user_images/DSC04968.jpg

STÉPHANE MATCHEU

Publié dans : Les articles Culture de Stéphane Matcheu

American Dad!

Retour sur la saison 3 de la série d'animation américaine bien déjantée de Seth MacFarlarne, Mike Barker et Matt Weitzman.

American Dad ! est une série d’animation qui rentre dans le lard et autopsie avec un humour acide tous les problèmes sociaux auxquels l’être humain demeure prêt à les démêler jusqu’à s’en faire exploser ses frêles neurones.

Chez les Smith, en particulier chez Stan, tout problème à sa solution tant que cela peut s’accommoder à sa vision réductrice qui ne manque pas d’étouffer son entourage dans une spirale de catastrophe. Cette troisième saison met à l’honneur le parfait mode d’emploi d’un citoyen américain à l’esprit conservateur. Outre sa hantise des mouettes, Stan s’oppose au libre-arbitre d’Hayley, fait du capitalisme sauvage pour réaliser son rêve, valorise la masculinité de son fils, verse dans le racisme et rend sa femme responsable d’un meurtre.

De la figure américaine fière et forte se détache un Stan conservateur maniaque ou un moraliste déplacé qui se complait facilement dans des actions qui augurent un résultat douteux et pas très salutaire pour la société.

Pas aimé par son voisinage ? Stan séquestre tout le monde dans un motel pour ne plus subir la critique (I can’t Stan you avec Margaret Tchatcher robot qui s’allume dans sa poitrine, le comportement bitch de Lisa Collins, la machine qui transforme l’eau en cocaïne et le pétage de plombs de Stan, de sacrés moments). Mécontent de l’athéisme de son ami? Stan va commettre l’irréparable pour lui faire aimer Dieu.

Heureusement Stan ne monopolise pas toute la folie qui se déverse dans leur demeure voire hors des murs. Sa famille n’est pas en reste. Francine, sa belle femme au foyer, a droit à ses moments remarqués de folie passagère (The Vacation Goo & Four Little Words) mais semble avoir un esprit plus ouvert que celui de Stan en acceptant d’être la mère porteuse pour Greg & Terry.

A noter que ses parents sont chinois. Hayley la militante, est celle qui s’oppose le plus aux décisions de son père et n’en rate pas une pour exagérer sa position. Steve, l’intello coincé fan d’Harry Potter partage l’affiche avec Roger, l’extraterrestre alcoolo aux vannes assassines. A deux, ils font l’objet de la micro histoire parallèle à la grande qui prend pour départ une matière vide grossie dans tous les sens pour arriver à du contenu. La blague anodine faite au poisson Klaus démontre à quel point le ressort comique tient sur rien (vengeance ou pas vengeance de Klaus?) et l’entretient dynamiquement. Ils auront tout de même une grande place quand leur amitié sera en danger avec l’intervention d’un enfant violent qui manipule Roger par les sentiments telle une femme indécise. Klaus, le poisson au cerveau humain transplanté n’est qu’un poisson dans un bocal comme il est dit à plusieurs reprises. C’est celui à qui l’attention manque le plus souvent et il se gène pas pour le faire remarquer. Sa présence minime fait oublier son caractère redoutable, éclaté là où personne ne l’attend. C’est avec brio qu’il remet Stan Smith à sa place quand ce dernier veut se confier à lui pour son erreur fatal envers Hayley (Haylias) :

Je pense que tu ne me parles que lorsque tu n’as personne d’autres vers qui te tourner. Je pense que tu te fiches de mon avis et que tu aimes juste t’écouter parler. Je pense que tu es un bâtard égoïste et je pense que tu devrais pourrir en enfer !”

Contrairement à Family Guy (les Griffin) qui s’est contenté pendant un temps d’enfiler les gags sans véritable cohérence, American Dad ! ne subit pas ce désordre scénaristique où l’humour tournerait à vide pour juste faire rire et fermer boutique. Ici, le rire participe aux scenarios, devient l’arme de tous les travers de nos comportements en suivant les Smith dans leurs péripéties. Sexe, amitié, parentalité, immigration illégale, pédophilie, cannibalisme, marijuana, machisme, presque rien n’est épargné comme le rappelle les dialogues audacieux qui visent haut. A la trouvaille de Roger, persuadé d’avoir retrouvé Ben Laden, Steve déclare :

Roger, c’est incroyable ! On peut sauver l’Amérique

- Ainsi que ses alliés sionistesdit Roger.

Les meilleurs épisodes sont ceux où la logique de Stan défie la raison afin de célébrer des valeurs qui ne regardent que lui ou une poignée de personnes dans un état qui compte une population dense et variée. Agir pour le pire pour révéler par la suite le meilleur ainsi que toutes les tares de nos comportements obsessionnelles, voilà un beau travail propre à une série d’animation satirique.

À propos de l'auteur

user_images/DSC04968.jpg

STÉPHANE MATCHEU

Ecrire est la seule manière de se souvenir de mes différents
  • 18

    Articles
  • 1

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!