user_images/DSC04968.jpg

STÉPHANE MATCHEU

Publié dans : Les articles Culture de Stéphane Matcheu

The Cape

The Cape, nouveau super héros jeté aux orties par la chaine américaine NBC

Conversion zéro des super héros télévisés

Si le cinéma est monopolisé par les adaptations de super héros auréolées, pour certaines, d’un box office généreux pour ne pas prendre une retraite hâtive, la petite lucarne peut aussi partager cette tendance au sein de ses programmes. Cependant si une série comme Smallville a pu s’éterniser sur dix saisons pour raconter l’évolution de Clark Kent vers sa destinée héroïque, il n’en est pas de même pour d’autres séries.

Par exemple, No OrdinaryFamily concentré sur le quotidien d’une famille possédant de nouveaux pouvoirs n’a pas fait long feu sur la chaine ABC malgré la présence de Michael Chiklis (The Shield) et de Julie Benz (Dexter) et le pilote de Wonder Woman, nouvelle version par David E. Kelley (Ally McBeal, The Practice) est entassé dans la corbeille des séries avortées de NBC. Ce network tente encore le coup d'accueillir dans sa grille un nouveau justicier.

Un bon et des truands

The Cape vêtu par Vince Faraday, flic intègre de Palm City, est un personnage de bande dessinée lue par son fils. Piégé par le vilain récurrent Chess en endossant contre son gré, son rôle pour se faire liquider et asseoir la position de l’entreprise ARK au sein de la ville, Vince, recueilli par la troupe d’artistes scéniques de Max Malini, va entamer une seconde carrière, celle de l’héroïsme en incarnant ce personnage aimé par son fils et faire régner la justice. The Cape est né.

Avec du spandex et une cape, NBC tient au genre super héroïque après l’effet à courte durée Heroes qui délaisse l’extraordinaire encadré dans un réalisme urbain pour exploiter à fond la matière propre à un comic book. Identité secrète, costumes, vilains excentriques, action non stop, effets spéciaux, grandes envolées musicales et poses classiques du héros débout sur la tour d’un immeuble, ce sont les ingrédients qui assurent à cette saison unique de dix épisodes un statut de blockbuster pour le petit écran.

Pourtant, la série s’est faite descendre en flèche par le network américain après des audiences désastreuses qui, non seulement, ont réduit de 3 épisodes la saison originellement prévue pour 13 et diffuse la conclusion des aventures sur son site internet. La télé aurait-elle une défaillance pour structurer correctement la narration due aux personnages de super héros ?

The Cape qui jouit d’une image bien léchée et d’une ambiance particulière issue des facettes d’étalonnage des couleurs, se repose un peu trop sur ses acquis d’effets super héroïques dont la forme se charge de le rappeler avec des personnages assez lisses.

Son héros Vince Faraday, coupable d’un crime qu’il n’a pas commis et privé de sa famille, passe beaucoup de temps à s’apitoyer sur son sort à l’instar du Clark Kent dans Smallville et stoppe toute idée d’affect à son égard. Ses collègues s’en sortent mieux, James Frain, le bad guy dont tout le monde s’arrache, navigue dans une duplicité fragile entre l’apparence qu’il revêt en ville et sa vraie nature qui débarque la nuit. Keith David, imposant dans son rôle de mentor pas si net et Summer Glau, la détective du virtuelle qui doit tuer symboliquement son père corrupteur devenu roi de la cité qu’il entend gérer, ne dorment pas sur leurs deux oreilles qui sifflent à chaque opportunité d’un savoir sur la cape pour l’un et sur les agissements de l’entreprise ARK pour l’autre.

Envol mitigé

Les bonnes intentions d’un casting détonnant ne rehaussent en rien une qualité narrative minimale qui atteint vite ses limites dans l’épisode en deux parties The Lich à l’histoire creuse étirée comme un chewing gum pour colmater des trous. Ce cas de croque-mitaine mêlé à une affaire d’héritage jette l’ennui en plein visage avant de marquer au fer un des personnages principaux aux séquelles visibles dans les épisodes suivants.

En somme, The Cape a fait de l’intérim télévisé avant sortir par le couperet. Le dernier épisode n’a rien d’une series finale avec son lot de questions intéressantes non élucidées (l’intérêt de la cape par Max Malini et le rôle que devait véritablement jouer Vince avec, le lien peu exploité entre Peter Fleming et Orwell) et sa part de frustration (Vince est toujours privé de sa famille).

La relève

En attendant, ABC lance en automne la série Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D avec le retour de l'agent Coulson et de ses différents agents évoluant dans un univers autonome au film The Avengers.

La chaine CW a déjà repris les choses en main avec l’après Smallville, Arrow dont la saison 1 vient de s’achever avec une audience hautement satisfaisante pour la voir revenir en 2013-2014. Pour information, Arrow suit les déambulations du milliardaire Oliver Queen, qui après une longue captivité sur une île déserte, revient plus que changé et déterminé à éradiquer les malfrats qui règnent dans sa ville en tant qu’archer noctambule.

The Cape (2011) saison 1, 10 ép. X 42 min., USA, couleur, Universal

Créée par Tom Wheeler

Scénario : Tom Wheeler, William Wheeler

Producteurs : Christine Roum, Steve Oster

Producteurs exécutifs : Eugène Stein, Gail Berman, Lloyd Braun, john Wirth, Tom Wheeler

Musique : Bear McCrary

Réalisation : Karen Gaviola, Ernest Dickerson, Roxann Dawson, Deran Sarafian, David Straiton

Avec : David Lyons, Keith David, James Frain, Summer Glau, Jennifer Ferrin, Ryan Wynott, Dorian Missick, Martin Klebba

À propos de l'auteur

user_images/DSC04968.jpg

STÉPHANE MATCHEU

Ecrire est la seule manière de se souvenir de mes différents
  • 18

    Articles
  • 1

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!