également itinérante, ce qui oblige le roi à posséder de nombreuses résidences à travers tout le royaume. François Ier fait construire et embellir de nombreux châteaux. Il emploie des architectes et des artisans italiens. Très tôt, l’architecture des bâtiments royaux français est influencée par la Renaissance italienne.

Le roi dépense beaucoup d’argent pour la construction, la rénovation et l’embellissement des bâtiments, qu’il s’agisse de châteaux ou d’églises. Il poursuit les rénovations des châteaux d’Amboise et de Blois. Dans ce dernier, il fait notamment édifier deux nouvelles ailes dont l’une abrite un splendide escalier.

Ses principales réalisations architecturales demeurent toutefois le château de Chambord, dont Léonard de Vinci semble avoir dessiné les plans et le château de Fontainebleau que François Ier fait presque entièrement reconstruire. A Saint-Germain-en-Laye et dans le bois de Boulogne, François fait également édifier deux châteaux. Dans le bois de Boulogne, le roi fait construire le château de Madrid qui se veut être une reproduction de la demeure qu’il occupa durant son emprisonnement en Espagne.

En quinze ans, François Ier fait construire et rénover pas moins de sept châteaux royaux. L’architecture extérieure et la décoration intérieure de ces édifices sont toutes deux au centre des préoccupations du roi.

Sur le même sujet